Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 09:10
Le Scout Rifle
Le Scout Rifle
Le Scout Rifle

Chers lecteurs,

 

 

 

 

A quelques jours de nos grandes vacances et pour terminer ce semestre, je vous propose un petit article qui m’a été demandé par un fidèle lecteur mais, une fois n’est pas coutume, il ne sera pas consacré au TLD mais bien aux « Scout rifles ». J’espère néanmoins qu’il trouvera auprès de vous un accueil favorable?!

 

Et bien voilà, arrivé malgré tout au terme de ma septième année de publication cadencée au même rythme, et comme je vous l’avais déjà signalé, je n’abandonnerai pas pour autant le combat même si je ne pourrai peut-être plus publier à la même fréquence, ni sortir d’aussi longs articles qu’auparavant.  Mais je suis certain que vous me comprendrez aisément !

 

Avant de prendre congé de vous (pour rappel, il n’y a pas de parution en juillet, ni en août), je vous souhaite d’ores et déjà de passer d’excellentes vacances.

 

 

 

Bonne lecture et ...

 

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

Il faut remonter aux années 70 pour en trouver l’origine et apprendre que c’est le Colonel Jeff Cooper, un rifleman militaire et un homme qui était à cheval sur les règles de sécurité à observer pour manipuler une arme à feu, qui en a été le pionnier, l’inventeur de l'idée d'un fusil à usage général qui remplirait divers rôles allant de la chasse à la défense.

 

 

 

Le Scout Rifle

Col Jeff Cooper (1920-2006) – Inventeur du Scout Rifle Concept

 

 

 

Né John Dean Cooper, mais connu de ses amis comme étant « Jeff », Cooper était diplômé de l'Université de Stanford en science politique et lieutenant-colonel dans le Corps des US Marines, dans lequel, il a servi pendant la deuxième guerre mondiale et la Guerre de Corée mais, il en a démissionné en 1956. Au milieu des années 60, il obtient son diplôme de maîtrise en histoire de l'Université de Californie.

 

Il a été le créateur de ce qu'on appelle la « technique moderne » du tir à l’arme de poing (tenir son arme de poing avec les deux mains, etc.), il était l'un des plus grands experts du 20ème siècle en utilisation, et en histoire des armes légères. Il a conçu le pistolet Bren Ten autour du 10 mm auto, basé sur le design du CZ 75 tchèque. La cartouche était plus puissante que celle de la Luger 9 mm et de la ACP .45.

 

Il était également considéré comme un expert dans le domaine de la chasse au gros gibier et avait écrit plusieurs livres (dont le très connu « The Art of the Rifle ») et en outre, il avait fondé le « Pistol Institute » (API) à Paulden, en Arizona, et plus tard, le Gunsite Training Center ou la « Gunsite Academy » en 1976.

 

Cooper a également enseigné le maniement des armes aux forces de l'ordre, au personnel militaire ainsi qu’aux civils. Il a vendu l'entreprise en 1992, mais a continué à vivre dans le ranch de Paulden. Il était également connu pour son plaidoyer contre les armes de poing de gros calibre et en particulier, contre le Colt 1911 et sa cartouche ACP .45.

 

Sa deuxième contribution majeure à la conception des armes à feu était ce qu'il appelait le « Scoutisme ».

En effet, Cooper rêvait d’un fusil à usage général, facilement portable, à usage individuel, capable de frapper un seul coup décisif, sur une cible allant jusqu'à 200 kilos de poids, à n'importe quelle distance mais de laquelle l'opérateur pourrait tirer avec la précision nécessaire afin de toucher une zone vitale de la cible. Et c’est donc lui qui a proposé le concept de « fusil Scout », au début des années 80.

 

Son concept était basé sur la réponse à la question suivante: « Si vous ne pouviez n’avoir qu'un fusil, et que ce fusil devrait être tout aussi efficace à la chasse qu’en défense tactique, qu’à l'offensive sur le terrain tout comme à la survie et au stand, quel fusil serait-il? Une véritable quadrature du cercle, n’est-il pas ?!

 

Ce concept, Cooper l'a affiné au cours de pas mal d’années, et jusqu'à sa mort. Sa devise était : “ One round, one hit and then vanish! ” ou encore, en traduction libre : " Une cartouche, un coup et ensuite disparaître! ". Il n'avait pas besoin d'un fusil d'assaut, il avait besoin d'un « fusil Scout » et donc, Cooper s'est mis en quête de créer le fusil parfait pour ce type de tireur.

Cooper est mort paisiblement à son domicile, l’après-midi du lundi 25 septembre 2006.

 

 

 

 

 

Qu'est ce qui fait d'une carabine, un "Rifle Scout" ?

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

 

Le colonel s'était rendu compte et déplorait que les fusils de la fin du 20e siècle différaient finalement peu de ceux réalisés cent ans plus tôt. Cooper a écrit: « Les progrès de la métallurgie, de l'optique et du plastique stratifié pourraient transformer le fusil en un instrument plus léger, pratique et qui ferait d’aussi bonnes choses que ses aînés ».

 

Cooper a alors commencé à décrire les caractéristiques de ce qui constituerait le « fusil Scout », un peu comme s'il s'agissait d’un fusil « solitaire », comme un éclaireur. Il décrivait le Scout comme « un homme qui agissait seul (et non comme un membre d'une équipe) capable de se familiariser avec des environnements inconnus et potentiellement hostiles. Pour répondre aux exigences de l'incertain, Cooper a pensé que le fusil scout devrait être léger et manœuvrable à souhait, mais qu’il devrait néanmoins utiliser une cartouche de forte puissance capable d'arrêter un gros gibier ou d'autres menaces sévères pour la personne du tireur.

Le colonel Cooper a essayé de définir ce concept avec des critères spécifiques qu'il a commentés au fil des ans lors de son enseignement à Gunsite.

 

 

Voici quelques-uns de ces critères et, en les lisant, vous remarquerez certainement que certains calibres et une série de fusils à actions s’en trouvent éliminés :

 

" Le fusil à usage général fera tout aussi bien pour la chasse spécialisée que pour le combat. Il doit donc être assez puissant pour tuer toute cible vivante de taille raisonnable. Si vous insistez sur une définition de «taille raisonnable», introduisons un chiffre de masse arbitraire d'environ 1 000 lb (454 kg). » Col. Jeff Cooper « The Art of the Rifle ».

 

" Un fusil à usage général est une arme à feu portable, à action individuelle, capable de frapper un seul coup décisif sur une cible en direct, à n'importe quelle distance à laquelle l'opérateur peut tirer avec la précision nécessaire pour effectuer un tir dans une zone vitale de la cible. Col. Jeff Cooper ” To Ride, Shoot Straight, and Speak the Truth”.

 

(Un fusil Scout) ... devrait être formidable autant pour le tireur sportif que le chasseur ou l'explorateur individuel qui se déplacerait dans des espaces lointains, et capable de répondre au principe : « one shot – one kill» dans le même package.

 

"Le Scout est un homme formé sur le terrain ainsi qu’à la couverture (cover to cover), au rifle marksmanship, à la lecture de la carte, à l'observation et au rapport précis des résultats de son observation. Si vous remplacez « rapports» par «agir sur », c'est une bonne définition d'un chasseur. Le colonel Jeff Copper distingue un scout militaire et un chasseur scout, dont il a soutenu que son concept de fusil scout pourrait être utilisé dans les deux cas, au besoin.

 

Le poids pondéré et porté devrait être aux alentours de: 3 kilogrammes (6,6 lb). Cela doit être défini comme le poids idéal, mais le maximum pouvant être de 3,5 kilogrammes (7,7 lb) avec lunette et accessoires.

 

Sa longueur devrait avoir maximum: un mètre (39 pouces).

 

La longueur nominale du canon ne devrait pas dépasser: 0,48 mètre (19 pouces).

 

Son système de visée : sera en général, une lunette (Long Eye Relief - LER) sur montage bas situé à l'avant pour un visée proche de celle de l'œil humain au grossissement entre 2x et 3x avec des repères, et/ou réticule qui sont souhaitables mais pas nécessaires. Des anneaux en fer du type escamotable, ou même carrément sans lunette, sont également admissibles. Avec cette lunette, cette carabine doit pouvoir être capable de frapper une cible jusqu'à 450 mètres.

 

Le fusil devrait utiliser une lunette à faible puissance qui se monte en position avant et qui est facilement détachable en cas de dégâts, et aussi, pour permettre un accès facile et un rechargement rapide.

 

L’action: doit être une carabine à verrou, l'action est alimentée par un magasin pour la simplicité et la fiabilité. Le magasin est détachable de la boîte et / ou son rechargement par clip est souhaitable mais pas nécessaire.

 

Sling: du type boucle rapide, c'est-à-dire style Ching ou CW pour faciliter la visée et un tir stabilisé. Le bi-pied ne reste qu’une option.

 

Calibre: le calibre préféré est le .308 Winchester (7.62 × 51). Mais des calibres tels que le 7mm-08 Remington (7x51mm) ou le .243 Winchester (6x51mm) sont préférables pour les personnes fragiles ou pour être utilisés là, où les calibres "militaires" sont proscrits. Ce calibre devrait être valable pour chasser le gros gibier trouvé en Amérique du Nord. Mais normalement, le .308 Win est considéré comme le minimum.

 

Précision: l’arme devrait être capable de tirer avec une précision de 2 minutes d'angle ou moins (4 pouces à 200 mètres dans un groupement de 3 tirs).

 

 

 

 

En fait, les exigences de Cooper existent pour de très bonnes raisons et reposent d’ailleurs sur des règles de bon sens.

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

Un fusil à verrou est généralement plus léger qu'un semi-automatique et est moins propice aux défaillances. Il doit être léger car celui qui l'utilise doit pouvoir parcourir de longues distances sans crouler sous le poids et ce, pendant de longues périodes.

 

Il faut qu'il soit assez court pour ne pas l’accrocher partout pendant que vous marchez, mais le canon doit être assez long pour conserver sa portée, sa précision et sa puissance. Il devrait avoir des points de repère en fer pour savoir installer/désinstaller rapidement une lunette qui doit être simple, costaude et escamotable parce que les rifle scopes cassent facilement sur les terrains accidentés et qu’il faut savoir s’en séparer rapidement en cas de nécessité comme d’ailleurs, il faut pouvoir continuer à tirer sans ladite lunette, en cas de situation périlleuse.

 

Il a besoin d’une puissance suffisante pour neutraliser une cible humaine, non humaine, animale ou pesant 500 livres.

 

La sling doit pouvoir supporter votre bras pendant la visée et le tir et, pas seulement être un moyen de transporter l'arme. S’agissant du bi-pied, Cooper a estimé qu'il était presque inutile dans un terrain accidenté et qu’il pourrait même devenir dangereux pour le tireur.

 

Une lunette à faible grossissement (certains estiment que le 2X est un maximum afin d'éviter une disparité excessive entre la vision des deux yeux) montée en avant permet à un tireur de frapper une cible à portée avec les deux yeux ouverts, tout en conservant sa vision périphérique.

 

Il est également plus facile de charger l'arme avec un clip.

 

Remarque: Pour les « puristes », les règles mentionnées, ci-dessus, et les spécifications de Cooper doivent être considérées comme évangile, et il en découle que si un fusil ne correspond pas à l’ensemble de ces spécificités, ce n'est pas un véritable fusil scout, mais plutôt un pseudo-scout !

Cela me semble très restrictif et personnellement, je vois plutôt les critères définis par Cooper comme étant un ensemble de lignes directrices, et il y a d’ailleurs beaucoup de gens qui pensent de la même manière.

 

 

 

 

 

L’évolution du fusil scout

 

 

 

Le concept du fusil scout n'est pas nouveau. Le bon vieux et célèbre Mannlicher Carabine 6.5 était déjà un pas qui allait dans cette direction, comme ce fût également le cas, pour le tout aussi célèbre Winchester modèle 94.SO-SO. Alors que les Britanniques avaient également sorti leur No. 5 Mk I « Jungle Carbine » lors de la seconde guerre mondiale, et que deux autres carabines allaient faire définitivement avancer le concept, et non des moindres, ce sont le Ruger Model 77 et la Remington 600.

 

 

 

 

Le Scout Rifle

Ici le Ruger Model 77

 

 

 

… et ici, la Remington Model 600

 

Le Scout Rifle

Jeff Cooper a acheté une Rem 600 dans les années 60 pour la transformer en son premier fusil scout.

 

 

 

Celle-ci a donc contribué largement à jeter les bases du concept de scout. Cette petite carabine était un vrai charme mais comportait encore quelques petits inconvénients qu'il convenait encore d'améliorer pour obtenir un « vrai scout » à la sauce « Cooper ». En effet, il est toujours beaucoup plus facile de se spécialiser que de généraliser, et la définition d'un fusil à usage général restait une tâche complexe à réaliser.

 

Cooper ne s'est pas contenté de faire ressembler le fusil scout à une carabine multifonction. La fonction est venue avant la forme, et pourtant, les résultats finaux sont d’assez jolis fusils.

 

En 1983, une conférence a été convoquée au Gunsite Training Center en Arizona pour examiner le sujet de la modernisation du design du fusil. Les membres de cette conférence comprenaient des armuriers, des forgerons, des journalistes, des instructeurs de tir, des inventeurs et des chasseurs. On l'appelait la Conférence First Scout Rifle (le «scout» étant défini pour la définition du nouveau concept) qui avait pour objectif d'explorer tous les éléments de sa conception. En 1984, lors de la deuxième réunion, de nombreux progrès ont été accomplis. Le projet n'était toujours pas complet car, à ce stade, certaines innovations techniques restaient encore à perfectionner.

 

Une autre conférence se tiendra encore en hiver, et à ce moment-là, le prototype du « fusil du futur » devait être prêt à être présenté. Un autre aspect qu’il ne fallait pas négliger était aussi le problème du coût, car ces innovations étaient coûteuses. Le consensus de la conférence qui en ressorti était que la technologie moderne permet de produire un fusil qui ne doit sacrifier ni la puissance, ni la précision, ni sa commodité.

 

Un autre consensus était que l'inox devait être le matériau approprié pour le canon, pas tant parce qu'il résiste très bien à la corrosion, mais parce qu'il offre un meilleur coefficient de frottement. Il est « plus glissant » que l'acier normal et devrait donc fournir une vitesse légèrement supérieure pour la même charge.

 

D’autre part, les canons lourds, si populaires qu’ils soient pour les fusils de précision, n'ont pas leur place sur un fusil scout. Son diamètre ajoute du poids sans augmentation sensible de précision, et sert principalement à retarder l'échauffement or, ceci est n'est pas indispensable sur le terrain et l'habitat naturel du " Scout ".

 

Le prototype du Ruger Gunsite Scout Rifle (version moderne, en photo en fin d’article) a été décrit dans l'essai intitulé « L'idée Scout Rifle » dans l'édition 1984 du Recueil Annuel des Armes à feu. Jeff Cooper y a mis en avant la raison d'être d’un « fusil Scout » et les détails techniques qui sous-tendent le concept.

 

Jeff Cooper est décédé en 2006 mais cinq ans plus tard, sa vision, son projet a été réalisé grâce à la collaboration entre Ruger et l'Académie Gunsite.

 

 

 

 

Ici, un Mannlicher (ou Steyr) Scout « moderne »

Le Scout Rifle

Le Mannlicher (ou Steyr) Scout, est un fusil « Cooper approuvé » qui a des lignes épurées et qui semble presque futuriste pour un fusil à verrou.

 

 

 

 

 

Ici, quelques modèles de Steyr scouts

Le Scout Rifle

 

 

Ici, un Ruger Gunsite Scout Rifle (GSR)

 

Le Scout Rifle

 

 

 

 

 

Certains individus ont choisi de construire leur propre fusil scout avec d’anciens fusils dont la plupart n'ont pas rencontré la fameuse « Cooper ' S approbation », en utilisant une grande variété de pièces, de marques et d'actions différentes. Cela a donné lieu à des carabines qui ne sont pas pour autant inintéressantes.

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

Ici, un 1898 Krag Scout rifle

Le Scout Rifle

 

 

 

Ici, une Marlin

Le Scout Rifle

 

 

 

 

 

 

 

Résultats sur cible au stand

 

 

 

Le Scout Rifle

Ici, un Scout Rifle en semi-auto

 

 

 

 

 

Ici, un Ruger Gunsite Scout Rifle moderne en semi-auto

Le Scout Rifle

 

 

 

 

La précision pratique, par opposition à la précision intrinsèque, est importante. On remarque que l’on parvient néanmoins à faire un beau groupement à 100 yards !

 

 

 

Le Scout Rifle

 

 

 

 

 

Quid de la balistique avec un Scout Rifle ?

 

 

 

Ici, l’exemple d’un drop pour une .308 Win Lapua Scenar 155gr tirée sur 100 et 200 yards

 

Le Scout Rifle

Avec une lunette « zérotée » à 100 yards

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

 

Pour conclure, je dirai que c'est un fusil que vous achèteriez lorsque vous ne savez pas comment vous allez tirer demain ni, dans quelles circonstances, mais il peut être un très bon pari sur l’avenir, vu sa polyvalence. Sur le papier, cela peut donc sembler génial ou idéal mais dans le monde moderne, combien de personnes vivent la vie de quelqu’un qui est installé en Alaska, par exemple ? Bien entendu, vous pouvez l'utiliser pour la chasse, mais il ne sera pas aussi bon qu' un vrai fusil de chasse. Au stand, idem, vous obtiendrez des résultats corrects mais probablement jamais aussi précis qu’avec une arme « taillée » pour la précision. Quant au terrain ou pour la défense, personnellement, je pense quand même que je lui préférerais un fusil d’assaut.

 

Et pour ce qui concerne son design ou son look, et bien que ce soit une question de goûts qui ne se discute pas, et bien qu’il en existent de très jolies, ce n’est pas non plus le genre de carabines que je choisirais … sans parler de son prix plutôt élevé mais bon, dans des mains expertes, son efficacité ne fait aucun doute !

 

 

 

 

 

 

Voici une série de liens relatifs au sujet développé dans cet article

 

 

 

Le Scout Rifle
Le Scout Rifle
Le Scout Rifle
Le Scout Rifle
Le Scout Rifle

 

 

 

 

 

 

A bientôt,

Le Scout Rifle
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 18:31
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

 

Comme vous le savez, et c’est souvent le cas pour beaucoup d’entre nous, l’hiver est une saison qui connait un ralentissement dans nos activités de tir et par conséquent, c’est également l’occasion pour les tireurs de mettre à profit cette période pour entretenir leur matériel, recharger leurs cartouches et éventuellement de profiter des soldes pour faire les menus achats nécessaires à l’amélioration de leurs armes.

 

Pour vous éclairer sur le matériel utilisé par les « pros » du TLD faisant partie d’un panel constitués avec les 100 meilleurs tireurs US et dans la continuité de l’article précédent, je vous propose donc aujourd’hui d’aller faire un petit tour du côté d’une enquête faite sur le web à propos de leur matos. Cela pourra peut-être vous donner quelques idées ou vous rassurer sur la qualité de votre propre matériel.

 

 

Bonne lecture

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

 

 

 

 

 

Quel est le matériel le plus souvent monté sur les carabines TLD des meilleurs tireurs américains?

 

 

Selon les infos recueillies sur la toile via un panel pris parmi les meilleurs tireurs de précision US et qui attachent beaucoup d’importance au choix de leur canon lorsqu’ils montent une carabine destinée au TLD, on se rend vite compte qu’il s’agit également d’un élément déterminant qui permet d’améliorer la précision de leurs tirs mais pas seulement ! Canon lourd, longueur de canon, sa parfaite adéquation avec le calibre tiré, une crosse tactique, une crosse long range, actions de grandes marques, …, coup de projecteur sur les données récoltées.

 

 

Les stats et les moyennes portent sur des tireurs de 300 à 1200 yards et qui utilisent des canons de 20, 22, 24 , 25, 26 et 28 pouces, avec un poste « Autres » qui rassemble les données pour les canons de 27 pouces et d’autres longueurs hors standards (canons fabriqués à la demande) et pour les calibres allant du 6 au 8mm.

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ventilation de la longueur des longueurs de canon utilisées.

 

 

 

 

Nous constatons d’emblée que le 26 pouces est de très loin le plus utilisé (près de la moitié des tireurs !) et ce, pour la plupart des calibres puis, viennent dans l’ordre du classement, le 25 et le 24 pouces.

 

Le 28 pouces est étant plutôt recherché pour augmenter la vitesse de la balle en sortie de bouche. Les autres longueurs sont parfois choisies juste parce qu’elles correspondent mieux au calibre tiré car comme vous le savez, le choix de la longueur du canon est souvent liée à la cartouche spécifique utilisée. Par contre, le Dasher 6mm peut être tirée par des canons allant de 20 " à 28".

 

D’autre part, on notera que la plupart d’entre eux avaient néanmoins fait préparer leur canon (Alésage, rainurage ou, tout simplement son rodage) par les armuriers les plus réputés des States. Les marques les plus prisées sont respectivement : Bartlein Barrels, Benchmark Barrels, Border Barrels, Brux Barrels, Broughton Barrels ou encore des Criterion Barrels, des Shilen Barrels et autres Lothar Walther Barrels.

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ici, les armes des « pro » au stand

 

 

 

 

Hormis les fusils spécialement préparés par des armuriers de renom pour la compétition, dans ce panel, il y avait également des fusils de sport ou encore des carabines de marques connues constituées avec des boîtiers ou des actions d’origine ou pas.

 

 

Les voici :

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Répartition des actions par marque

 

 

 

 

Nous constatons en tête du classement qu’il y figure un certain nombre de marques plutôt peu connues chez nous et essentiellement américaines mais que nous y retrouvons également les Accuracy International, les Remington 700 et autre Tikka T3.

 

Ces canons sont soit montés sur leur châssis d’origine, soit encore sur des châssis & stocks de marque ou provenant d’entreprises spécialisées. Toujours selon ces statistiques, la plupart des choix récents des tireurs d’élite portent sur les châssis & crosses suivants :

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Répartitions des choix de crosses et châssis par les tireurs d’élite

 

 

 

 

Sur les 100 meilleurs tireurs TLD, on constate qu’une majorité a opté pour une Manners, une crosse produite aux States puis, pour une MacMillan beaucoup plus connue sous nos contrées mais aussi, et c’est sans surprise, une Accuracy International, une J. Allen, une XLR, et KMW. Les 28 autres se répartissent sous huit autres enseignes. A savoir, McRees Precision, Desert Tech, KRG, Rock Solid, JP AMCS, Ashburry Precision, Kelbly’s et Masterpiece Arms mais, dans de beaucoup plus faibles proportions.

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ici, une carabine montée sur base d’une Mannersstock

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ici, une carabine montée sur McMillan A3-5

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ici, une autre montée avec une J. Allen

 

 

 

 

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?

Ici, une Remington 700 montée sur châssis Accuracy International AW

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

Nous constatons que les tireurs d’élites ne tirent que très peu souvent avec une arme restée strictement d’origine sauf s’il s’agit, par exemple, d’une arme qui est équipée expressément pour assurer en TLD. Telle qu’une carabine de chez Accuracy International.

 

La plupart du temps, ils utilisent un canon de 26 pouces et confient l’assemblage de leur arme à un armurier de renom tout en choisissant leurs composants (canon lourd, action, crosse ou châssis, etc.). Nous verrons également dans un prochain article qu’ils tirent très rarement avec des cartouches manufacturées et qu’ils les rechargent avec de très bons composants. A suivre …

 

 

 

 

 

Voici une série de liens relatifs au sujet développé dans cet article

 

Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Quel est le matos utilisé par les meilleurs tireurs TLD ?
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 18:18

 

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

Bonjour à tous,

 

 

Bien avant de commencer,  je tiens avant tout à signaler que je n’ai pas d’action chez RDS INDUSTRIE,  et que ce retour d’expérience a été fait de façon tout à fait impartiale.

 

Un beau matin de novembre,  après mes 2 ans d’absence,  je me suis mis en route pour les côtes d’Armor pour aller voir mon camarade Herlé, patron de RDS INDUSTRIE,  afin de lui faire exécuter de menus travaux sur 2 armes et lui acheter un réducteur de son pour mon futur projet.

 

Après mon arrivée sur place et les travaux effectués, nous en venons à parler d’une de ses productions :

 

La carabine HOWA en 300 AAC ou 300 BLACKOUT (7,62x35).

 

Il m’apprend que sa création n’a été achetée qu’à quelques exemplaires et quelle n’a pas le succès attendu.

 

 

 

 

photo-A

 

 

 

 

Petite cartouche en calibre 30,  le 300 AAC est,  à quelques détails près, la copie conforme du 300 whisper,  cartouche spécialement étudiée à la base pour être utilisée en subsonique dans le système ar15 ne nécessitant que le changement du canon et pour se rapprocher de la balistique de la 7,62 kalachnikov.

 

Pour ceux que ça amuse ou par souci d’économie, on peux fabriquer des étuis à base de 223 rem usagés.  Des moules existes aussi en calibre 30 pour que ce soit encore plus économique et savoir couler ses propres balles.

 

Avantage intéressant, elle permet, dans la configuration proposée,  de tirer de façon économique en subsonique et en supersonique. Ce qui est suffisant vu les capacités des stands les plus courants de l’hexagone, c'est-à-dire le 200m mais aussi pour réduire les risques de dérangement du voisinage, même en supersonique.

 

 

 

image2

 

 

 

Devant ma curiosité face à ce calibre que je n’avais jamais utilisé, me voilà en fin d’après midi,  rejoignant ma voiture avec sous le bras la carabine HOWA,  un jeu d’outils et une très grosse poignée d’étuis et d’ogives pour tester la bête.

 

 

L’arme :

 

L’action est une HOWA (alias Weatherby Vanguard)  fabriquée  au Japon et bénéficiant d’une excellente détente directe en sortie de boîte et dont j’ai adoré le départ.

 

Des crosses sont disponibles chez différents fabriquants (MC Millan…) mais pour ma part, Herlé m’a très vite enlevé la magnifique crosse en bois stratifié ... connaissant  mon utilisation « terrain » pour me mettre une crosse Hogue OverMolded,  avec son "Pillar Bedding" aluminium qui me convient mieux.

 

Le canon est un Lothar Wather Inox au pas d'un 1:8 ".  Longueur 350mm,  plus le RDS inamovible, portant ainsi la longueur de l'ensemble à 550mm,  ceci afin de rester en catégorie C .

 

Pour l’optique, j’ai reçu en prêt une Leupold 3,5-10x42 en second plan focal avec ses colliers QRW de chez Leupold , et une embase en 2 pièces non pentée.

 

Après quelques tests de charges et de vitesses, mon rechargement se fixe sur une charge de 7grains de AO derrière la 220gr sierra hpbt dans un étuis Remington et des amorces smal BR2, pour une longueur de 38mm .Le tout me donnant une vitesse de 310m/s à 15° et 1010 hp.  Le bruit de départ se limite au bruit du percuteur et au souffle du passage de la balle à la sortie de bouche ... en bref, du vrai subso.

 

Après quelques tir à 50m afin de centrer la bête, je décide de passer rapidement à 200m , l’objectif étant de voir le potentiel de l’arme en subsonique à longue distance.

Arrivé à 200m et à 26 Moa de correction,  je me rends compte que je vais vite être limité au niveau de mes réglages en longue distance donc,  je décide de rehausser le montage arrière grâce à des couches de métal taillé dans une canette de soda ... système artisanal mais qui donne de très bon résultats.

 

TOUJOURS bien choisir les embases !!!  Pour une arme de démonstration pour les tirs à 100m comme celle-ci,  à la base,  un montage non incliné fait très bien le travail mais au dessus et en subsonique,  je resterais personnellement sur du 30 MOA .

 

Le montage rehaussé et le  "0 " refait,  j’ai repris mes tests.

 

 

 

 

 

TIR A 200M

image3

 

TIR de 3 cartouches qui s’est transformé en 4 suite à une erreur de ma part,  j’ai remis la 4eme pour faire des réglages plus précis à 3 impacts . Hausse : 26 Moa

 

 

Remarque:  pour l'essai de tir à 300M : pas de photos,  désolé. Hausse : 42 ½  Moa

 

 

 

 

 

 

TIR A 400M

image4

 

Hausse : 66 Moa. Limite de capacité en réglage de l’optique

 

 

 

 

 

 

TIR A 500M

image5

 

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
15 février 2014 6 15 /02 /février /2014 17:30

 

Nous sommes là dans une distance qui sort logiquement de l’emploi du subsonique  du moins en calibre 30,  mais qui peut le plus,  peut le moins.

 

La contre visée fait 7 mil dots,  ce qui correspond à presque 25 Moa et donc, ce qui fait 91 Moa.

Les 3 impacts sont étalés sur 27 cm (pour ceux qui le cherche,  le plus bas est sur le chiffre 5)

 

 

Quelques choses à savoir sur le tir en subsonique :


 

- Le 1er coup est toujours plus bas, ce qui nécessite lorsque l’on veut faire un groupement,  de tirer  le 1er coup  à coté de la cible

 

- Le rechargement mérite tous les attentions afin que la vitesse sont la plus régulière possible d’une cartouche à l’autre car plus la vitesse    est faible,  et plus les écarts se voient en cible. C’est pareil en supersonique mais,  vu la faible vitesse en subsonique , on voit les impacts s’étaler de haut en bas sur la cible.

 

Malgré des résultats corrects,  je pense que mon rechargement est encore perfectible et que cette arme peut faire mieux et que les 600m sont envisageables.

 

 

 

photo1

 

 

 

 

Voici les 2 balles récupérées dans la butte et dans une buche de bois

 

photo2

 

 

 

Une fois ces tests subsoniques effectués, je n’ai pu me résoudre à laisser partir l’arme sans l'essayer  avec un rechargement supersonique et là,  les choses se corsent …

 

 

Avec l'actuelle pénurie de poudre dans l’hexagone et ne m’étant pas remis à recharger le 223 rem pour mon M4,  je me retrouve sans poudre adaptée.  Heureusement,  après quelques coup de téléphones,  je réussi  à  me dégoter un peu de N130, bien que l’idéal serait la N110 ou de la TUBAL 2000 mais à défaut,  je vais faire avec…

Ayant de la 125gr Spitzer Sierra pour mon projet qui tarde à arriver,  je décide de partir là-dessus en espérant me rapprocher de la balistique de la 30 kalachnikov.

 

Second problème,  je ne trouve pas de charge pour débuter,  je me lance dans une recherche et me fixe sur un début approximatif à 19grains  (je souligne bien le fait que ce que j’ai fait doit être absolument évité et que ceci n’engage que moi).

 

Après un préréglage à 50m et un cailloutage à 200m,  je me retrouve avec une correction de 6 MOA et le groupement joint,  ci-dessous (les autres groupements seront de valeurs équivalentes) de moins d’une MOA.  Ma charge maxi de 20,5 gr me fera monter à 560m/s , vitesse faible mais vu que la charge commençais a être compressée,  j’ai préféré arrêter là mon escalier de test.

 

 

 

 

photo3

 

 

 

 

 

Petit comparatif des 2 cartouches : supersonique 125 gr spitzer à gauche  et subsonique 220gr HPBT à droite

 

photo4

 

 

 

 

 

A mon Humble avis :

 

 

J’aime beaucoup cette arme, compacte,  polyvalente dotée  d’une détente superbe,  les actions howa disposent d’une gamme d’accessoires assez étendue allant des différentes crosses et pontets  avec chargeurs amovibles.  Il faut bien le dire,  elle m’a séduite malgré finalement le peu de tests que j’ai pu mener du fait du manque de pas de tirs LD et de mon emploi du temps très chargé.

 

Pour son utilisation,  il faut prévoir des embases pentées de 30 Moa  pour tirer  tout le potentiel de l’optique choisie .  Pour l’optique,  la prévoir avec une forte plage de réglages,  et si possible, avec  un réticule gradué style TMR afin de faire des contre-visées si vous avec la chance d’avoir un pas de tir vous permettant de tirer à de longues distances.

 

Cette arme satisfera la majorité des tireurs bénéficiant d’un stand de 200m ou de 300m (même si ce n’est pas sa limite !) désirant tirer de façon économique tout en voulant faire du supersonique et du subsonique.  Tout ceci tout en ayant la possibilité  " de pousser le vice "  de recycler des étuis 223 rem et de couler ses ogives J

 

Ah,  si seulement  je n’avais pas mon projet en court !

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

 

http://www.rdsindustrie.com/index.php/component/virtuemart/ar-15-custom-silencieux/howa-1500-300-blk-2013-08-29-detail?Itemid=470

 

http://300aacblackout.com/

 

http://www.tirmaillyforum.com/mildot/printview.php?t=176767&start=0&sid=c9c81e0d70bc8d480ce1376eda877912

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

A bientôt,


profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 16:42

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

Comme promis le mois passé, Benoit a eu le temps de boucler son article comme prévu et nous revient  avec le témoignage de son expérience sur le Mosin-Nagant ... qu'il en soit remercié !

 

A toi Benoit ...

 

 

 

Ce mois ci, attendant mon custom avec impatience, j’ai envie de vous parler d’une de mes armes préférée et que je n’avais pas pris avec moi à la Réunion (je l’ai regretté !!!) :  le Mosin-Nagant Sniper.

Un vieux système d’arme mais ô combien efficace et peu cher  à l’achat, ce fusil peut être un très bon premier achat pour qui veux tirer à faible coût (calibre déclassé et munition de surplus très abordable).

 

 

 

 

 

mosin-nagant-1

 

 

 

 

 

J’ai acquis cette arme sur une bourse comme il y en a encore un peu partout en Europe. Evidemment,  il ne faut pas se leurrer, ce n’est pas un véritable "sniper" mais bien un assemblage avec un Mosin  "basic" de 1938 où on a coudé le levier d’armement et  monté dessus un montage et une lunette qui eux-mêmes, s' ils ne sont pas d’origine non plus, sont fabriqués dans la même usine que les originaux.

 

 

 

L’ayant acheté en 2005 et ne voulant pas " m’ennuyer " avec une première catégorie, je l’ai pris en 30 284 Win afin de l’avoir en 5e cat. L’arme était dans son jus, beaucoup de graisse de stockage  et ce vernis d’arsenal qui  protège le bois de l’humidité.

 

 

 

L’arme est rustique ...  les soudures pas extrêmement soignées et l’intérieur du canon n’a rien à voir avec un miroir, mais un coup de cœur reste  un coup de cœur et donc,  après un dégraissage soigneux de l’arme, c’était parti pour l’aventure ... .

 

 

 

Pour l’optique, j’ai eu l’impression de faire un bon de quelques années en arrière avec l’APXL806 qu’il y avait sur les FRF2.  La PU était une bonne lunette pour l’époque. Simple à utiliser (1 graduation = 10cm à 100m), compact et lumineuse.

Le réticule est classique pour l’époque et épais de 3millièmes, ce qui est très intéressant pour apprécier les distances.

 

 

 

 

reticule-lunette

 

 

 

 

Les graduations sont exprimées en millièmes sur la tourelle de direction et donc, 1 graduation = 10cm à 100m, ce qui est facile à régler, mais celle-ci  ne dispose pas de clics,  ce qui peut être gênant par faible luminosité.

 

 

 

Sur la tourelle de hausse rien de compliqué, elle est étalonnée de 0  à 1300M sur la munition d’origine en 148 GR , donc si on veux s’en servir correctement,  il faut copier au plus près celle-ci pour pouvoir bénéficier de la came de réglage. Vous pouvez voir en bas de l’optique le guidon de l’arme ainsi que son tunnel.

 

 

 

Pour exploiter au maximum les capacités du couple arme-lunette en tir longue distance, il est impératif d’ajuster le montage.

 

 

 

Celui-ci était ajusté par les armuriers à 2 endroits :

 

-          en limant la partie arrière du montage pour être bien centré en direction;

 

-          et en direction,  en réglant correctement les 2 vis à l’arrière du montage afin que celui-ci

           soit le plus possible centré et visible   ...  peu importe la hausse affichée.

 

 

 

Personnellement,  j’ai préféré rajouter du métal plutôt que d’en enlever en direction et donc,  j’ai aplati un étui et  j’ai adapté l’épaisseur :

 

 

lunette-de-tir

 

 

 

Pour la hauteur,  j’ai appliqué la méthode préconisée et citée plus haut.

 

 

 

montage-lunette

 

Le tout fixé à la loctite.

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
22 novembre 2013 5 22 /11 /novembre /2013 16:31

 

 

Je me suis donc lancé dans le rechargement et me suis aperçu avec bonheur qu’il affectionnait les 150G HPBT  en cal 30 de chez SIERRA alors que dans la logique,  les armes russes sont en 311 mais  bon,  vu la faible différence et qu’il était neuf, ceci explique peut être cela ...

 

 

Ma charge fixée (45,40 grains de T5000)  avec une vitesse de 710 m/s,  mon objectif  était avant tout d’utiliser cette arme en tir récréatif  juqu' à 600m tout en restant dans l’esprit TE et de tirer sur des cibles pivotantes TIRAX  mais il va falloir que  je  « muscle »  un peu ma charge pour être plus régulier au dessus des 400m avec un vent plus fort car,  au dessus de cette distance,  cette charge est assez faiblarde.

 

 

Pour votre info,  je n’ai pas eu de bons résultats en position de tir à la bretelle car le fut est assez fin et est assez sensible à la traction.

 

 

 

 

 

Groupement réalisé à 200M

 

cible-1

 

Le groupement est volontairement désaxé du  noir pour être plus visible.

 

 

 

Mais il y a un inconvénient avec le  réticule à pointe :  lors du tir par faible luminosité,  on a du mal à  voir le bout de la pointe ... comme cela m’est arrivé pendant ce tir en stand lourd … dommage !

 

 

 

Groupement réalisé à 400 mètres

 

cible-2

 

 

Là,  vous pouvez constater que le vent et une faible vitesse ne pardonnent plus !

 

 

 

Vers la fin de mon mandat en Afghanistan pendant une réunion, la plupart des cadres présents rigolaient de la présence parmi eux  d’un tireur d’élite armé d’une  « pétoire russe à lunette de la seconde guerre mondiale »  qui ne savait tirer qu’à  la hausse de combat ... et pourtant, ils auraient dû  savoir que les russes effectuaient leurs réglages afin de pouvoir " traiter " à la tête de 0 à 300m et ce,  sans effectuer de correction !

 

 

 

CONCLUSION :

 

Ceci dit, pour revenir à notre contexte du tir récréatif et si les armes militaires vous plaisent ainsi que le tir à la longue distance alors,  n’hésitez pas,  le Mosin Nagant "sniper" sera un excellent compagnon de jeu pour vos tirs de loisir pas cher et,  au prix des munitions de surplus russes, pourquoi vous en priver ?!

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

http://www.thedarkpaladin.com/russiansnipers.htm

 

http://www.globalsecurity.org/military/library/report/other/mosin.pdf

 

 http://www.thetruthaboutguns.com/2010/09/chris-dumm/gun-review-mosin-nagant/

 

 http://www.gunpics.net/russian/m9130/mnboltdis.html

 

 http://www.passionmilitaria.com/t50546-le-fusil-mosin-nagant-modele-1891

 

 

 

video logo

 

 

 

http://vimeo.com/68784589

 

http://www.youtube.com/watch?v=Vtojjb5QKvs

 

http://www.youtube.com/watch?v=8RcclQ29QAs

 

http://www.youtube.com/watch?v=vDIypxgwzXs

 

http://www.youtube.com/watch?v=tttveTbF9NQ

 

 

 

 

profil-AICS PROJET2013 A+


Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
16 décembre 2012 7 16 /12 /décembre /2012 13:37

 

come back soon post-it-marksman

 

 

 

Chers lecteurs,

 

Comme vous aviez pu le lire, il y a une quinzaine de jours, et par dégoût de lire les élucubrations scatologiques d’un journaleux hoplophobe plongé dans un délire d’associations

et pratiquant aisément la diffamation, j’avais décidé de mettre un terme à mes publications ainsi qu’à ce blog à dater du 31 décembre 2012. Mais c’était sans compter sur une multitude d’appels à la raison pour poursuivre et des dizaines de témoignages de soutien me demandant de continuer !

 

Ne sachant pas comment vous remercier, mes camarades et moi avons décidé de poursuivre l’aventure avec ce blog ainsi que de vous l’annoncer avant les fêtes de fin d’année. Car enfin, comme vous nous l’avez si bien fait remarquer, ce serait faire trop plaisir à ce triste personnage que de stopper alors que nous n’avons jamais fait quoique ce soit de répréhensible.

 

Néanmoins, le moment est sans doute venu de tourner une page pour en ouvrir une autre sur une nouvelle formule. Nous allons nous recentrer sur le tir de précision à longue distance et sur le tir récréatif au sens large du terme. Par ailleurs, une ou plusieurs nouvelles autres catégories d’articles verront le jour sous le vocable « Armée-Gendarmerie-Police ». Ces nouvelles rubriques feront l’objet de présentation de l’armement, du matériel, des exploits ou des performances ou encore, de certaines missions de ces corps constitués et respectés.

 

Par ailleurs, je ne serai plus le seul rédacteur. En effet, comme cela a déjà été le cas, mes amis participeront aux publications de ce blog et d’autres auteurs pourront venir se joindre à nous.

Les écrits en seront ainsi d’autant plus riches et variés.

 

Mes amis,  nous serons de retour avec un tout nouvel article dans les quinze jours qui viennent J  Nous espérons que ce sera pour votre plus grand plaisir … donc, restez attentifs dans les jours qui viennent.

 

Encore mille mercis à tous ceux d’entre vous qui m’ont apporté leur soutien. Passez de bonnes fêtes !

 

Pour terminer, je vous fais copie de quelques messages de soutien parmi tous ceux que j’ai reçu (trop nombreux pour être tous publiés L) et vous livre à votre réflexion, les deux citations suivantes :

 

« La peur des armes est un signe de retard dans la maturité sexuelle et émotionnelle »

   Sigmund Freud, General Introduction to Psychoanalysis

 

Et :

 

"The right of the citizens to keep and bear arms has justly been considered, as the palladium of the liberties of a republic; since it offers a strong moral check against the usurpation and arbitrary power of rulers; and will generally, even if these are successful in the first instance, enable the people to resist and triumph over them...."

Justice Joseph Story, 1833

 

 

Les messages de soutien :

The end

Je viens de lire votre dernier poste. Quel gâchis ! .Je ne connais pas tout les tenants et aboutissants. Quel dommage, moi tireur « lambda » qui trouvait une mine d'infos de votre blog avec des tas de renseignements et de liens supers. Quel dommage que vous laissiez tomber. Quel dommage que de plier devant la connerie humaine. J'espère que vous reprendrez le courage et le moral pour rouvrir un blog.
Acceptez encore mes vœux d'un avenir que j'espère meilleur, et croyez bien que je serai de nouveau un de vos fidèles lecteurs au cas où ... avec tous mes encouragements et ma sympathie.
Cordialement 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Est-ce bien raisonnable?

J'appréciais votre blog et je suis triste de votre décision et je suis d'autant plus triste que cela ressemble à une capitulation en rase campagne qui contredit l'image que je m'étais faite de l'auteur de ce blog de très haute qualité. 
Je suis d'autant plus déçue de cette capitulation lorsque je constate la médiocrité du "journaleux" qui, en quelques phrases, vous fait mettre "genou à terre". Peut-être avez-vous, en fait d'autres raisons personnelles, ce qui serait alors plus respectable mais qui ne saurait effacer la tristesse de ne plus vous lire.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Je lis parfois vos articles et visite votre blog, c'est vrai de façon très aléatoire, mais toujours avec délectation et grand intérêt.
Je suis vraiment choqué qu'un insignifiant écrivaillions sans aucune envergure ai réussi à vous mettre le doute et ai pu vous toucher au point de vouloir arrêter votre excellent travail. Ce type n'est rien et à part vous faire du mal, il n'a absolument rien amené dans son torchon tout l'article d'ailleurs ne ressemble à rien.
Par contre vous nous apportez beaucoup, que ce soit pour les passionnés avertis qui, j'en suis sûr, peuvent dialoguer avec vous sur des sujets maitrisés ou comme moi, un passionné qui est tout simplement à la recherche de beaux articles sur ce que j'aime et que je dévore.
Je vous apporte tout mon soutien et vous suggère de ne pas céder au découragement ou au doute en continuant votre blog.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Encouragement

J'ai découvert par hasard "l'histoire", baisser les bras devant ce … qui pourrait être trainé devant les tribunaux pour diffamation dans ses articles (si on peut appeler ça, article. Chacun étant responsable de ce qu'il écrit). Un banal anti-arme … ce serait lui donner l'importance qu'il ne mérite pas. Il suffit de regarder en haut de sa page pour constater que + de 80% de ceux ayant lu son sujet sont en désaccords.

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Ne ferme pas le BLOG
Il n y a pas de solutions aux problèmes qui opposent les gens sur le sujet des armes.
Alors je pense qu'il doit (le blog) faire le chemin que tu lui dessineras.
Force et Honneur

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Bonjour,
Je viens juste de connaitre votre blog et je le trouve super intéressant.
J'ai lu l'article de ce " journaliste " et je conviens que ça m'aurai déplu aussi mais n'abandonnez pas ce serait donner raison à toutes les conneries qu'il a pu dire. Sachez que tous les tireurs vous soutiennent 
cordialement 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Dommage et remerciements

Bonsoir,
J'ai pris connaissance de votre dernier billet alors que je venais relire votre article sur les mousquetons. Oh les méchants ... Merci néanmoins pour la qualité de vos articles, j'ai beaucoup appris en vous lisant et vous félicite pour avoir mis en ligne ces contenus qui permettaient à des néophytes comme moi d'appréhender des sujets pointus avec plus de facilité mais surtout beaucoup de plaisir.
RIP
Salutations helevètes

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Soutien moral

Monsieur,
Suite à l'annonce faite sur votre blog, je me permets de vous envoyer ce message de sympathie ! En effet, votre site est une vraie source d'informations, agréable et utile.
Je n'ai jamais vu de site sur le sujet autant précis et sérieux !
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Fermeture du blog

Ben , perso, je pense que c'est vraiment dommage de céder ainsi aux élucubrations d'un fêlé de la cafetière !
C'est comme céder devant le chantage ou face au terrorisme … en fait c'est une forme de terrorisme de plumitif sujet à la colique. Céder et plier devant pareil individu, c'est lui donner la victoire !
Il pourra se "gargariser" d'avoir réussi à faire fermer un blog et donc de laisser penser que ce blog n’étais pas honnête et qu’il cachait peut-être quelque chose … il ne faut pas lui faire ce plaisir ! 
C'est le genre d'individu qui doit se "masturber" devant son écran en se délectant du résultat des commentaires des lecteurs. Ce type ne mérite même pas un regard, il n'est rien !
A la limite, il se comporte comme s'il était lui même tueur en série, et il asticote tout azimut car il trouve qu'on ne parle pas assez de ses hauts faits et n'en retire pas la satisfaction qui le rempli d'aise et titille son ego et plus on en parle, plus on lui donne une importance qu'il n' a pas … c'est comme la m…  plus on touille dedans, plus elle sent ! Ca, il doit aimer ! 
Je pense que Marksman devrait revoir sa position et continuer en ignorant ce tdc ! Là , ça va le faire "c*ier " !

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Désolé de voir votre blog disparaître

Bonjour,
Je suis désolé de voir votre blog disparaître, l'ayant découvert, il y a peu.
Il est dommage que vous mettiez un terme à vos publications de qualité, qui, pour ce que j’ai pu en voir, s’accordent totalement aux législations en cours en France et en Belgique. …

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

NONNNNNNNNNNNNNNNNN!!!!!!!

Bonjour

C'est avec le plus grand des regrets que j'ai vu aujourd'hui que le blog fermera, je voulais te dire que j'ai grandement apprécié tes articles... J'ai GRANDEMENT appris et je trouve très frustrant que tu ne puisses continuer ton écriture !!! IL N'AVAIT RIEN DE DANGEREUX LA DEDANS !!!
Je vais faire une copie de tous tes articles pour m'y référer. 
Merci encore pour toutes ces informations utiles et intéressantes à lire.

 

 

 

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

 

 

 

christmas banner

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
18 novembre 2012 7 18 /11 /novembre /2012 13:16

 

marksman web

 

 

 

Chers lecteurs,

Ce nouvel article aborde le sujet parfois controversé des réducteur de son ou des silencieux.  Ce mois-ci, c’est notre camarade Benoit qui va nous en entretenir. Il nous fournira notamment un éclairage sur son utilité tactique.

Partout dans les revues spécialisées et ce, depuis de nombreuses années, nous voyons des réducteurs de son (RDS), vulgairement appelés « silencieux », fleurir un peu partout sur tout type d’arme et ce, pour un diverses utilisations (tir tactique ou sportif).

 

rds

 

Personnellement, j’en monte sur presque toutes mes armes longues civiles depuis plus de 7 ans.   Bien entendu, je parle ici de silencieux de qualité et pas de systèmes artisanaux ou autres bricolages de l’ajusteur du coin.

 

DSCN3453

 

En ce qui concerne ma vie militaire, j’ai énormément œuvré pour leur utilisation sur les différentes armes que nous avions en dotation dans ma section et mon régiment. FAMAS, MINIMI, FRF2 et l’HECATE 2 de chez PGM ont ainsi été équipés de réducteurs de son tant à l’entrainement qu’en opération.

 

Article-sur-le-RDS 0174

 

DSCN3731 

 

 En voici les avantages au niveau tactique :

- Elimination du blast (réduction de la poussière due au tir) et protection de la zone ORL

  du tireur ;

 

- Elimination du recul et amélioration du contrôle de l’arme (excepté au calibre 50 bgm où la

  quantité de gaz est énorme) ;

 

 - Elimination de la détonation donc, confort lors de tir pour garder le dialogue au sein de

   l’équipe et pendant les transmissions radio ;

 

- Précision inchangée voire, améliorée grâce à la réduction des vibrations du canon (seul le

   point d’impact peut être décalé de quelques centimètres à 100m) et cela ne change rien à la

  balistique de la munition, contrairement à ce que l’on peut lire souvent ;

 

- Pas de détection du départ du coup ou très difficile à identifier passé les 100m grâce à

   l’absence de poussière au départ des coups, presque pas de détonation, pas de flamme en

   sortie de bouche (évitant ainsi toute gène pour l’emploi des JVN). Seule l’onde

   supersonique   est perceptible par la personne visée. En cas de rencontre à courte distance le

   bruit reste modéré, le rendant inaudible à quelques centaines de mètres voire, moins suivant

   la configuration du terrain.

 

Pour les inconvénients, on peut noter :

- Le  poids (de quelques centaines de grammes à quelques kilos, suivant l’arme) ;

 

- L’encombrement (environ 15 cm pour un RDS FAMAS MINIMI et un peu plus de 40 cm,

  pour le RDS  de l’Hécate 2 ;

 

- L’impossibilité de tirer une grenade à fusil rapidement pour le FAMAS.

Il est évident que je parle de tir avec des munitions standards car je fais partie d’un régiment d’infanterie et non des forces spéciales.

 

 

PIC 0007

 

 

J’utilise à titre personnel sur mes armes des réducteurs de sons pour tir supersonique donc standard et pour le tir subsonique donc, totalement silencieux

Pour ce dernier, la mise au point d’une cartouche demande de l’attention car elle nécessite une vitesse de l’ordre de 300m/s à 15°C sous 1013 de pression (étant donné que les munitions subsoniques sont très sensibles à ces facteurs et qu’il faut avoir de la marge lors d’une possible montée en température ou d’une montée en altitude) et qu’il ne faut pas dépasser le fameux mur du son.

Les munitions doivent avoir un poids de balle important afin de garder leur vitesse et un pouvoir vulnérant (pour en savoir plus, cliquer ici) à grande distance néanmoins, les distances d’emploi des munitions subsoniques restent courtes (0 à 200m). De part leur vitesse initiale très basse, les ogives des munitions subsoniques ne se déforment pas ou très peu, ce qui implique l’obtention d’un tir extrêmement précis qui permet par exemple, d’atteindre un organe vital tel que le bulbe rachidien dans le cadre d’un tir « police ».

 

Pour le tir sportif ou de loisir, le tir subsonique offre de nombreux avantages :

- Il est peu onéreux (étuis inusables ou presque, poudre vive en faible dose) ;

 

- Pas de recul ou presque ;

 

- Pas de bruit (pas de nuisances pour les voisins des clubs de tir) à titre d’exemple, souvent

  mes camarades, au pas de tir, se demandent si j’ai tiré et à la limite,  le bruit d’impact

  s’entend  plus que le bruit de départ.

 

Pour les inconvénients :

 

- Existence d’une flèche très importante ce qui est un pose un problème à partir d’une certaine

  distance pour les clubs équipés de pare-balles. Pour info, pour un 0 à 50m, je mets plus de 25

  MOA à 200m suivant les conditions du moment avec mon arme en 300 sav.

 

P7070077

 

Les réducteurs de sons présentent énormément d’avantages pour finalement peu d’inconvénients, les essayer, c’est les adopter J

Bien cordialement,

 

Benoit

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, voir les sites suivants :

 useful-links

 

  

http://www.rdsindustrie.com/

http://www.pgmprecision.com/fr_FR/accessoires/silencieux.html

http://servir-et-defendre.com/viewtopic.php?f=184&t=7766

http://www.cpadd.org/IMG/pdf/303._Les_blessures_occasionnees_par_les_vestiges_de_guerre.pdf

http://www.larmurier.net/FAQ.htm

 

 

video logo

 

 


 

 


 

 


 




 

 


 

 

 

A+

logo Marksman 

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 19:16

marksman web

 

En moins de temps qu’il ne faut pour le dire, nous voilà déjà arrivés à la moitié du mois ! Mais que va-t-il nous sortir de neuf, notre marksman ? On imagine bien que le bougre a encore dû se creuser les méninges mais, en général, on peut lui faire confiance car il nous propose souvent quelque chose de bien pratique ou il répond à une question que beaucoup de tireurs se posent encore. Exemple, comment améliorer davantage  la précision de mon tir ?

Ben oui, quand on a du bon matos et que l’on est arrivé au top au point de vue du rechargement, que peut-on encore faire pour améliorer ses scores ? La réponse est clairement d’adapter au mieux sa munition à l’arme avec laquelle on tire en la calibrant au chambrage de sa carabine et plus singulièrement, à la prise de rayure de l’arme. C’est précisément ce que je propose d’analyser dans cet article de novembre. J’attire cependant votre attention sur le fait que cette opération n’est pas sans risque et qu’une erreur peut vous être fatale ! Par conséquent, je m’empresse de décliner toute responsabilité liée à un quelconque accident qui serait survenu à la suite d’une mauvaise utilisation de cette technique. Néanmoins, même si la prudence s’impose (maladroit ou amateur s’abstenir !), ce réglage vous apportera certainement entière satisfaction.

Dans le commerce, vous trouverez d’excellentes cartouches aux paramètres balistiques optimisés mais standardisées avec des dimensions tenant compte d’un coefficient de sécurité tel que vous pourrez les tirer dans toutes les armes de leur calibre mais en réalité, pour qu’elle soit encore plus précise, votre munition doit être conditionnée à l’arme dans laquelle elle doit être tirée. C’est ainsi que la longueur totale maximum de votre cartouche pourra être adaptée à la forme de la chambre, à la position de départ des rayures dans le canon, au free bore recherché, à la course de la culasse et à la longueur de votre chargeur. Retenez d’ores et déjà que la forme de votre ogive sera déterminante dans la mesure. Cela signifie qu’à chaque changement de type d’ogive, vous devrez reprendre la mesure exacte et réadapter la longueur de votre munition. L’usure de la chambre du canon nécessitera également de reprendre cette mesure, tous les X milliers de coups.

 

Le free bore représente la distance sur laquelle votre balle est en vol « libre » avant la prise de rayures. Monsieur Jacques Berthe a très bien illustré ce concept :

   schema-free-bore

 

 

En voici une autre illustration :

 

free-bore 

 

Le tout est de savoir déterminer quelle dimension doit avoir la cartouche lorsque celle-ci vient affleurer, être juste au contact des rayures de votre canon et par quel moyen on peut déterminer cette longueur optimale ?

Plusieurs méthodes vous permettront de déterminer cette dimension avec plus ou moins d’exactitude. Certaines d’entre-elles sont empiriques et procèdent par essais et erreurs jusqu’à l’obtention de la dimension. Je ne peux que vous renvoyer aux sites dont je vous ai donné les liens pour en prendre connaissance. Par contre, il existe un outil particulièrement adapté pour mener à bien l’opération. Il s’agit de la jauge « Stoney point » qui est commercialisée par plusieurs firmes dont, la jauge O.A.L. ou encore Hornady. Il s’agit toujours de positionner la balle par rapport au début des rayures mais le système proposé facilite grandement la procédure et est beaucoup plus précis. Le système devra être utilisé en combinaison d’un comparateur ou d’un pied à coulisse. Au niveau du prix, prévoyez 55 € pour l’achat de la jauge auxquels vous devrez ajouter 7,5 € par gabarit de calibre qui est vendu séparément (exemple, pour un .308) et ainsi de suite, pour chaque autre calibre.

La jauge va reproduire la chambre de votre carabine avec la balle qui entre en léger contact avec les rayures. Le système Hornady consiste en un tube en aluminium rouge avec une tige poussoir interne, en plastique. L’outil s’utilise avec n’importe quel calibre de balle (voir supra). Il en existe deux modèles dont un droit utilisé pour les armes à verrou ou accessibles par l’arrière et un autre qui est courbé et dédié aux armes semi-automatiques, à levier de sous-garde.

 

Voici les deux modèles avec leurs gabarits :

 

jauge-stoney-&-douilles

 

Lorsque vous utilisez l’appareil (fonctionnement visible dans les vidéos, ci-dessous), vous devez prendre des mesures à partir de 3 ou 4 balles différentes car il y aura forcément des petits écarts de mesures dont vous devrez faire la moyenne pour en obtenir la taille à retenir.

En pratique, il s’agit de glisser la balle jusqu’à ce que l’on sente une résistance (début de contact avec les rayures) en appuyant sur la tige grise tout en maintenant le corps rouge de la jauge fermement contre l’embouchure de la chambre.

 

Voici la méthode :

 

1)     Après avoir vissé le gabarit (la douille) à la jauge, inséré une balle dans le collet, introduisez-  doucement dans la chambre de la carabine;

   carabine jauge

   

2)     Glissez la tige poussoir grise doucement vers l’avant jusqu’à ce que vous sentiez une légère résistance,  puis l’arrêter ;

3)     Avec le bout du doigt, appuyez sur la tige grise, deux ou trois fois pour obtenir un bon contact de la balle,  sans entrer dans les rayures ;

4)      Bloquez cette tige avec la vis moletée et ressortez-la ;

5)      Mesurez maintenant avec la précision d’un pied à coulisse, la longueur du positionneur ;

   pied-a-coulisse jauge 

          

6)      Par souci de sécurité, comparez cette dimension avec celle qui est préconisée dans les tables des constructeurs de balles (exemple, la table Sierra) et veillez à écarter les valeurs qui s’en écartent dangereusement ;

7)      Reportez la dimension relevée en n’oubliant pas d’en ôter 0,5 mm (de 0,4 à 0,6 mm maximum) pour les armes de tir de précision et jusqu’à 1 mm pour les armes de chasse sur votre outil positionneur de balle pour réaliser le rechargement des balles à cette longueur.

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet et trouver les pièces, voir les sites suivants :

 

 

http://tiroccitan.forumactif.com/t7295p15-mesure-aol

 

http://extreme-precision.forum-2007.com/t10146-preparation-nouvelle-douille-lapua

 

http://corsicarms.activebb.net/t2183-prise-de-rayures-et-probleme-de-surpression

 

http://tir-collection.forumactif.net/t3695-le-free-bore-par-l-image

http://lescopainsdutld.forumactif.net/t561-free-bore

http://www.tireur.org/forum/read.php?82,1255

http://www.tirmaillyforum.com/mildot/printview.php?t=15381&start=0&sid=a2d235eafc9d124a5f2d65d80542c69d

http://espfrance.kalanda.info/measuring-control-tools/headspace-gages-c-1_9_65.html?language=fr&osCsid=c3c259aaa3117d4f48e700d62460c5df

    

 

Les vidéos :

    


 

 
 
 

 
 

 

A+

 

logo Marksman

 

 

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 22:46

marksman web

 

Comme on le dit, il vaut mieux tard que jamais ! Me voici de retour après avoir connu un mois relativement pénible pour enfin vous proposer un petit article sur un sujet qui va peut-être vous paraître un peu trivial : le zérotage » de votre rifle scope. Et pourtant, il semble bien que l’opération ne soit pas si évidente que cela même chez les tireurs confirmés. En effet, combien de fois n’ai-je pas entendu des tireurs dire qu’ils ne sont même pas dans la cible alors que la lunette était sensée avoir été montée par un pro !  Combien de cartouches perdues, gaspillées ont été tirées à cause d’un réglage approximatif ? Certains seront peut-être tentés de  me répondre qu’avec les techniques au laser ou avec un collimateur, le réglage devient enfantin et bien, je n’en suis pas persuadé. Je dispose moi-même d’un tel dispositif et je puis vous assurer que ce n’est pas la panacée.

Le collimateur, je l’utilise après avoir fait mon réglage à l’œil mais bien souvent, la première mise au point doit être, malgré tout, rectifiée au stand en fonction de la distance de tir ou de zérotage. L’objectif à atteindre, c’est quand même de pouvoir tirer la première cartouche immédiatement dans la cible. Par la suite, il ne s’agira que d’une simple mise au point en affinant à l’aide de quelques clics pour placer le réticule à l’endroit exact. Le point visé doit être le point touché ! Personnellement, j’utilise une gommette rouge (8mm de diamètre) que je place en plein centre de ma cible. Le but du jeu est de finalement savoir « péter » la gommette à 100 mètres. C’est seulement alors que j’estimerai que ma lunette est bien paramétrée.

 ajustements

 

Opérations préalables au zérotage

 

Achetez une bonne lunette. Pas forcément la célébrissime Nigthforce mais bien une lunette qui sera adaptée à la puissance de la munition utilisée. Une ZOS ferait parfaitement l’affaire car elle résiste facilement au tir au .308, par exemple. Celle-ci sera complétée utilement d’un rail 20 ou 30 MOA pour réaliser des tirs excédant les 300 mètres et ce, pour pouvoir profiter pleinement de l’amplitude de réglage de la lunette (en général, 60 MOA). Si vous n’avez pas encore installé votre lunette sur la carabine, veillez à la régler de manière à ce que le réticule soit parfaitement aligné, par exemple, le trait vertical bien parallèle à la verticalité d’un fil à plomb que vous aurez installé et fixé pour que celui-ci passe plein centre de votre cible. Personnellement, j’utilise le couvercle rouge écarlate de mon ballistol plutôt qu’une cible.

 

Bien entendu, cela présuppose que votre carabine repose sur son bipied ou encore sur une base du type benchrest de manière à ce qu’elle soit parfaitement de niveau. Vous pouvez également vous aider d’un niveau à bulle. On en trouve équipés d’une base magnétique pour quelques euros et c’est un outil qui s’avèrera très utile puisqu’avec lui, vous pourrez aussi vérifier l’horizontalité.

 

reticule & cible

 

Eviter de réaliser l’opération avec une forte exposition au vent ! Une fois, la lunette bien orientée, il vous suffit de serrer convenablement les anneaux.

 

Le zérotage proprement dit

 

Voilà votre carabine pratiquement prête pour réaliser le zérotage visuel et votre cible est à bonne distance. Oui, mais à quelle distance ?

Personnellement, je réalise l’opération de ma maison en visant le fond du jardin; distance 25 à 30 mètres. Certains vous conseilleront de le faire à une distance de 100 mètres. Bien que les petites erreurs de parallaxe entre l’optique et le canon en soient amoindries, les autres paramètres peuvent êtres trop influents et de toute façon, la visibilité est moindre qu’à 25 m.

Par ailleurs, toutes les lunettes ne permettent pas un réglage à 25 m et l’erreur de parallaxe sera plus importante. A vous de voir. En ce qui me concerne, je préfère les 25 m car ce qui m’importe, c’est d’être dans la cible au premier essai. La mise au point sur de plus longues distances se réalise dès lors plus aisément par la suite. Ceci dit, si votre mise au point est bonne à 25 m, vous serez quand même dans le carton à 100 mètres. Restera à tirer 5 ou 6 balles pour affiner les clics pour arriver à l’optimum.

 

Pour obtenir le zéro visuel, retirez la culasse de votre arme et dirigez-la vers la cible comme déjà dit supra. Regardez dans le canon par la chambre et déplacez la carabine jusqu’à ce que la cible (ou dans mon cas, le couvercle de ballistol) apparaisse en plein centre de l’alésage du canon. Puis, sans déplacer le fusil, pour ajuster le réticule de votre lunette avec le point visé par votre œil à travers le canon, regardez  à travers de la lunette et appliquez aux tourelles, le nombre de clics tant latéralement (dérive) qu’en élévation (altitude) nécessaires et ce,  jusqu’au temps où vous ramènerez le réticule sur le point visé de la cible.

 

Pour les néophytes, la tourelle supérieure est marquée « up » avec le flèche indiquant le sens de rotation. Aller dans le sens de « up » pour remonter le réticule et tourner dans le sens inverse pour le descendre. Pour ce qui concerne la dérive latérale, elle comporte un « R » (right) pour aller vers la droite et une rotation inverse pour dévier vers la gauche. Sauf que de temps en temps, c’est l’inverse ! En clair, faites un essai avant de passer aux choses sérieuses. Autre précision, beaucoup de tourelles comportent des graduations, le tracé des incréments représentant une certaine quantité de point de mouvement d’impact sur la cible. L’incrément le plus commun est le ¼ de minute d’angle. Voyez votre notice pour plus d’information.

 

réglage-tourelle-supérieure

 

Lorsque vous pensez avoir obtenu la meilleure coïncidence entre visuel canon et réticule lunette, contrôlez que votre zéro visuel n’ait pas changé et allez au stand 25 m pour faire un essai de quelques balles. Vous devriez au moins être dans la cible puis, rectifiez par essais et erreurs à coups de clics de tourelle jusqu’au temps où vous ferez mouche.

 

tireur-couché

 

 

cible

 

Si vous savez comment fonctionne votre rifle scope, ça devrait vous prendre très peu de temps et de cartouches.  Autre petit conseil, faites vos essais avec les mêmes cartouches et sans laisser trop chauffer votre canon car les résultats pourraient vite devenir trop disparates.

 

Reste à placer votre cible, par exemple, à 100 mètres et de rectifier le réglage pour cette distance. Vous serez toujours bien dans la cible avec une dérive latérale identique (à moins qu’il n’y ait du vent) mais il faudra modifier l’altitude. Idem pour d’autres distances.

 

lunette

 

L’idéal est de zéroter sa lunette à 100 mètres ou à 100 yards (91,4 m) car c’est plus facile par la suite lorsque vous passerez à des distances qui sont des multiples de 100. Il existe des tables et des logiciels qui vous permettront de connaître le nombre de clics à appliquer pour garder un tir précis en fonction de la distance. Il y a des programmes informatiques capables de vous dire combien votre balle devrait tomber à une distance donnée. Vous trouverez même des simulateurs qui reproduiront les impacts de vos balles futures sur un écran. Je ne peux que vous renvoyer à un de mes articles précédents pour y accéder, cliquez Ici.

 

Une fois votre lunette réglée convenablement par exemple, pour 100 m, vous devrez « zéroter » vos tourelles de façon à garder en toute circonstance le « zérotage ». Il suffit pour cela de dévisser avec un tournevis plat les vis qui fixent les deux tourelles graduées de la lunette, extraire les capuchons gradués et puis, les renfoncer de manière à faire coïncider la barre d’index gravée avec le zéro de la lunette. Resserrez les vis. A l’avenir, vous pourrez mettre autant de clics à vos tourelles que vous le souhaitez et régler celles-ci pour des distances différentes et puis, revenir rapidement à votre zérotage de base étalonné à 100 m.

 

Voilà, vous êtes maintenant en mesure de placer vos projectiles dans une cible à distance donnée mais finalement, ce qui est important si on veut être un tireur accompli, c’est de pouvoir le faire pour n’importe quelle distance. C’est pourquoi il vous faut maintenant étudier la balistique du projectile qui sort de la bouche de votre canon et c’est souvent là que se les chosent se compliquent 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, voir les sites suivants :

 

http://ezinearticles.com/?How-To-Zero-A-Rifle-Scope&id=415018

http://www.wikihow.com/Use-a-Rifle-Scope

http://www.abousainc.com/SightIn.htm

  

Les vidéos :


 

 

 

 

 

                                                   A+

logo Marksman

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans L'arme d'épaule
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche