Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 août 2011 2 23 /08 /août /2011 19:39

marksman web

 

Un été nous « offrant » une météo à ne mettre que les inconditionnels de la rando dehors, un stand de tir où il faut se mettre en apnée pour pouvoir aller accrocher ses cibles, une buvette fermée et ajoutez à cela une sciatique qui ne vous lâche pas, oui, je sais c’est certes affreux mais ça reste forcément une bonne occasion d’utiliser son fidèle écran pour en apprendre un peu plus sur des sujets relatifs à notre passion.

Je m’accroche donc tant bien que mal à mon  clavier pour vous proposer un article relatif aux paramètres de la balistique extérieure.  Celui-ci n’a certainement pas la prétention de tenir lieu de cours de balistique mais bien de vous informer sur les notions minimales à posséder lorsque l’on veut s’essayer au tir de précision. Mes informations sont tirées d’un document disponible sur le site Web de HORUS-VISION (Système de tir associé à la lunette de visée) ainsi que de « The Ultimate Sniper An Advanced Training Manual for Military and Police Snipers » tout droit sorti d’un PDF qui hantait la clé USB de mon vieil ami Serge. Qu’il en soit encore remercié ! Je suis persuadé que certains des exemples et tableaux présentés vous seront précieux. Car, c’est à dessein que j’ai choisi les exemples qui illustrent cet article pour le calibre .308 Win que nous utilisons tous ou presque ;-)

 

Ainsi donc, les facteurs principaux influençant  la trajectoire d’une balle, en temps réel,  sont :

  

  • L’effet de la température de la munition sur la vitesse à la bouche du canon ;
  • Les effets du coefficient balistique sur le vol de la balle ;
  • Les effets du tir vers le haut ou en descendant ;
  • L’effet de la rotation de notre planète bleue sur le vol de la balle ;
  • L’effet du vent sur le vol de la balle ;
  • L’effet de la dérive sur le vol de la balle ;
  • Les éléments de la dispersion ;
  • L’effet de la pression barométrique sur le vol de la balle ;
  • L’effet de la température de l’air sur le vol de la balle ;
  • L’effet de l’humidité relative (rhésus) sur le vol de la balle.

 

  1 ) L’effet de la température de la munition sur la vitesse à la bouche du canon

Comme chacun le sait, la vitesse initiale d'une balle est un facteur d'importance fondamentale qui  détermine sa trajectoire. Par conséquent, il est nécessaire pour le tireur de connaître la vitesse de la balle afin de savoir ou viser et comment ajuster son tir. La meilleure évaluation de la vitesse est obtenue en effectuant des mesures minutieuses avec les munitions destinées à l’arme et de préférence, approximativement, à la température habituelle d’utilisation de ces munitions mais il existe des tables qui en sont en général mises à dispositions des tireurs par les firmes qui fabriquent les balles ou les ogives. En fait, il y a deux types de facteurs, aléatoires et systématiques, qui déterminent la vitesse de la balle pour n’importe quel tir. Un certain nombre de facteurs aléatoires inévitables, d’un tir à l’autre (entre tirs), entraînent une variation de la vitesse initiale et affectent le mouvement propre du projectile de manière imprévisible. Le tireur réduira donc au minimum cette variation aléatoire par le choix des munitions qui auront démontré leur régularité et leur groupement au cours des mesures rigoureuses de vitesse. D’où, la nécessité de l’obtention de la stabilité du rechargement. Tous les tireurs avisés le savent.

2) Les effets du coefficient balistique sur le vol de la balle

Le coefficient balistique d'une balle est la mesure de sa capacité à se déplacer dans l'air avec une résistance minimale. Cette résistance s'appelle la traînée aérodynamique, et son effet le plus significatif est de réduire la vitesse de la balle et d’augmenter de ce fait son temps de vol. Une augmentation du temps de vol augmente la chute verticale de la balle par rapport à sa ligne originale de départ, et donc elle augmente également la correction verticale ou l'ajustement exigé pour atteindre des cibles à différentes distances.      Un autre résultat important de la traînée aérodynamique est qu'elle rend la balle susceptible de débattement au vent, qui est un changement horizontal de la direction dans la trajectoire de la balle, provoqué par le vent soufflant par le travers de la ligne de visée. Contrairement à ce que beaucoup de gens supposent, l'effet du vent de travers sur le chemin de la balle ne dépend pas principalement du temps de vol de la balle, mais de la durée pendant laquelle la balle est retardée dans sa trajectoire vers la cible par la traînée aérodynamique. N'importe quelle augmentation du coefficient balistique de la balle tend à réduire ce temps de retard, et il peut en être ainsi quoique le gain en coefficient balistique soit réalisé aux dépens d'une vitesse inférieure et d'un plus long temps de vol.

 L'exemple suivant illustrera ce point.

 Considérons d'abord une charge de calibre .308 qui se compose d'une balle de 150 grains ayant un coefficient balistique de C1=.400, avec une vitesse initiale de 2850 fps (868 m/S). Nous pouvons calculer que son temps de vol à 700 yards (640 m), par exemple, est environ 1,027 secondes, et que son débattement au vent dans un vent latéral de 10-mph(16 km/h ) serait environ 51 pouces (1.29 m.)

Comparons maintenant cette charge de calibre.308 à la précédente en utilisant une balle de 180 grains de forme semblable, qui aurait un coefficient balistique d’environ C1=.480. La vitesse initiale possible avec la balle plus lourde et une pression de chambre comparable serait seulement environ 2600 fps (792 m/S) et le temps du vol à 700 yards (640 m) serait grimpé jusqu'à 1,070 secondes. Néanmoins, le débattement au vent serait réduit réellement d’environ dix pour cent, de 51 pouces (1.29 m) à 46 pouces (1,16 m) à 700 yards (640 m), ceci étant dû au coefficient balistique plus élevé de la balle de 180-grains.

Les coefficients balistiques des balles sportives commerciales sont presque invariablement basés sur la comparaison avec " le projectile G1 standard " de référence qui a un diamètre et un poids indiqués, et une forme particulière. Un coefficient balistique basé sur la forme du projectile G1 est correctement identifié en tant que " C1 " pour le distinguer d'autres coefficients balistiques possibles tels que " C5 ", " C6", " C7", … 

La plupart des fabricants des balles sportives commerciales de fusil fourniront les valeurs (C1) des coefficients balistiques de leurs balles sur demande, et plusieurs fabricants incluent cette information dans les manuels de rechargement qu'ils éditent. A titre d’exemple, SIERRA, liste plusieurs coefficients balistiques C1 différents pour chaque balle, chaque coefficient balistique étant prévu pour s'appliquer à des plages différentes de vitesse.

3) Les effets du tir vers le haut ou en descendant 

La chute verticale d'une balle au-dessous de sa ligne du départ est pratiquement identique si la cible est en dénivelée positive ou négative (ascendante, ou descendante) ou au même niveau que l’arme. Cela n'implique pas, cependant, que l'ajustement de visée ou la correction exigée pour atteindre une cible à n'importe quelle distance soient inchangés par la pente de la ligne arme-cible. La raison de cette contradiction apparente est que les effets d'une correction ou d'un ajustement d'altitude de la visée sont dans un plan perpendiculaire à la ligne de visée, qui, dans le cas d’un tir avec dénivelée (ascendant ou d’un tir incliné), ne sont pas identiques à ceux effectués dans le plan vertical dans lequel la chute de la balle est mesurée. La raison pour laquelle nous devons tenir compte de la pente de la ligne de arme-cible est illustrée dans les exemples suivants.

 Supposons que nous tirions une balle de 180-grains de calibre 30 ayant un coefficient balistique de C1=.450 et une vitesse de sortie de 2600 fps (792 m/S), dans les conditions atmosphériques standards du niveau de la mer et nous avons réglé l’arme à 200 yards (182 m). Supposons maintenant que nous souhaitions tirer dans le noir d’une grande cible verticale à 700 yards (640 m) située au même niveau que l’arme. Nous pouvons calculer que, si nous devions tirer avec les réglages de tir prévus pour 200 yards(182 m), la balle se positionnerait environ 147 pouces (3,73 m) plus bas que le point visé sur la cible verticale. Par conséquent, pour tirer dans le noir nous devons (1) déplacer la cible de 147 pouces (3,73 m) vers le haut ou (2) procéder à une correction d’environ 21 MoA (147/7).

 Supposons maintenant que toutes les conditions soient identiques à celles décrites ci-dessus sauf que la grande cible verticale est sur un terrain plus élevé faisant un angle ascendant de 30 degrés. Puisque la chute verticale de la balle est identique, la balle atteindra la cible verticale à un point situé à 147 pouces (3,73 m) au-dessous du noir si nous tirons avec le réglage d’origine. Cependant, comme nous regardons la cible vers le haut suivant un angle de 30-degrés, la ligne verticale entre l’impact et le centre de la cible semblera être moins important que 147 pouces en raison de l'angle sous lequel nous avons visé (je vous invite également à relire mon article précédent sur le sujet).

 Nous pouvons calculer par la trigonométrie qu'une ligne verticale de 147 (3,73 m) pouces de long semblerait mesurer seulement environ 127 pouces (3,25 m) (147*cos 30o) lorsqu’elle est vue d'un endroit situé à 30 degrés plus bas. Par conséquent, nous pourrions être dans le noir de la cible(1) en visant 127 pouces plus haut ou (2) par une correction d’élévation d’environ 18 moa (127/7)) de notre visée.  Par un raisonnement identique, nous pouvons voir qu'une ligne verticale de 147-pouces (3,73 m) semblerait mesurer environ 127 pouces (3,25 m) de long une fois vue à 30 degrés au-dessus de la cible aussi bien qu’à 30 degrés en-dessous, et donc la même d’élévation doit être faite dans l'un ou l'autre cas.

 

  compensation-suivant-inclinaison-de-tir

Tableau sniper pour les paramètres d'inclinaison en fonction de la distance à la cible pour du .308 win en 168 grains

 

 

4 ) L’effet de la rotation de notre planète bleue sur le vol de la balle 

Souvenez-vous de votre cours de mécanique rationnelle : l'effet de Coriolis sur la trajectoire d'un projectile est une conséquence de la rotation de la terre et du fait que la surface de la terre soit courbée plutôt que plate. L'importance et la direction de l'effet de Coriolis dépendent de la situation de l’arme (sa latitude) et de la direction horizontale (azimut) selon laquelle l’arme est orientée. L'effet de Coriolis est si petit par rapport à d'autres effets sur le chemin du projectile qu'on ne le prend pas en compte d'habitude excepté dans le cas de tirs d'artillerie à longue portée. Il sera donc considéré comme négligeable.

 

5) L’effet du vent sur le vol de la balle 

 L'effet le plus important du vent sur le vol de la balle est de changer sa direction horizontale.  Pour engager des cibles à grande distance, le tireur doit apprendre à estimer les paramètres de la vitesse de vent. La vitesse et la direction du vent peuvent être mesurées par les instruments appropriés, ou être estimées par les observateurs expérimentés à partir des signes tels que le mouvement des feuilles et de l'herbe. Les drapeaux de vent et d'autres indicateurs sont placés à différentes distances pendant la durée de certaines compétitions pour faciliter l’estimation des effets du vent.

 Le débattement (angle dans le plan horizontal ) dû au vent dépend de son orientation. Un vent de10-mph soufflant de 3 heures ou de 9 heures a une résultante de 10 mph (16 km/h). Les vents 10 mph de 2, 4, 8 ou 10 heures ont une résultante d'environ 8,7 mph (14 km/h), alors que les vents de 1, 5, 7 ou 11 heures ont une résultante de 5,0 mph (8 km/h) Les vents soufflant de 6 ou 12 heures n'ont aucune influence.

La vitesse et la direction de vent ne sont pratiquement jamais uniformes tout au long de la trajectoire (distance de l’arme à la cible), et ainsi le tireur en estimant l’influence du vent doit décider de concentrer son attention sur le vent près de l’arme ou sur le vent le plus proche la cible. La réponse est que les conditions de vent près de l’arme ont un effet beaucoup plus grand que les conditions près de la cible. Deux exemples hypothétiques illustreront ce point. Pour les deux exemples, supposons que nous tirions une balle de calibre 30 de 150-grains ayant un coefficient balistique de C1=.400 et une vitesse de bouche de 2800 fps (853 m/S), vers une cible à 500 yards (457 m).

Pour le premier exemple, supposons qu'un vent 10-mph parfaitement uniforme souffle de 9 heures à travers les 100 premiers yards (91,4 m), et qu'il n'y ait aucun vent entre 100 yards (91,4mètres) et 500 yards (457m). Considérons maintenant la situation quand la balle a atteint 100 yards (91,4m). Nous voyons que le débattement du vent est d’environ 0,8 pouces (2.03cm), ce qui signifie que la balle est maintenant 0,8 pouces (2.03 cm) à droite de la ligne de visée, mais également que sa trajectoire est déviée vers la droite sous un angle de 1,6 MoA environ. Sans subir davantage l'influence du vent pendant la distance restante de 400-yards, la trajectoire dans le plan horizontal sera droite, mais l'angle horizontal de 1,6 MoA acquis à 100 yards la portera à 6,4 pouces (16.2 cm) plus à droite de la ligne de visée, pour un effet total de débattement du vent de 7,2 pouces (18 cm) à 500 yards.

Pour le deuxième exemple, supposons que les conditions de vent de l’arme jusqu’à 400 yards sont parfaitement calmes, mais qu’un vent de 10-mph (16 km/h) souffle en rafales à 9 heures de 400 à 500 yards. La direction horizontale de la balle demeure orientée sur la cible dans la zone calme jusqu’à 400 yards, où sa vitesse restante est 1959fps (597m/S) environ, quand elle rencontre soudainement le vent latéral à 10-mph (16 km/h). Le vol de la balle entre 400 et 500 yards sera identique à celui d'une balle tirée de la même façon vers une cible situé à 100 yards avec une vitesse de bouche 1959fps (597m/S), pour laquelle nous constatons que le débattement de vent serait environ 1,3 pouces (3.3 cm). Vous pouvez faire des simulations par le biais de mon article sur les logiciels de simulation.

 

Tableau comparatif de 3 calibres dans un vent de 10 MPH et en fonction de la distance de tir 

10MPH-wind-drift-comparaison

  

 Tableau des compensations pour une inclinaison de 45° en MOA et pour une lunette à 1/4 MOA pour du .308 en 168 gr

 compensation-MOA-pour-45°

 

6) L’effet de la dérive sur le vol de la balle 

La dérive est un des phénomènes qui contribuent à la déviation horizontale d'une balle (stabilisée par sa rotation) dans le plan vertical de sa ligne du départ.  La dérive est une conséquence fortuite du mouvement gyroscopique, qui elle-même est essentielle pour l'exécution satisfaisante de la trajectoire du projectile (balle stabilisée par sa rotation) .Ce sont les contraintes exercées par l’air qui forcent l'axe d'un projectile à changer constamment sa direction pendant que la trajectoire s’oriente vers le bas, de sorte que le projectile pointe vers l'avant avec son axe presque parallèle à la direction dans laquelle il se déplace. Le calcul de la dérive est relativement compliqué et puisque la contribution entière de la dérive à la déviation horizontale de la trajectoire est relativement petite, nous considèrerons ce paramètre comme négligeable.

 

7) Les éléments de la dispersion 

Dans la description de la répartition des impacts sur une cible,  la dispersion (l’inverse du groupement) se rapporte à la dispersion des projectiles autour du centre du point visé. Une petite dispersion est synonyme de ce qui s'appelle généralement la bonne précision et une grande dispersion est synonyme de ce qui s'appelle généralement précision faible.  Les causes de la dispersion sont parfois divisées en deux classes. La première, qui peut s'appeler l'erreur de visée se rapporte à des erreurs dans la direction dans laquelle l’arme était alignée lors du départ du coup . La seconde, qui peut s'appeler la dispersion balistique, se rapporte à des déviations de la balle de son chemin prévu vers la cible après qu'elle ait quitté l’arme.

La dispersion balistique dépend principalement de la qualité du fusil et des munitions. Si le tireur peut faire des groupements d’une manière satisfaisante avec de petits projectiles aux distances courtes telles que 100 yards ou 100 mètres, cela tient à la qualité du fusil et aux propriétés qui déterminent la qualité des munitions. Les performances du système arme/munitions ne peuvent pas être transposées aux longues distances à partir des groupements obtenus aux courtes distances, parce que la dispersion verticale aux longues distances dépend très fortement de la variation de la vitesse initiale entre chaque tir, tandis que l'exactitude à courte portée est souvent tout à fait peu sensible à ces variations de vitesse. Considérant que la dispersion balistique dépend de la qualité du fusil et des munitions, l'erreur de visée dépend de la compétence du tireur et des possibilités du système optique.

Les informations sur les conditions d’environnement doivent être fournies par le tireur ou par son observateur. Les divers éléments de cette information sont plus ou moins importants, selon / en fonction de la distance de la cible et de l'importance relative de l'effet de chaque élément de la trajectoire. La vitesse initiale, le coefficient balistique, la distance, les conditions de vent et la vitesse de la cible (dans le cas d'une cible mobile) ont des effets relativement grands tout au long de la trajectoire depuis l’arme jusqu’à la cible et doivent donc être connus le plus exactement. On doit reconnaître que ni l'erreur de visée ni la dispersion balistique ne peuvent jamais être réduites à zéro, et donc si une cible est atteinte par le projectile ceci est une question de probabilités, selon la taille de la cible, la compétence du tireur et l’exactitude des informations.

 

8) L’effet de la pression barométrique sur le vol de la balle 

La pression barométrique affecte les performances d'une balle parce qu'elle affecte la densité de l'air dans lequel la balle doit voyager. La pression barométrique dépend principalement de l'altitude, et à un degré beaucoup moindre des variations dans l'atmosphère qui produisent les hautes et les basses pressions barométriques que nous entendons dans les prévisions météorologiques. Une fois de plus, je ne peux que vous renvoyer à mon article sur les logiciels de simulation.

 

9) L’effet de la température de l’air sur le vol de la balle 

La température de l'air affecte la traînée aérodynamique (" résistance de l'air ") produite par la balle dans son vol.. Il y a deux raisons à ceci. La première et plus importante raison est que l'air froid est plus dense que l’air chaud. La deuxième raison est que la vitesse du son est inférieure en air froid à la vitesse du son en air chaud.

La première raison est plus facilement comprise. La plupart des personnes savent probablement que presque toutes les substances se contractent et deviennent plus denses lorsqu’elles sont refroidies, et donc que l'air froid est plus dense qu'un air plus chaud. Plus le milieu dans lequel un corps passe est dense, plus l'énergie dépensée par le corps pendant sa traversée est importante et plus la vitesse chute. La deuxième raison n'est pas intuitivement évidente, mais c'est un fait que l'air froid offre une plus grande résistance au passage d'une balle - particulièrement une balle supersonique - parce que la vitesse du son est inférieure en air froid à celle d’un air plus chaud. Une complète explication de ce phénomène serait trop conséquente pour être incluse ici, mais c'est un fait que la force de la traînée aérodynamique sur un corps rapide dépend du prétendu " rapport de Mach " qui est le rapport de la vitesse du corps mobile à la vitesse du son. Puisque la vitesse du son est

inférieure en air froid, le « rapport de Mach » pour une balle à n'importe quelle vitesse particulière est également plus haut en air froid, et la force de la traînée aérodynamique est donc plus grande.

 

10) L’effet de l’humidité relative (rhésus) sur le vol de la balle

 L'humidité relative affecte les performances d’une balle parce qu'elle affecte la densité de l'air dans lequel la balle vole. Contrairement à ce que beaucoup de gens supposent, l’air humide est moins dense que l'air sec dans les mêmes conditions de température et de pression barométrique, parce que le poids moléculaire de l'eau est moins grand que les poids moléculaires des principaux gaz (azote et oxygène) qui composent notre atmosphère. L'effet de l'humidité sur les performances des balles est petit par rapport à d'autres facteurs influents .L'humidité relative a un plus grand effet sur la densité d'air à température élevée qu'à basse température, mais même à 90° F(32°C), la différence de densité entre l'air complètement sec et l'air complètement saturé est seulement de 0,1%. Pour une balle type de 150-grains en calibre 30 ayant un coefficient balistique de C1=.400 et une vitesse de bouche de 2800 fps (853 m/S), la différence de vitesse à 1000 yards (914 mètres) est environ 14 fps (4,2 m/S), et la différence dans la chute de la balle est environ six pouces (15 cm).

 

 

  Abaque des snipers reprenant les paramètres du vent, d'inclinaison et clics de lunette à mettre pour la correction du tir

  moving-target-leads-308

  

 

 

Exemple de tableau issu d'un logiciel de simulation de tir tenant compte des paramètres propres à la situation du terrain 

  

balistique-scenar-167gr-en-308

 

 

Pour aller plus loin, voir les sites suivants :

 

http://www.larmurier.net/Balistique.htm

http://extreme-precision.forum-2007.com/t6523-tables-balistiques-et-leurs-termes

http://gilbert.gastebois.pagesperso-orange.fr/java/balistique/balistique.htm

http://fr.gun-shots.net/ballistics-chart.shtml

http://acispara.free.fr/COURS/CHOIX%20CARABINE.pdf

 

Les vidéos :

 

http://www.dailymotion.com/video/xhzcq4_superscience-la-balistique-part-1_tech

http://www.dailymotion.com/video/xhzxoo_superscience-la-balistique-part-2_tech

http://www.dailymotion.com/video/xhzy9d_superscience-la-balistique-part-3_tech

 

A+

                                                                                                  logo Marksman

 

Partager cet article

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article

commentaires

Soneranti 08/04/2017 19:13

Bonjour.
Je vous avais laissé une question mais plus moyen de me rappeler où, donc je ne sais pas si vous y avez répondu.
Elle était celle-ci: parmi les logiciels de calculs balistiques (la version payante, la version gratis semblant assez limitée, normal) le "STRELOK ballistic calculator" (qui à l'air bien) vous dit quelque chose. Il en anglais only mais il y a pire dans la vie :) Voila. Je souhaitais votre avis.
A bientôt probablement et déjà merci.

Soneranti.

marksman.over-blog.fr 08/04/2017 20:29

Bonsoir,
Je pense avoir déjà répondu à cette question, à moins que ce ne soit pour un autre lecteur ? Peu importe, personnellement, j'utilise Strelok Pro et j'en suis très content. C'est la version payante (en français) mais bon, ce n'est vraiment pas cher : 14€ ! Vous pourrez télécharger l'appli Androïd ici: https://play.google.com/store/apps/details?id=com.borisov.strelokpro&hl=fr ou encore sur :
https://www.amazon.fr/Igor-Borisov-Strelok-Pro/dp/B00RZ6VWI6
NB: Elle existe aussi pour iphone.
La version gratuite pourrait déjà être suffisante pour un tireur peu exigeant mais d'après ce que je sais, ce n'est pas votre cas ;-)
J'ai pu rentrer en contact mail avec son concepteur Igor Borisov qui est très sympa pour obtenir un réticule qui n'était pas encore dans sa base de données, et peu de temps après, il l'a ajouté ! Ses banques de données relatives aux balles sont également très complètes et mises régulièrement à jour ... ce qui vous permet de faire des calculs avec vos paramètres des plus précis.
Si ce n'est déjà fait, je vous invite à lire mon article suivant : http://marksman.over-blog.fr/2016/03/les-applications-balistiques-pour-pratiquer-le-ltd.html

Bien cordialement

soneranti-Mathusalem 04/04/2017 14:40

Merci :) Je pense que de toute manière ceux ayant lu l'article et donc s'intéressant au sujet auront rectifié eux même. Ne vous en blâmez pas pour autant. Vu la quantité d'articles publiés dans votre blog, un coquille de temps à autre est "humaine". J'en trouve même dans de prétendus "grands livres de références". Pas de souci. J'en profite pour vous dire que je considère ce blog comme une véritable "Bible du Tireur", pas moins :) Voila.
A bientôt sans doute :)

marksman.over-blog.fr 04/04/2017 14:45

Merci pour votre commentaire qui, une fois de plus, me fait grand plaisir ;-)
A+

soneranti 04/04/2017 13:38

Bonjour. Encore moi :)
J'ai un souci avec le paragraphe 3 de votre article concernant le tir sur le noir d'une cible. quelque chose m'échappe dans le raisonnement suivant: http://marksman.over-blog.fr/article-un-petit-resume-relatif-aux-parametres-de-la-balistique-exterieure-82274405.html
traitant donc des principes de la balistique extérieure.
Lorsque vous dites : "Par conséquent, pour tirer dans le noir nous devons (1) déplacer la cible de 147 pouces (3,73 m) vers le haut ou (2) procéder à une correction d’environ 21 MoA (147/7) ", ne serait-ce pas plutôt "déplacer la cible vers le bas ?
Je n'exclut pas le fait que ce soi moi qui n'ai rien compris :).
Merci à vous.

marksman.over-blog.fr 04/04/2017 14:15

Malheureusement, c'est ce que je pensais ... plus possible de modifier l'article publié à l'époque ! Je vais donc afficher nos commentaires respectifs afin que le lecteur puisse corriger de lui-même.

marksman.over-blog.fr 04/04/2017 14:08

Déjà un très vieil article et pourtant, à part vous (preuve de vos compétences et de votre sagacité !), personne n'avais remarqué cette erreur ! Vous avez entièrement raison, c'est bien déplacer la cible vers le bas, et pour être tout à fait honnête avec vous, je ne m'en étais pas rendu compte non plus ... comme quoi, on ne se relit jamais assez et donc, qu'on peut laisser passer une monstruosité ! Vu l'ancienneté de l'article, je vais néanmoins tenter de le corriger ... pas certain que j'y arrive car depuis les changements opérés par overblog, je n'ai plus accès à toutes les anciennes publications. Mille mercis !

Mathusalem 18/05/2013 19:45


Bonjour. Je respecte bien entendu votre décision de "déposer les armes". Elle n'appartient qu'à vous et merci pour tout ce que vous nous avez apporté dans vos articles jusqu'ici. Cela dit, en ce
qui me concerne, ce n'est pas un petit journaleux de 3eme zone, connaissant probablement autant en armes que le pape en dance classique, c'est mon avis, qui aurait été de taille à
dévier ma trajectoire (sans jeu de mot). Dommage. Je vous souhaite bon vent arrière à mon tour. En espérant que vous changiez d'avis un jour, je vous dis une fois de plus
MERCI.  

marksman.over-blog.fr 19/05/2013 20:29



Et bien finalement, nous avons décidé de continuer pour les raisons que vous évoquez


D'accord avec vous sur tout le long de la ligne


A+



Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche