Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 janvier 2013 7 20 /01 /janvier /2013 15:15

 

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

   

Chers lecteurs,

 

Nous vous avions promis une suite à l’article relatif au 22 Long Rifle à plus de 50 mètres et rassurez-vous, nous tiendrons bien cette promesse. Néanmoins, mes camarades ont juste rencontré un petit souci pour continuer leurs essais ce qui va malheureusement occasionner un mois de retard pour cette publication: les conditions météo hivernales que nous connaissons et qui auraient biaisé le résultat des tests devant conduire au prolongement de cette partie. Par conséquent, ce mois-ci et dans la foulée des articles traités sur tous les paramètres qui influent le trajet de la balle et/ou de sa précision, je vous propose de passer en revue une autre dimension qui n’a pas encore été abordée dans le cadre de ce blog. C’est celle qui tient au tireur lui-même et à ses aptitudes : sa condition physique ainsi que les paramètres qui y sont liés ou qui interviendront peu ou prou dans sa quête de précision. 

 

tireur-de-compet couché

  

Tout le monde le sait, la forme physique est essentielle dans la pratique de tous les sports si on souhaite y obtenir les meilleurs résultats. La bonne condition physique est tout aussi importante pour pratiquer le tir sur cible que dans n'importe quel autre sport.

Pour atteindre la forme physique, il est nécessaire de participer à un programme de conditionnement physique qui va se préoccuper  aussi bien du corps que de l'esprit. Une attention particulière doit être accordée à l’agilité, la force, la flexibilité du corps ainsi qu'à sa nutrition adéquate. Grâce à une amélioration notoire de sa forme physique, on peut encore améliorer la performance de son tir à la cible.

En somme, le tir à la cible est un sport qui nécessite un bon contrôle musculaire, la stabilité et de l'endurance. Mais le tir à la carabine ne nécessite pas forcément une vaste gamme de mouvements du corps et de ses membres, les grands groupes musculaires ne sont pas activement impliqués.

    tireurs-couchés-sur-l'herbe

   

Bien que le tir sur cible ne sollicite pas le cœur et les poumons comme celui d’un coureur pendant une course de 10 km à pieds, les muscles utilisés par un tireur peuvent aussi se trouver à court d'oxygène comme les muscles d'un coureur, il est donc vital pour le pratiquant d'être en bonne forme physique à tous points de vue. Par ailleurs, ce sport exige des mouvements précis et bien coordonnés, des réactions rapides, un bon sens de l'équilibre et de la souplesse du corps et de ses membres. Le tonus musculaire doit être adapté, le système neuromusculaire et la motricité doivent également être développés pour obtenir la meilleure performance possible. Donc, on ne peut qu’en conclure qu’une bonne forme physique est incontestablement un précieux complément à l’entraînement et aux techniques de tir. Il faut savoir que la condition physique contribue jusqu’à concurrence de 35% de la performance d'un tireur.

Et si les positions de tir dites de « l'os sur l'os » ont été conçues pour minimiser l'implication des muscles, elles ne peuvent l’éliminer entièrement et des positions statiques peuvent restreindre le flux sanguin aux muscles qui travaillent, ce qui prive les cellules d'oxygène.

L'entraînement en endurance se compose d'exercices prolongés qui soutiennent une élévation de la fréquence cardiaque. Cela va avoir pour effet de rendre le système cardiovasculaire plus efficace, de réduire la fréquence cardiaque au repos et permet une récupération rapide et le retour à un rythme cardiaque plus lent.

Bien que la visée n’implique pas trop la mobilisation de l'énergie du corps, un système de régulation des battements cardiaques peut avoir de nombreux avantages pour un tireur d'élite. Malheureusement, seul un nombre limité de tireurs apprennent à relâcher la visée lorsque la carabine est à sa stabilité maximale, entre deux battements de cœur. Un ralentissement de la fréquence cardiaque peut ainsi être un avantage significatif et faire la différence dans des matches et aussi … faire la différence entre gagner et perdre !

    

un-tireur

 

La musculation est également indiquée pour améliorer les performances du tireur car  l'entraînement en force peut se traduire par moins de fatigue et une meilleure stabilité dans les longues poses.

La fatigue se traduit souvent par une augmentation de la tension dans le muscle. Étirer le muscle soulage les spasmes musculaires en améliorant le flux sanguin dans celui-ci. Le principal objectif d'un programme d'étirement utilisé avant et après la visée n'est pas d'améliorer la mobilité des articulations spécifiques, mais de travailler sur la rigidité des muscles fatigués et surmenés. En effet, le stretching a deux avantages: il allonge les muscles et les tendons qui rend possible pour vous de rentrer dans vos positions de tir plus facilement, et il induit une réponse de relaxation qui réduit également la fréquence et l'ampleur de ces secousses involontaires.

Dans l'ensemble,  cela se traduira par une plus grande capacité à tenir votre corps et une carabine en position stationnaire. Dans une atmosphère relaxante, une bonne position sera plus facile à prendre et, votre temps de réaction sera plus rapide. Le cœur devient plus fort, sa capacité d'oxygénation sera plus grande, ce qui permettra d'améliorer le contrôle du souffle. La force musculaire et l'endurance globale sera améliorée, ce qui donne plus de contrôle sur le fusil et une performance accrue, par la suite.

Tirer une balle ne nécessite pas beaucoup d'énergie mais d'autres tâches associées augmenteront la consommation d'énergie. Toute activité supplémentaire, comme la marche pour aller aux cibles, ajuster l'équipement, ou simplement de parler à d'autres auront tendance à augmenter la consommation d'énergie et le rythme cardiaque et donc, risquent de détériorer vos performances. Le mieux sera d’éviter ou de minimiser toute activité non essentielle avant et pendant une séance de tir pour obtenir les meilleurs résultats.

 tireur-âgé

 

La nutrition, à savoir les glucides, les protéines et les matières grasses, joue un rôle crucial dans la consommation d'énergie parce que si on n'est pas bien alimenté, le corps ne brûle pas son énergie de manière efficace. Elle est essentielle afin d'alimenter les muscles avec les éléments essentiels pour qu’ils puissent faire leur « travail ». Avant d’aller au tir, il est recommandé de ne consommer qu’un repas léger qui devrait être composé essentiellement d’hydrates de carbone, tels que les pâtes parce que les glucides jouent un rôle clé dans la fourniture de l'énergie aux muscles et la fourniture d'énergie pour le bon fonctionnement du cerveau.

Un athlète devrait également prévoir un petit déjeuner sain qui contient des aliments hautement énergétiques et des protéines qui peuvent fournir de l'énergie tout au long de la journée. Pour les collations, il vaut mieux manger des fruits frais ou secs, du craquelin et du fromage, ou des petits sandwiches de viande maigre et veiller à maintenir un approvisionnement régulier au corps.

  tireur-couché2

 

Il est préférable de consommer de la nourriture dans de portions congrues sinon, si la nourriture a été consommée dans de grandes proportions,  le sang va se précipiter vers l'estomac tout de suite après le repas et ne sera pas disponible pour le fonctionnement optimal du cerveau. Pour les tireurs corpulents,  la position comprime l’estomac, ce qui répercute alors les battements du cœur. La même sensation peut être retrouvée après un lourd repas. Parade : basculer le corps vers la gauche, écarter le genou droit. Une position trop écrasée transmet également les pulsations à l’ensemble du corps. Il est alors nécessaire de relever la position ou de limiter la bascule à gauche.

  Ce monsieur n’est probablement pas au mieux de sa forme pour « matcher ».

gros-tireur2

 

Et donc, il est vivement déconseillé d’aller tirer après un repas trop important ou très gras car la digestion entraînera, de facto, de la fatigue, une augmentation des pulsations cardiaques, une lourdeur qui risquent d’indisposer le tireur et réduire sa capacité à rester correctement statique. Il en ira de même avec une trop grande consommation de café (caféine), de thé, de coca, boissons sur-vitaminées, de cigarettes et d’alcool avant et pendant votre session de tir !

Tout cela va provoquer des tremblements musculaires légers, affectant ainsi votre capacité à stabiliser la carabine. Les produits qui contiennent des sucres raffinés et de la farine blanche pour les barres de chocolat, par exemple, des bonbons, des gâteaux devraient être totalement exclus. Pourquoi ? Parce que les sucres simples sont très rapidement absorbés par l'estomac et dans le sang et que le niveau de sucre va croître rapidement. Cette augmentation rapide de la glycémie entraîne que de l'insuline va être libérée et va décomposer le sucre dans le sang, ce qui provoque une forme de dépression. Il en résulte une augmentation du rythme cardiaque associée à une perte de concentration.

  tireurs-compet armee

 

Une attention particulière devrait également être accordée à la consommation de liquides, car un manque de fluides dans le système peut provoquer une perte d'énergie et de force physique pendant les matches. Ainsi donc, un excès de liquide peut causer de l'inconfort et une perte de concentration. D’autre part, l’hydratation est également très importante. Quand on est en soi-même et concentré, le corps produit de la sueur pour maintenir la température du corps à un niveau acceptable. Comme on transpire, le sang s'épaissit et le fluide oculaire dans les yeux s'épaissit aussi. Dès lors, le cœur doit travailler plus fort pour fournir de l'oxygène et des nutriments pour que le corps puisse se rééquilibrer et donc, les fonctions visuelles et cognitives se dégradent quelque peu et la fatigue s'installe rapidement. 

Pas de boissons glacées ! Car elles ne se chauffent guère au passage de l'œsophage et cause, une fois dans l'estomac, d'abord un resserrement des vaisseaux capillaires dans la membrane muqueuse, puis une dilatation réactive. Ceci provoque, comme lors de la digestion après le repas, une circulation plus forte du sang dans les organes de la digestion et une redistribution temporaire de celui-ci au détriment des muscles de travail. Pas de boissons contenant du gaz carbonique non plus ! N'avalez pas d'air ! En utilisant des gourdes adéquates ou avec une paille (chalumeau) on évite d'ingurgiter trop d'air (aérophagie) et l'on boit le liquide en plus petite quantité.

 

 

tireur-militaire

 

 

Pratiquer le contrôle de votre respiration et/ou de votre rythme de respiration dans le cadre de séances d’entraînement au tir peut-être tout aussi voire, plus important que l'utilisation de votre arme. En effet, quand une personne respire, sa poitrine entière, son cou, ses bras et le torse sont touchés par ce mouvement. Afin de garder une bonne acquisition de la cible, les tireurs doivent donc impérativement apprendre à coordonner leur respiration avec la détente.

Une fois la position vérifiée, le tireur réalise deux ou trois inspirations profondes, l’expiration se faisant en relâchant encore plus le corps. Pendant la visée proprement dite, l’apnée peut durer 5 à 8 secondes, le blocage devant être le plus court possible car l’anoxie induit rapidement une baisse de l’activité neurologique (vision, sensibilité, concentration) et,  entraîne un lâché prématuré, tardif ou mal réalisé. L’apnée peut être réalisée en inspiration ou en expiration.

 

Pour ce qui concerne la qualité de la visée, elle dépend de nombreux facteurs, dont l’un des plus importants est l’acuité visuelle. Une mauvaise correction visuelle amène une visée trop longue, génératrice de fatigue oculaire trop rapide, mais aussi un phénomène physiologique classique méconnu des tireurs, la persistance rétinienne :  lors de sollicitation de longue durée avec des contrastes importants, l’œil continue à voir une image qui n’est plus la réalité, donc une image de visée qui semble correcte alors que le guidon est déjà décentré. Une visée doit donc être limitée dans le temps et, dans la limite maximale de 8 à 10 secondes sinon, posez et recommencez.

 

Enfin, apprenez à tirer avec votre arme tout en conservant un caractère détendu. Le stress et la peur créent des changements musculaires, cardio-vasculaires et hormonaux dans votre corps; vos pupilles se dilatent, l'adrénaline est produite, vos muscles se tendent, etc. Toutes ces réponses physiologiques à la peur ou le stress affectent donc votre tir. Continuez à pratiquer le tir très régulièrement avec votre arme à feu. C’est à force d’entraînement que l’on obtient des résultats significatifs.

 

Une préparation mentale sûre et une position stable et équilibrée seront les objectifs initiaux du tireur: des résultats élevés ne seront obtenus que si le tireur obtient le confort mental et physique: le paradoxe veut que les bons résultats soient dus pour 80 % à la préparation mentale, mais que l’on ne peut obtenir la tranquillité d’esprit que lorsque la préparation technique est sûre et globalement satisfaisante.

 

Une “ bonne position ” de tir n’est pas douloureuse : la stabilité et l’équilibre doivent être obtenus avec le minimum d’effort musculaire, une grande liberté articulaire, et une certaine habitude.

 

 

Ceci n’est certainement pas le bon exemple à suivre J

fille-au-tir

 

 

Enfin pour conclure, si vous souhaitez vraiment améliorer vos compétences en tir de précision, l'arme à feu doit devenir une partie de vous !  Pour avoir du succès avec une arme à feu, le tireur doit apprendre à voir son arme à feu, non pas comme une arme qu’il tient en mains, mais bien comme une extension de lui-même. Mais comme le dit si bien Carlo CHIESA, instructeur en chef de l'ESTP, un bien-être physique, une bonne condition spéciale ainsi qu'une bonne action musculaire pour arriver à un bon départ du coup automatique, sont des nécessités sans lesquelles un tireur ne peut aspirer à appartenir à une classe d'élite.

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, voir les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

http://ebookbrowse.com/preparation-physique-et-tir-pdf-d56884800

 

http://www.ffbt.asso.fr/medical.php?m=8

 

http://www.forum-airguns.com/t7467-preparation-physique-du-tireur-sportif-par-hellion

 

http://tirsportif.vraiforum.com/t1310-La-preparation-physique-avant-pendant-et-apres-le-tir.htm?start=40

 

http://bulletin.accurateshooter.com/2012/11/improve-your-shooting-with-strength-and-cardio-training/

 

 

 

 

 

 

 

 

profil-AICS PROJET2013 A+ 

Partager cet article

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche