Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 14:29

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

Comme promis, nous nous retrouvons après les vacances d’été avec cet article qui coïncide pratiquement avec la période de l’ouverture de la chasse et comme vous le savez, je compte de très nombreux chasseurs parmi mes fidèles lecteurs. Par conséquent, comme je le fais de temps en temps pour eux, je vous propose à nouveau aujourd’hui de passer en revue une autre cartouche chasse de calibre .224 :  la .220 Swift qui jouit d’une grande réputation mondiale et qui été conçue spécialement pour pratiquer le varminting.

 

Bonne lecture

 

 

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

 

La .220 Swift - 5,56 x 56 mm SR a été annoncée au public à l'été 1935 à la suite de l’aboutissement des recherches de Winchester qui cherchait à créer une balle à percussion centrale .22 à super grande vitesse. Le prototype de la .220 Swift a été développé en 1934-1935 par Grosvenor Wotkyns qui a réduit la .250-3000 Savage dans le but d'atteindre des vitesses très élevées.

L'étui de la cartouche .220 Swift était issus de l'adaptation de deux étuis de cartouche bien connus, et Winchester déclarera d’ailleurs lui-même : " Nous avons utilisé un étui Lee particulier avec une tête .30-06 placée dessus". La Swift est une cartouche de calibre .224 à grand boîtier avec une balle qui a été développée à l’origine pour le petit gibier comme les marmottes, les chiens de prairie et autres varmints.

La .220 Swift était une cartouche destinée à être chambrée dans le fusil à verrou modèle 54 et qui a été le premier fusil chargé avec une cartouche usine qui offrait une vitesse initiale de plus de 4000 fps (1,220 m / s).

 

Winchester Model 54

 

Lors de son introduction, le monde de la chasse « varmint » a vraiment été impressionné car elle était vraiment plus rapide de 1400 fps (430 m / s) que sa rivale la plus proche, la .22 Hornet (également en calibre .224). En effet, la charge Swift haut de gamme vole à près de 305 m / s  (1000 images par seconde) et donc, plus rapidement que la cartouche moyenne de .223. Cette vitesse initiale historique a été obtenue grâce à l'utilisation d'une balle légère de 46 grains. Il faut savoir que jusqu'à l'introduction de la .223 WSSM (Winchester Super Short Magnum, 5,56 × 42 mm) en 2003, la .220 Swift était la cartouche fabriquée en usine restée jusque-là, la plus rapide au monde. S’agissant de la .223 WSSM, il faut savoir également qu’elle est actuellement la munition de calibre .22 de production la plus rapide de toutes avec des vitesses initiales aussi élevées que 1402 m / s ( ou 4600 pieds par seconde, environ Mach 4,1 !).

Le calibre .220 Swift était l'un des calibres standards proposés et a continué à l'être jusqu'en 1964, date à laquelle il a été arrêté. En effet, c’est en 1964 que Winchester a sorti la .225 Winchester, conçue un peu en guise de « lifting » pour remplacer la .220 Swift. Elle était proposée avec le fusil modèle 70 standard ou de style varmint et ces combinaisons avaient la réputation de faire preuve de grande précision, capables de mener des balles de 55 grains à des vitesses réelles de plus de 3500fps.

 

Winchester model 70 - 220-swift

 

Néanmoins et finalement, la .225 n'a jamais gagné en popularité car en 1965, c’est-à-dire un an après sa sortie, la 22-250 de Remington l'a totalement éclipsée, et en raison de ce succès obtenu du jour au lendemain, la production de la .225 a également cessé en 1972, c’est-à-dire, huit ans plus tard. Cependant, la Swift a continué à bénéficier d'un petit public d’inconditionnels parmi les tireurs de varmint.

 

 

La cartouche

 

 

La .220 Swift (du nom de son inventeur) est donc une cartouche « vintage » fabriquée en 1934 par Winchester et basée sur l’étui du 6 mm Lee Navy qui est réduit à .224 et une cartouche encore plus ancienne conçue en 1894. C’est une cartouche de chasse de petit calibre (5,6 mm / .22) poussée à grande vitesse en sortie de bouche et qui convient au petit gibier à grande distance et même dans certains cas, au chevreuil.

La vitesse de la cartouche varie de 2000 km / h (1200 mph ou 550 m / s) à environ 4500 km / h (2800 mph ou 1250 m / s). En raison de sa très grande vitesse, la chute de sa balle permet une bonne précision sur des gibiers tels que les marmottes (aux U.S.A.) à une distance de 343 m (375 yd), et elle est d’ailleurs toujours considérée comme une excellente cartouche pour les varmints.

Son principal souci, c’est qu’elle détient le « privilège malheureux » d'être probablement la plus controversée de toutes les nombreuses cartouches de calibre .224, et a inspiré autant d'éloges que de critiques. Les traditionalistes l'ont catégoriquement condamnée comme étant une « brûleuse de canons », surtout si de longues séries de coups sont tirées à partir d'un canon de plus en plus chaud. On a également dit que la Swift produisait des pressions irrégulières avec des charges maximales et qu’elle n'était pas aussi flexible que prévu ou encore qu’elle ne fonctionnât bien que lorsqu'elle fût chargée à peu près à sa vitesse maximale.

Ses partisans, quant à eux, ont soutenu que le problème résidait dans les aciers des canons de mauvaise qualité sortis à l’époque ainsi qu'à l'incapacité de ses utilisateurs à enlever l'encrassement du cuivre après le tir, et pointaient à contrario, les cas de fusils avec des canons en acier inoxydable et de bonne qualité qui ont maintenu leur précision sous le MOA bien au-delà des 4 000 coups !  Le meilleur conseil à donner à ses utilisateurs étant de maintenir la cadence de tir à un rythme lent et raisonnable et de décrasser, et d’entretenir ledit canon après chaque séance de tirs pour qu'il puisse durer encore des années. Quant à sa cartouche, ils relevaient qu’elle est à même de gérer toutes les vitesses d'environ 1500 à 4500 ft/s et que ses performances ne peuvent être égalées par la plupart des autres cartouches standards voire même, des « Wildcats ».

 

La .220 Swift

 

De nos jours, Winchester ne produit plus de munitions pour le Swift, mais Remington produit deux charges, dont une 50 grains à 3780 ips et il y a également la balle de Hornady 50 grains V-Max au même taux de 3780 ips. Les deux sont des charges de varmint et doivent être utilisées en conséquence.

Les charges d'usine d'Hornady incluent la V-Max Moly 40 grains à 4200fps, la V-Max Moly 50 grains à 3850fps, la V-Max Moly 55 grains à 3680fps, la V-Max 55 grains sans revêtement Moly au même 3680fps et enfin, la traditionnelle Hollow Point à 60 grains à 3600 ips. Encore une fois, toutes ces charges sont conçues pour le tir varmint. Les vitesses réelles avec les munitions d'usine dépendent en grande partie de la longueur du canon et comme il existe de nombreuses variations dans les longueurs de canon Swift, les vitesses initiales d'un fusil à l'autre peuvent différer jusqu'à 200 ips.

La charge de 55 grains Hornady V-Max est bien supérieure à la charge de 40 grains lorsqu'elle est utilisée sur du gibier moyen léger pour des raisons évidentes. En effet, le poids de la balle et la densité de section sont considérablement plus élevés et la vitesse de la charge de 55 grains est beaucoup plus lente que celle de son homologue à 40 grains.

Winchester a déjà laissé tomber le Swift en 1963 quand il a revu son modèle 70. Le remplacement s’est fait par le .225 Winchester, qui était en quelque sorte un Swift abrégé, mais qui s’est avéré être un raté immédiat. Il y a environ 20 ans, la Swift a fait un peu son retour avec Ruger and Savage qui ont quant à eux chambré des fusils pour le Swift mais qui ont laissés tomber la cartouche, il y a quelques années et finalement, Remington est resté le seul grand fabricant (à ma connaissance) à encore chambrer le calibre Swift, et ce dans un seul fusil, voir photo ci-dessous.

 

Remington 700 Varmint SF Centerfire Rifle, .220 Swift

 

Autre Remington

 

 

 

 

 

Ses dimensions (avec 1 pouce = 25,4mm)

 

 

 

Ses caractéristiques :

 

 

Ici, la douille et son culot 

 

 

 

Comparaison de ses dimensions avec les calibres concurrents

 

 

De G à D - Comparaison d’une .22-250 vs une .223 vs une .204-Ruger et enfin, la .220-Swift

 

 

 

De G à D - Comparaison d’une .220 Swift avec une .223 Rem et une .308 Win.

 

 

 

Ici, une boîte de Remington en 50 grains

 

 

Ici, une boîte de Hornady V-MAX en 60 grains

 

 

 

 

 

 

Quid de la chasse avec cette cartouche ?

 

 

 

La .220 Swift est un autre classique appartenant à la première génération des .22 hautes performances, c’est-à-dire une cartouche à grande vélocité pour carabine de calibre .22 à action courte, principalement utilisée pour la chasse au varmint. Dans l’ensemble, c’est une munition exceptionnelle bien connue pour être « La cartouche » pour pratiquer la chasse au nuisible, et aux USA, tout le monde vous dira que la .220 Swift est difficile à battre pour la chasse à longue distance au coyote et au renard roux, mais aussi pour le petit ou moyen gibier (max. 60kg).

Qu'il utilise des balles varmint ou premium, le calibre .220 Swift, comme les autres .224, est le mieux adapté au gibier pesant environ 40 kg et jusqu'à 60 kg et bien que cela ne soit pas du tout recommandé par certains, il peut même être utilisé, pour la chasse au cerf.

En effet, peu de temps après l'introduction de la .220 Swift, certains chasseurs ont été tellement impressionnés par sa vitesse qu'ils ont décidé de l'essayer sur du gros gibier. Les résultats ont été mitigés parce que la balle rapide de 48 grains se désagrégeait parfois avant de pénétrer suffisamment profondément pour neutraliser rapidement les gibiers comme les cerfs et donc, la .220 Swift reste un calibre de cerf plutôt controversé. Son utilisation est d’ailleurs interdite dans de nombreux États américains ainsi qu'aux Pays - Bas, en Angleterre, au Pays de Galles et en Irlande du Nord pour les grands cerfs.

Enfin, il faut savoir que la cartouche ne produit pas un niveau élevé de choc hydrostatique.

Les blessures les plus spectaculaires sont produites à des vitesses d'impact supérieures à 3300fps et à l'intérieur des 125 mètres. À mesure que la portée augmente, les trous de la plaie deviennent de plus en plus étroits, ce qui ralentit la mise à mort.

Quel que soit le style de balle, lorsqu'elle est utilisée sur un gibier moyen, la .220 Swift est la plus létale lorsqu'elle est utilisée comme une cartouche des 125 mètres. Au-delà de cette plage, la Swift est identique en performances aux .222 et .223 Rem.

 

Ici, un petit tableau récapitulatif de ses capacités et des gibiers visés.

 

 

 

 

Rechargement

 

Les douilles de .220 Swift sont actuellement disponibles auprès de chez Norma et peuvent également provenir, avec prudence, de cartouches Hornady et Remington déjà tirées une fois.

Cet étui « Varminter » est étonnant en ce qu'il permet le chargement le plus flexible jamais enregistré avec une seule autre cartouche et des articles relatifs au rechargement manuel de cette cartouche suggèrent d’ailleurs que si l’un ou l’autre problèmes pouvaient arriver avec la Swift, ceux-ci disparaîtraient immédiatement si les charges de poudre étaient diminuées de quelques grains. Mais dès lors, cela transformerait-il pas la Swift en une .22-250 Remington ? Bien entendu que si puisque la vitesse maximale d’une .22-250 rechargée et tirée à partir de canons de 24 pouces, arrive à environ 100 ips de celle de la Swift.  CQFD !

Quoi qu’il en soit, les poudres récentes d'Accurate, Alliant, Hodgdon, IMR, Norma, Ramshot et Vihtavuori fournissent une nouvelle gamme d'options pour charger la Swift. Plusieurs de ces nouvelles poudres ont permis de produire de faibles écarts de vitesses ou extrêmes et offrir une précision avec des groupes inférieurs à 0,5 pouce. Exemple, la 203-B de Norma a produit des écarts de vitesse de 41 ips avec des balles de 40 grains et de 29 ips avec des balles de 50 grains. La Vihtavuori N150 est allée aussi bas que 9 fps avec des balles de 40 grains et 18 fps avec des balles de 53 grains. Souvent, les balles plus lourdes placées dans une cartouche produisent les écarts de vitesse les plus faibles. Cela peut être dû au fait que les balles plus lourdes nécessitent des poudres à combustion plus lentes qui remplissent davantage l’étui, et que les balles les plus lourdes sont plus longues et dépassent plus loin dans la douille. L'une ou l'autre de ces situations, ou les deux, maintiennent la poudre dans une position uniforme afin qu'elle brûle plus régulièrement.

Les poudres optimales sont celles des gammes 2208 (Varget) et 4064. Les vitesses initiales obtenues à partir de la .220 Swift diffèrent d'un fusil à l'autre en raison des variations de longueur du canon. Les vitesses réalistes d'un canon de 24 pouces tournent autour des 3800fps avec des balles de 50 grains, 3650fps avec des balles de 55 grains, 3550fps avec des 60 grains, et 3300fps en utilisant une Barnes TSX 70 grains. Les canons plus longs de 26 pouces ou plus atteignent des vitesses plus élevées identiques aux vitesses atteintes par les munitions d'usine Hornady.

 

A titre d’exemple, voici une table de rechargement de chez Hodgdon

 

 

Ici, un tableau comparatif avec ses concurrentes

 

Attention !

Quoi qu’il en soit, souvenez-vous toujours bien que le rechargement de balles et la manipulation d’explosifs n’est jamais une affaire d’amateur et que personnellement, je vous déconseille vivement de vous y essayer si vous n’êtes pas armurier ou professionnel en la matière ou encore si vous ne maîtrisez pas parfaitement l’art du rechargement, et dans tous les cas, il convient toujours d’observer la plus grande prudence dans ce type d’opération et ce, même pour des personnes aguerries notamment, tout en respectant scrupuleusement les limites de sécurité fournies dans les tables de rechargement des différents fournisseurs ! Les données que je mets en ligne à titre informatif proviennent de fournisseurs agréés. Je décline donc personnellement toute responsabilité vis-à-vis de ces données ainsi que de leur utilisation par rapport à une quelconque tentative de rechargement de l’un ou l’autre des lecteurs de ce blog. Que ce soit bien entendu !

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

 

 

 

 

Parfois aussi connue sous le nom de .22 Varminter, celle-ci constitue également le choix de tireurs qui veulent obtenir une haute vitesse combinée à une précision et à des performances extrêmes. La Swift a acquis la réputation de donner une précision extrême et une trajectoire extrêmement plate, idéale pour le varminting.  Mais attention, comme avec tous les calibres .224, les projectiles tirés du Swift perdent environ 100 ips par 25 mètres. Le Swift a une trajectoire très plate mais souffre terriblement de la dérive du vent !

En effet, une attention particulière devra être apportée lors de la sélection des balles pour un fusil .220 Swift. Les premiers fusils Winchester qui ont été chambrés pour le .220 Swift avaient un pas de rayure d'un tour en 16 pouces puis, cela a ensuite été changé pour 1 tour en 14 pouces pour correspondre à une balle plus légère. Les balles plus lourdes sont les meilleures dans les fusils qui ont un pas de rayure adéquat en tenant compte de la longueur, du diamètre et d'autres propriétés physiques du projectile. Étant donné que la vitesse de torsion des rayures du calibre a été initialement établie à un tour sur 14 " en raison des projectiles légers chargés à l'origine en usine, les fusils avec cette vitesse de torsion ne stabilisent généralement pas les balles de plus de 50 grains.

Il y a environ 20 ans, la Swift a fait un peu son retour avec Ruger and Savage qui a chambré des fusils pour le Swift mais qui a laissé tomber la cartouche il y a quelques années, et finalement comme déjà signalé, Remington reste le seul grand fabricant à encore chambrer la Swift dans son modèle 700 Varmint SF et c’est essentiellement avec cette arme que des tireurs sportifs tentent de faire de beaux cartons.

 

Sa balistique en quelques chiffres :

 

 

 

Comparaison vitesse, énergie, tenue au vent avec ses concurrents

 

 

 

Résultats au stand

 

 

 

Bien que n’étant certainement pas prévue à l’origine pour équiper les tireurs récréatifs et sportifs, l’intérêt pour le tir à courte et moyenne distance sur cibles avec du calibre .224 a considérablement augmenté ces dernières années. Des sociétés telles que Hornady et d’autres proposent désormais des balles avec des coefficients balistiques supérieurs à 0,250. Ces balles offrent des trajectoires plus plates, une déviation réduite du vent et des énergies de frappe supérieures et qui peuvent produire des groupements sous le MOA, à plus de 300 mètres voire même sous le ½ MOA sur 200 mètres.

La plupart des carabines varmint à verrous de calibres .22 sont livrées d'usine avec des canons au pas de rayures relativement lents tels que le  1: 14 pouces qui conviennent davantage aux balles pesant jusqu’à environ 55 grains. En effet, des balles à 55 grains telles que les Hornady V-Max avec un coefficient balistique d’environ 0,265, chargées à une vitesse de 3 680 fps ont un facteur de stabilité d’environ 0,8 à 1,10 lorsqu’elles sont tirées dans des canons au pas de 1: 14. La vitesse initiale des munitions d’usine varie d’environ 3 000 à plus de 4 000 pieds par seconde avec des coefficients balistiques d’environ 0,170 à 0,260.

Normalement, la balle .220 Swift nécessiterait un pas de rayure plus lent que 1: 8 pouces pour la stabilité; d'autres sont stabilisés par une taux de 1:14 pouce, ce qui est le standard pour les fusils d'usine en .220 Swift.

Le développement de la charge a produit des groupes occasionnels mesurant aussi peu que 0,250 pouce.

Toutefois, au-delà de 300 mètres, l’énergie cinétique diminue rapidement et les effets combinés de la chute de balle et de la déflexion du vent réduisent les bonnes probabilités de toucher la cible avec grande précision. Pas question donc de faire du TLD avec du .220 Swift !

 

Voici un exemple d’un groupe réalisé avec ce calibre à 100 yards

 

 

 

 

 

La balistique pour le tir sportif sur cible :

 

 

 

Pouvez-vous imaginer à quel point les tireurs d'aujourd'hui seraient excités si une société de munitions annonçait une cartouche capable de produire des vitesses 50% plus rapides que tout ce qui est disponible ? C'est exactement ce qui s'est passé en 1935 lorsque Winchester a présenté la .220 Swift. Chargée à une vitesse initiale de 4110 ips avec une balle à 48 grains, elle était plus de 1400 ips plus rapide que la .22 Hornet. Lorsque les deux cartouches ont été remises à zéro de la même manière et comparée, une balle tirée du .220 Swift a tiré aussi à fond à 400 mètres alors que celle tirée en .22 Hornet est allée juste à 200 mètres.

Cela signifiait qu'un bon tireur d'élite, tirant avec un fusil chambré pour la nouvelle cartouche passionnante, pouvait plaquer le réticule de sa lunette sur une petite cible et placer une balle à n'importe quelle distance jusqu'à 400 mètres. Il ne manquait pas non plus de puissance de destruction pour la chasse en délivrant autant d'énergie à 500 mètres que la Hornet en était capable à 100. Aujourd’hui, nous sommes loin du fusil d'usine le plus précis disponible à l'époque. Des fusils avec des canons lourds et de 26 pouces de long peuvent performer davantage et pourtant, comme vous pourrez le constater sur graphes des drops, ci-dessous, la .220 Swift n’est certainement toujours pas la cartouche idéale pour pratiquer le tir « Mid-range ».

A titre d’exemples, voici des simulations balistiques tirées du simulateur du site gundata.org pour la .220 Swift chargées d’ogives de poids différents ainsi qu’une comparaison avec une .223 Rem. en 55 grains de manière à pouvoir dégager les différences.

 

Drop, vitesse, énergie, tenue au vent de 0 à 500 Yds pour un zérotage à 100 Yds

 

Pas de différences significatives jusqu’aux 100 yds avec des drops s’accentuant dès 250 yds

 

 

Ici, les drops comparatifs des deux ogives

 

Nous voyons clairement en examinant les deux courbes que jusque 160 yards (146m), le drop des deux cartouches est strictement identique et que la 40 grains prend le dessus avec une +/- bonne tenue jusqu’à 300 yds.

 

 

Tableau balistique d’une Hornady V-Max 55 grains avec son homologue en .223 Rem 55 gr.

 

 

Ici, les drops d’une Hornady V-Max 55 grains de la .223 Rem.

 

Ici, nous constatons la supériorité de la .220 Swift à partir des 250 yds alors que les ogives ont été choisies à masse égale.

 

A titre de comparaison voici l'allure générale de son drop avec ceux de ses concurrentes

 

 

 

 

 

 

Conclusion générale

 

Spandau-Mauser Model 1916 Bolt Action .220 Swift Rifle

 

 

 

 

Le .220 Swift était le calibre de tir spécialement étudié et qui est resté le plus utilisé pour le « varmint » pendant de très nombreuses années mais de nos jours, la cartouche ne devrait jamais être choisie comme première option. L'accent doit toujours être mis sur le bien-être de l'animal et non sur l'habileté du chasseur et les commentaires pointant la .220 Swift comme étant plus efficace que plusieurs charges de .243 Win. doivent être compris dans leur contexte car la .243 peut être tout aussi facilement exploitée, et une fois optimisée, elle est de loin supérieure et bien plus polyvalente que la Swift.

Ceci dit, avec sa vitesse si élevée, la .220 Swift est une cartouche très précise que presque tout le monde aimerait quand même pouvoir tirer. Mais, sûrement pas dans toutes les circonstances, et elle ne sera pas non plus un bon choix pour pratiquer le tir de précision et encore moins le tir à longue distance.

Ceci dit, la .220 Swift et les autres ultra-rapides en .224 ne peuvent pas être vraiment comparées à d'autres cartouches en raison de leurs performances uniques et son choix dépendra vraiment des préférences des gens, et de ce avec quoi, ils se sentiront le plus à l'aise.

Pour terminer, prenons un dernier exemple : la .220 Swift versus la .22-250. Laquelle des deux cartouches est la meilleure ?

Ce sont des questions que les tireurs de varmint débattent depuis plusieurs décennies et donc, n’étant pas de la partie, je ne peux pas moi-même vous éclairer, mais il semble qu’en examinant de près les résultats des tests d'un certain nombre de fusils dans les deux calibres on remarque que la .220 Swift produit toujours une précision légèrement meilleure, mais cela a peut-être plus à voir avec les fusils qu'avec des cartouches.  Lorsque les deux cartouches sont chargées à la main à la même pression de chambre et tirées dans des canons de la même longueur, la .220 Swift aura généralement une vitesse moyenne supérieure de 100 fps. Bien que cela puisse être considéré comme substantiel, je ne suis pas sûr non plus que cela représente une différence de performance suffisante et déterminante pour qu'une décision sérieuse soit prise dans un sens ou dans l'autre. Certains préfèreront donc une vitesse plus élevée ou moins de recul et une meilleure précision, d'autres une plus grande puissance de feu. Encore une fois, les goûts et couleurs, ça ne se discute pas !

 

 

 

Voici une série de vidéos relatives au sujet développé dans cet article

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=izMhq2uqzJM

https://www.youtube.com/watch?v=mIn3HcPgDe8

https://www.youtube.com/watch?v=On1RL8wXRDc

https://www.youtube.com/watch?v=Qz0G2CVPK-Y

https://www.youtube.com/watch?v=yhmu_xIML3A

https://www.youtube.com/watch?v=aHZHKCHBF8Q

https://www.youtube.com/watch?v=v0c-bVt6Gvg

 

 

Pour lire davantage d’articles, consultez ma table des matières

En cliquant ici

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche