Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 octobre 2014 2 21 /10 /octobre /2014 20:47

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

A la veille de l'automne et dans la continuité de l'étude des calibres déjà proposés auparavant, nous allons nous intéresser au .338 Winchester Magnum.  Un calibre " musclé " tant utilisé en grande chasse que dans ses variantes,  au niveau militaire et tactique.  D'ailleurs, sachez d'ores et déjà que cet article sera la partie introductive de celui qui vous sera présenté le mois prochain et qui sera entièrement dédié à l'étude du .338 Lapua Magnum.

 

 

 

 

carabine-savage-338-winchester-mag

Ci-dessus, une Savage montée en .338 Winchester Magnum " Grande chasse bear "

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

Comme le calibre .270, le .338 est d'origine américaine. La première cartouche de ce calibre était la .33 Winchester, conçue par Winchester et sortie en 1902 comme un chambrage pour le modèle 1886 de la carabine à levier.

 

 Le .33WCF tirait une balle de 200 grains à 2200fps atteignant une vitesse relativement élevée ainsi qu'une grande énergie pour l'époque.

Néanmoins, en 1930, l'intérêt pour la .33WCF avait diminué et, la grande dépression avait mis à rude épreuve sa fabrication entraînant l'arrêt de la M1886 et sa cartouche .338 " en 1935.

 

 En Grande-Bretagne, les efforts ont été déployés dans le développement de cartouches de calibre moyen et plus léger et le  .375 " a donné lieu à la création du  .318 Westley Richards et du .333 Jeffery. Le .318 Westley Richards a également été appelé le .318 Monture Nitro Express qui a été introduit en 1910, il a utilisé des balles de .330 de diamètre et a été chargé soit avec une balle de 180 grains à 2700fps ou encore d'une balle de 250 grains à 2400fps.

 

 La cartouche a été un temps très populaire. En 1921, BSA a sorti le .33 BSA, une cartouche extrêmement puissante basée sur le .375 H & H raccourcie et rétrécie à une balle de .338 " de diamètre.

 

 

 

338-Winchester-Magnum-et-la-375

La .338 Winchester Magnum (au dessus) comparée à la .375 H&H (en dessous)

 

 

 

Le .338 Winchester Magnum, comme le .458 Win mag, le .264Win et le 7mm Rem est basé sur le .375 H & M raccourcie à 2,5 ".

 

Les " Wildcatters " américains ont commencé à expérimenter des cartouches autour de ces calibres pour une utilisation sur grand gibier nord-américain tel que le bison, par exemple.

 

En 1956, Winchester a sorti le .458 Winchester Magnum pour une utilisation de grande chasse en Afrique. Deux ans plus tard, Winchester a sorti le .338 Winchester Magnum sur la base du .458 rétrécie au diamètre .338 " .

 

Le .338 Winchester Magnum est maintenant bien connu pour sa capacité à produire d'excellents résultats sur une grande partie des gros gibiers. Le .338 Winchester Magnum a 10% de plus grande surface frontale que les calibres .30 et peut être chargé avec des balles plus lourdes. De nombreux chasseurs attendent du calibre .338 d'être un tueur rapide.  Le .338 Winchester Magnum est suffisant pour la chasse au gibier lourd pesant jusqu'à 600 kg et parfois plus lourd sur des gammes de distances d'environ 300 mètres.

 

 

 

 

Bergara-Mountain-Hunter

Ci-dessus,  le Bergara Mountain Hunter

 

 

 

 

En l'absence d'une normalisation ClP, malgré tout,  il a été tout de même importé en France et en Europe et ce, depuis 1970 environ.  Le 338 Winchester Magnum possède selon sa fabrication d'origine une douille d'un volume moyen d'une contenance de 5,584 cm3, ce qui est identique au 8X68 S de RWS.

 

La douille de 338 Winchester Magnum est obtenue par élargissement du collet d'une douille de 300 Winchester Magnum.

 

 

 

Les dimensions de la cartouche

 

dimensions-de-338-Winchester-Mag

 

 

 

 

Fiche technique de la .338 Winchester Magnum (grande chasse)

 

 

Longueur totale de la cartouche: 84,84 mm

Longueur totale de la douille: 63,50 mm

Longueur de la douille à la base du collet: 55,11 mm

Longueur de la douille à la base de l'épaulement: 51,82 mm

Diamètre du culot de la douille: 13,51 mm

Diamètre de la base du corps de la douille: 13,51 mm

Diamètre du corps de la douille à la base de l'épaulement: 12,47 mm Diamètre du collet avec le projectile en place: 9,40 mm

Diamètre maximum du projectile: 8,61 mm

Epaisseur du culot de la douille: 1,27 mm

Angle d'épaulement: 25·

Pression maxi admissible norme CtP : 4400 Bars

 

 

 

Le .338 Winchester est donc une cartouche très pratique, extrêmement bien conçue pour le gros gibier et le tir à longue distance.  Son principal inconvénient est son recul fort élevé,  raison pour laquelle,  un frein de bouche peut également être très utile sur une carabine de ce calibre. En outre, avec une bonne action, un canon flottant et une détente match, le .338 Winchester Magnum est également un calibre très précis.

 

 

Ruger-guide-gun

 

 

Mais bizarrement, le 338 Winchester Magnum est délaissé de la part des fabricants d'armes semi automatiques hormis par Browning avec sa Bar Long Trac qui connaît un certain succès aussi bien aux USA qu'en Europe.

 

 

338-Winchester-Magnum-variantes

 

Comparaison des variantes de cartouches .338 Win Mag

 

 

 

Mais au cours des dernières années, de nouveaux 0,338 magnums ont fait leur apparition offrant ainsi des performances de vitesses encore plus élevées et de plus grandes distances de tir.

 

Si l'on ajoute à cela l'intérêt tactique du .338 Lapua Magnum,  il n'est pas difficile de comprendre pourquoi la popularité de la .338 a diminué dans une certaine mesure. Et pourtant, indépendamment des nouveaux modèles de cartouches, le .338 Winchester Magnum continue à prospérer chez les grands fabricants de carabines visant les marchés canadiens, américains ou encore africains car sa cartouche reste puissante et pratique pour la chasse aux gros gibiers tels que les ours, le buffle, etc.  Ces fabricants sont :

 

SAVAGE ARMS,  REMINGTON ARMS CO GUNS,  BROWNING X-Bolt Medallion Rifles,

HOWA/LEGACY SPORTS,  MOSSBERG & SONS INC,  RUGER & COMPANY INC,  SAKO,  SAUER,

THOMPSON/CENTER ARMS,  WEATHERBY INC,  WINCHESTER GUNS/BACO INC, etc.

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :



 

useful-links

 

 

 

http://gundata.org/cartridge/75/.338-winchester-magnum/

 

http://guide.sportsmansguide.com/ballistic-chart/federal_charts/338WinMagnum.html

 

http://www.norma.cc/en/Products/Hunting/338-Winchester-Magnum/

 

http://www.handloads.com/loaddata/default.asp?Caliber=338%20Winchester%20Magnum&Weight=All&type=Rifle&Order=Powder&Source=

 

http://www.chassons.com/3-Armes-et-Munitions/16-Carabines-de-chasse/143-Divers/1759-Savage-La-carabine-116-Bear-Hunter-calibre-338-Winchester-Magnum.html

 

 

 

 

 

video logo

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=oIb-CIXXVZA

 

https://www.youtube.com/watch?v=Qy-3iDbC1rc

 

https://www.youtube.com/watch?v=g9XyBKhxotA

 

https://www.youtube.com/watch?v=JaCIajftJy0

 

https://www.youtube.com/watch?v=CHk6mp_SN40

 

 

 

 

 

 

A bientôt,


profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
21 septembre 2014 7 21 /09 /septembre /2014 18:02

 

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Peut-être que certains d'entre vous ont trouvé l'attente longue mais comme promis, je suis de retour pour vous proposer l'article de la reprise après des vacances bien méritées.

 

 

Nous recommençons cette nouvelle saison en restant dans le domaine de notre quête d'amélioration de notre précision. En effet, nous allons voir que le contrôle d'un "déclenchement" ou d'un " lâché "  correct doit être utilisé conjointement avec tous les autres fondamentaux du tir que nous avons déjà passé en revue dans un article précédent mais celui-ci se voulait un tantinet plus généraliste. Aujourd'hui, je vous propose d'approfondir une partie de ces fondamentaux et,  plus singulièrement, pour savoir comment augmenter votre précision par un meilleur contrôle du  " lâché ".

 

 

L'acte physique de l'application d'une pression sur la queue de détente pour fournir un tir précis peut varier d'un individu à l'autre. Un contrôle de détente approprié vous permettra progressivement d'affiner votre technique et de maîtriser votre précision en obtenant ainsi de meilleurs groupements.

 

 

 

doigt-sur-la-queue-de-détente

 

 

 

 

Un des éléments des plus importants pour savoir tirer avec précision et exactitude est donc le contrôle du lâché. Car même si votre stabilité est solide comme l'assise d'un roc et votre image de visée parfaite, une secousse avant de laisser partir le coup va ruiner votre précision !

 

 

Certains tireurs vont, par exemple, maintenir un degré de contrôle du déclenchement avec une prise en main relativement légère, alors que d'autres vont utiliser une prise en main très serrée. Certains tireurs préfèrent appliquer la pression de déclenchement suivant un rythme rapide, tout en conservant l'alignement correct en vue. D'autres, une application plus lente et délibérée peut obtenir les mêmes résultats. Enfin, un nombre croissant de tireurs appuient sans interruption et maintiennent sans cesse la pression jusqu'à ce que le coup de feu soit parti. A vous de tester et de retenir la méthode qui vous sera la plus profitable.

 

 

 

lâché-de-détente

 

 

 

 

Donc, quoiqu'il en soit, le contrôle du "lâché" est d'une très grande importance dans la réalisation d'un tir précis. Lorsque le tireur exerce une pression sur la queue de détente, il doit le faire d'une manière qui n'altère pas l'alignement avec la visée, ni de la perception visuelle, et de concert avec une concentration maximale qui permettra avec un mouvement minimal de l'index en arc sur la détente sans occasionner de " bougé ".  Ce "bougé" pourra varier en fonction de la bonne stabilité ou pas et dépendra de la position du tireur.

 

 

A titre d'exemple, pour un tireur d'élite de la police dépêché en milieu urbain, il devra faire défiler sa zone visée en fonction du déplacement du target, s'arrêtant seulement pour une courte période de temps dans un alignement parfait avec la cible. Il est impossible de déterminer quand, et pour combien de temps les organes de visée seront alignés et resteront dans le centre de la zone visée. Une telle situation nécessite le développement des réflexes conditionnés et l'amélioration de la coordination des actions qui mènent au "lâché" du projectile.

 

 

L'action coordonnée de viser correctement et de faire pression sur la queue de détente en temps opportun est difficile voire,  très difficile pour les cibles mobiles, et cela ne peut être accompli qu'en surmontant les anciens réflexes non coordonnés ou en acquérant de nouveaux par le biais d'une formation aux techniques spéciales de tir.

Une situation bien différente de celle que connaît un tireur couché au stand 100 mètres et dont l'arme est posée sur un bipied et braquée sur une cible fixe.

 

 

 

Quels sont les facteurs intervenant pour obtenir un contrôle de la détente ?


 

La pression exercée sur la détente doit provenir d'un mouvement indépendant de l'index uniquement. Le pouce et les doigts de préhension ne doivent pas se déplacer ou serrer.

 

 

 

lâché-de-détente2

 

 

 

Alignez, installez-vous dans votre zone de visée normale et exercez une pression sans interruption, croissante, tout droit vers l'arrière, jusqu'à ce que le percuteur frappe. Et c'est presqu'en vous surprenant que le coup doit partir. C'est de cette manière que vous aurez le plus de chance pour que votre projectile aille frapper la cible exactement à l'endroit désiré.

 

 

Commençons par le placement du doigt sur la gâchette car cela est crucial pour déterminer comment chaque autre partie de mon bras doit être placé. Personnellement, je fais en sorte que le centre de la phalangette de mon index soit sur la gâchette dans la plupart des situations. 

 

 Il y a quelques grands tireurs qui utilisent le bout du doigt pour affleurer la gâchette. Mais la pointe du doigt ne fait qu'une interaction légèrement tactile avec la queue de détente, ce qui est généralement bien car ceci augmente également le "poids" de la perception du déclenchement sauf si vous disposer d'une détente match hyper sensible. Auquel cas, le coup partira à votre insu ... ce qui n'est pas le but recherché.

 

De toute évidence, vous obtenez plus d'effet de levier en tirant à l'aide de l'articulation.  En regardant la façon dont le doigt fonctionne, c'est en se mettant au centre qu'on obtient la meilleure façon de veiller à ce que la gâchette se déplace vers l'arrière.

 

 

 

le-bout-du-doigt

 

 

 

 

Voici comment la position du doigt sur la gâchette influence votre capacité à appuyer sur la gâchette vers l'arrière. 

 

 

Dans les photos, ci-dessous, on voit bien l'index droit qui est le doigt sur la queue de détente, pendant que la gauche simule la gâchette :

 

 

 

positions-des-doigts1

 

 

 

Si votre doigt est trop loin, la pression sur la détente sera au bas de l'arc, qui va tirer le fusil vers votre côté de tir :

 

 

 

positions-des-doigts2

 

 

 

Si maintenant vous déplacez votre doigt en face de vous et que vous simulez le mouvement à l'aide de la pointe de votre doigt, vous remarquerez que le mouvement se fait bien de manière rectiligne vers l'arrière :

 

 

 

positions-des-doigts3

 

 

 

 

Afin de tirer un coup de feu bien contrôlé,  le tireur doit apprendre à augmenter la pression sur la queue de détente, en douceur, progressivement et uniformément. Cela ne signifie pas, cependant, que la détente doit être enfoncée lentement. Elle doit être appuyée en douceur, sans interruption, mais le lâché du déclencheur doit prendre plus de 2 secondes avec un maximum de 5 sec car, comme chacun le sait, au-delà d'une apnée de respiration de 8 sec, notre corps risque de produire de l'instabilité qui risque d'obérer notre précision, l' œil devient fatigué, l'acuité visuelle diminue et en outre, la position perd une partie de sa stabilité. Par conséquent, quand il attend trop longtemps avant de lâcher le coup, le tireur appuie sur la détente dans des conditions défavorables.

 

 

 

position-du-doigt

De gauche à droite: position incorrecte ou de pauvre précision, contact correct pour une bonne précision, et comme à l'ancienne surtout si vous avez un poids de détente très important.

 

 

 

Maintenant que nous avons vu la mise en place correcte de nos doigts pour obtenir un déclenchement sous contrôle, il y a une autre étape pour vérifier que le manipulation donnant lieu au lâché du projectile ne déplace pas le fusil parce que ce serait au détriment de votre précision et de votre exactitude. Le doigt sur la gâchette a besoin de pouvoir se déplacer de manière totalement indépendante du reste de la main de tir.  En effet,  il ne peut y avoir aucun mouvement des autres doigts ou du pouce quand l'index placé sur la queue de détente appuie sur la gâchette.

 

 

 

position-main2

 

 

 

Le moyen d'y parvenir est que la seule partie de l'arme avec laquelle le doigt de déclenchement doit être en contact soit la gâchette.

 

 

Si votre doigt touche la crosse, cela va probablement induire un mouvement latéral qui sera difficile à corriger :

 

 

 

position-main1

 

 

 

 

Le déplacement de votre pouce du même côté que le reste de vos doigts peut réduire sa tendance à s'opposer au doigt sur la gâchette :

 

 

 

 

position-main3

 

Les photos sont tirées de " L'art de la carabine "

 

 

 

 

Quelles sont les erreurs à éviter pour obtenir un bon " lâché " ?


 

1. Les plus graves et qui perturbent la précision obtenue par le tireur sont les secousses. Souvent dues à une  application brutale de lapression sur la gâchette, accompagnée de l'action musculaire des muscles du bras et des mains ou encore d'un "bougé" dû à un mauvais  contrôle de la respiration.

 

 2. Le fait de saisir trop fort la crosse et d'ainsi contracter trop fort la main dont l'index qui est sur la queue de détente. Les tensions dans    la main étant trop fortes que pour laisser un bon degré de liberté à l'index.

 

3. Oublier de presser la queue de détente perpendiculairement vers l'arrière ou tirer trop vite en négligeant d'y penser aux coups suivants.

 

 

Tous ces facteurs conjugués, vont bien évidemment amplifier le déplacement de l'arme lors du tir et vous dévier de votre objectif à coup sûr ! La meilleure façon de corriger ces secousses est de s'entraîner d'abord à vide avec une cartouche d'entraînement ou avec l'encadrement d'un entraîneur expérimenté au stand qui s'aura détecter vos erreurs et vous aider à les corriger.

 

Bien entendu, un tir précis dépend aussi dans une large mesure de la qualité de la détente. Un déclencheur mal réglé ou dont le poids est bien trop lourd aggrave les erreurs commises par le tireur lorsqu'il exerce une pression sur ladite détente. Les réglages incorrects sont souvent dus à :

 

 

 (1) Un poids de détente excessif;

 (2) Une course de détente trop longue (mouvement de déclenchement);

 (3) Un poids de la détente trop léger (ex: une détente match réglée à 20gr pour un débutant);

 (4) Un poids de la détente variable (une détente "fatiguée", par exemple).

 

 

D'autres paramètres pourront évidemment mettre à mal la précision et notamment,  si derrière cette détente, se trouve un tireur hyper stressé aux battements cardiaques très forts,  dans une prone position instable, qui anticipe le recul de son arme ou qui est victime de son coup de doigt ou de sa détente

 

 

Voici un diagramme qui vous permettra de poser un petit diagnostic rapide sur les causes éventuelles de votre imprécision :

 

 

eye-trigger-control-chart

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

 

http://www.lacible-villebon.fr/tir/technique.php

 

http://letirsportif.free.fr/pages/lacherpag.html

 

 

 

 

 

video logo

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=S72ehttwFxw

 

 https://www.youtube.com/watch?v=CYLd6pznzwY

 

https://www.youtube.com/watch?v=B9VTMzCiZtE

 

https://www.youtube.com/watch?v=-mFEEcxJzog

 

https://www.youtube.com/watch?v=Kn_4UG-dGJk

 

 

 

 

 

 

 

Bonne lecture et


profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 14:53

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

Nous voilà arrivés début juillet, et pour certains d'entre vous, ce sont déjà les vacances. Il ne vous aura sans doute pas échappé qu'exceptionnellement,  j' accuse un certain retard vis-à-vis de ma date de publication habituelle. Et oui, ce sont les contraintes de la vie et les impondérables qui nous ont retardé Benoit et moi.

 

Benoit n'a pas eu le temps de tester sa nouvelle carabine ni d'ailleurs d'achever son article vu ses nombreuses occupations et ses contraintes actuelles ... qu'à cela ne tienne, gageons qu'il nous concoctera quelque chose de bien pour la rentrée !  Donc, ce sera un dossier que vous invite à suivre ... sachez simplement qu'il n'y aura pas d'article au mois d'août.

 

Je vous présente aujourd'hui le Barrett M468, le fusil d'assaut très en vue au sein de l'armée des Etats-Unis.

 

 

 

M468 1

 

 

 

En fait, c'est une variante de la carabine M4 re-chambrée pour une balle plus lourde et plus grande: la 6.8 mm et ce, de manière à obtenir de meilleures performances. A la base, c'était une tentative pour créer une arme qui répondait aux besoins des opérations spéciales. La transformation d'une micro-carabine à partir d'une arme qui comportait un canon de 12 pouces vers une version d'assaut avec un canon de 16 pouces.

 

 

 

rec7

 

La Barret REC7 ... une " belle bête " !

 

 

 

 

C'est au début des années 2000 que la firme américaine Barrett Firearms Company qui a acquis une renommée mondiale avec son fusil sniper "Light Fifty" M82A1 a commencé à travailler sur la création d'un

 

 

 

Barrett-M82

 

 

 

 

nouveau fusil. Et,  c'est grâce à son expérience et ses connaissances qu' il lui a été possible, en 2004,  d'élaborer le nouveau fusil d'assaut Barrett M468 sur base du célèbre AR-15 / M16.

 

 

 

 

barret rec7-1

 

 

 

 

Par la suite, le Barrett M468 a été modifié et le nouveau design donnera lieu au M468A1, et après une autre série de changements et d'innovations pour augmenter sensiblement la fiabilité des armes,  à la troisième génération de ces armes, la production sera lancée sous le vocable Barrett REC7 et les versions précédentes seront abandonnées.

 

 

 

 

barret rec7-(3)

 

Le Barret REC7

 

 

 

 

S'agissant de la cartouche, le célèbre designer Ronnie Barret choisira la cartouche Remington SPC dans le calibre 6.8mm en collaboration avec l'armée américaine pour remplacer les cartouches de calibre standard et développer une munition qui ne dépasse pas la taille d'une cartouche OTAN mais qui a une meilleure capacité de pénétration.

 

 

 

 

comparaison-des-cartouches

 

Comparaison de la 6.8mm (6,8 x 43 mm)  avec les calibres habituels dont, le 7.62 x 51mm

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Repost 0
4 juillet 2014 5 04 /07 /juillet /2014 14:39

La version OTAN en 5,56 mm de la REC-7 a été présentée pour les essais de carabine renforcée pour son utilisation par les forces conventionnelles.  Par conséquent,  le fusil d'assaut Barrett REC7 est un fusil de type M4 disponible en 5,56 OTAN ou en 6,8 CPS.

 

Ronnie Barret prétend que la 6.8mm possède 1,5 fois l'énergie cinétique de la cartouche de 5,56 mm. L'entreprise affirme en outre que le calibre reste efficace à cinq cents mètres et qu'il a une vitesse initiale de 2650 pieds par seconde (810m/s en sortie de bouche) lors d'un tir réalisé avec un canon de 16 pouces.

 

Comme beaucoup de fusils de type AR-15 comme pour le M16/M4, le canon est fileté pour autoriser le montage de  pièces jointes à la bouche comme par exemple, un réducteur de son.

 

 

 

tireur-Barret

 

 

 

Il peut aussi utiliser des baïonnettes M16/M4, comme la baïonnette M9. Le frein de bouche original était une conception brevetée avec quatre évents (deux de chaque côté) pour un contrôle accru lors du tir. Le chargeur est bien biseauté pour des changements rapides de magasins. Le pontet Magpul laisse suffisamment de d'espace pour le tir à main gantée.

 

 

 

future-weapons-barrett-m468-rec7

 

 

 

Le REC7 emploie un système de rail Daniel Defense qui permet d'accueillir de nombreux accessoires militaires comme un bipied, un dispositif de vision de nuit et une optique de combat, etc.

 

Les fusils Barrett utilisent des magasins standards OTAN avec des capacités différentes mais malgré la différence de calibre possible (5.56mm ou 6.8mm), ils ont presque la même taille de sorte de permettre d'utiliser les mêmes magasins !

 

 

 

autre1

 

 

 

Ce dispositif ainsi qu'une conception identique au M16 n'est pas un hasard.  D'ailleurs,  ce nouveau fusil d'assaut est positionné comme une série qui viendra en remplacement potentiel des M16 et autres M4 et c'est sans doute pour cela qu'il est pressenti comme l'arme du futur pour les forces armées des Etats-Unis.

 

Pour vous en convaincre, je vous invite à regarder la première vidéo de la liste proposée dans cet article. Celle-ci compare notamment ses performances à celles de l'AK-47.

 

Bonnes vacances à tous et au grand plaisir de vous retrouver en septembre

 

 

 


 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

 

http://barrett.net/firearms/rec7

 

http://www.canadiangunnutz.com/forum/showthread.php/1021804-2014-SHOT-SHOW-Barrett-REC7-New-Gen

 

http://stevespages.com/pdf/barrett_rec7.pdf

 

http://www.thefullwiki.org/6.8_mm_Remington_SPC

 

http://americancopmagazine.com/web-blast-extra-the-barrett-rec7-carbine/

 

 

 

 

 

video logo

 

 

 

http://www.liveleak.com/view?i=87b_1223586322%20

 

https://www.youtube.com/watch?v=bhUuKhrO6Us&feature=player_embedded

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=Jdoopwz0Cgc

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=-O3YS8f3ANw

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=wIsi64z1Gf0

 

https://www.youtube.com/watch?v=Rce1l4CM9Dk

 

 

 

 

 

 

 

 

Bonnes vacances !

profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 19:09

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

En attendant le prochain article de Benoit consacré à son acquisition d'un petit bijou de précision, nous  allons passer en revue les erreurs à ne pas commettre pour éviter de mettre à mal la précision de votre carabine et/ou de vos tirs. Il s'agit ici d'explorer d'autres paramètres que ceux qui ont déjà été étudiés lors d'articles précédents.

 

 

 

shooter

Celui-ci, tout le monde l'aura reconnu ... un shooter qui ne rate jamais sa target ... au cinéma  

 

 

 

 

En effet, à moins que ce soit de la faute du tireur  (ce qui est malheureusement trop souvent le cas ! ) et/ou de sa condition physique (mauvaise vue, tremblements, etc.),  si celui-ci a du mal à faire de beaux groupements,  ce n'est peut-être pas à cause de sa carabine surtout si elle vient de sortir de sa boîte mais cela peut-être dû tout simplement à une erreur d'installation  d'un accessoire (lunette, ...) ou encore à une toute autre cause qu'il conviendra d'identifier au plus vite.

 

Il y a des compétences impliquées dans tous les types de tir, mais généralement, la précision de la carabine reste tributaire de paramètres ou d' influences extérieures qui limitent les capacités de l'arme.  Une fois que vous aurez appris à identifier les causes, reconnaître les erreurs commises et les corriger, vous pourrez obtenir de bien meilleurs résultats en cible. Apprendre à reconnaître vos erreurs qui parfois,  sont subtiles,  vous aidera à finalement tirer beaucoup plus précis.

 

 

 

Passons en revue ces différentes erreurs à ne pas commettre :



 

1. Une lunette de tir mal montée



    Savez-vous comment monter une lunette ?  Si ce n'est pas le cas, vérifier ici ces instructions

 

 

lunette2

 

 

Vous pouvez également trouver des vidéos et des tutoriels sur l'Internet (voir liens, en fin d'article) et avoir des conseils auprès de votre armurier ou le fabricant de votre lunette.

 

Attachez beaucoup d'importance au choix de votre montage, rail et vos anneaux ... il vous faut de bonnes bases. Oubliez systématiquement les anneaux à 10 €/pièce !  Rien ne sert de monter des anneaux en "chocolat",  ils vous lâcheront très vite. La qualité a un prix mais la précision en dépend !

 

Vérifiez si les vis de votre montage ne sont pas desserrées car c'est très important pour l'exactitude et elles doivent être serrés conformément aux spécifications du fabricant. Référez-vous à votre manuel ou parlez-en avec le fabricant pour déterminer  le couple approprié pour chaque vis.

 

D'autre part, plus votre lunette est ajustée loin de son centre optique, au plus vous risquez d'avoir une image déformée et plus sombre. Les problèmes de précision peuvent commencer à apparaître quand le champ est modifié vers sa portée maximale.

 

N'oubliez pas qu' il ne vaut mieux pas définir votre " zéro" de la lunette trop loin de la distance réelle à votre cible. La plupart des cartouches pour le TLD méritent un zérotage à environ 200 mètres.

 

Ceci dit, pour le tir à 100m, vous pourrez vous aider d'un premier réglage à 25m,  pour au moins,  vous retrouver dans la cible à 100m et puis,  vous devrez ajuster, au coup par coup,  à la distance de votre cible pour atteindre un réglage fin.

 

Bien entendu, je vous conseille de vous acheter une lunette de bonne qualité, lumineuse et résistante mais pas forcément parmi les plus chères. A titre d'exemple, je tire avec une ZOS (lunette chinoise à 160€) et pourtant, je ne pense pas faire de plus mauvais résultats que mes camarades qui sont montés en NightForce, Swarovski ou encore Zeiss.

 

 

 

2. Le manque de suivi et de stabilité à la mise au point

 

Essayez de visualiser chaque balle ayant eu un impact sur la cible et comparez vos coups. Restez "connecté" physiquement et mentalement à la détente jusqu' au départ du coup et même encore un peu juste après mais, ne vous concentrez-vous pas sur le réticule et votre cible trop longtemps (max 8 sec) sinon, vous perdrez de la stabilité, votre vue va se troubler et vos battements de cœur vont s'amplifier, ce qui va vous déstabiliser et donc,  vous occasionner un " bougé ".

 

Ajoutons enfin qu'un bon bipied, un coussin de tir ou tout simplement, un très bon appui est absolument indispensable pour stabiliser votre position ainsi que celle de votre arme.

 

 

3. Une visée-lunette faite dans de mauvaises conditions


Lorsque la température extérieure est peu ou trop élevée et qu'au surplus, vous venez de tirer une dizaine de cartouches, votre canon va chauffer et va probablement occasionner un effet mirage qui va " flouter " votre lunette de tir et ainsi obérer votre visée. Si vous n'êtes pas assez patient pour attendre le refroidissement du canon après quelques coups, une solution est de monter une bande anti-mirage entre votre canon et votre lunette ou encore d'utiliser un long pare-soleil sur votre optique.

 

Si votre acuité visuelle (et donc la précision) s'estompe envisagez de vous acheter une lunette à grande luminosité avec un tube de 30mm et un diamètre d'objectif important (50mm ou 60mm) et bien entendu, équipée de lentilles de très bonne qualité.

 

 

 

anti-mirage-et-pare-soleil

 

 

 

4. Ne pas faire de pause ou ne pas prendre un peu de repos pendant votre séance de tir !


Nous venons de voir que lorsque le canon chauffe, cela peut entraîner un certain nombre d'inconvénients (mirages, la distribution des impacts, etc.) et donc, nous savons tous que n'importe quel fusil va tirer plus ou moins différemment selon que son canon soit chaud ou froid.

 

En d'autres termes, la précision s'améliore lorsque vous faites prendre un peu de repos à votre fusil.   Par conséquent, n'hésitez pas à marquer des pauses après chaque série de coups (exemple, 3 coups, une minute ou deux de repos, ...) pour laisser refroidir votre canon mais également pour reposer vos yeux et votre corps entre une série de coups. 

 

 

 

tireur-recreatif

 

 

 

5. Méconnaître la distance à la cible ou l'angle de tir !


Une mauvaise estimation de la distance à la cible est l'une des causes des plus courantes du manque de précision. Utilisez un télémètre lorsque cela est possible pour mesurer précisément la distance à votre cible. Utilisez des indicateurs de mesure de distance tels que les arbres, poteaux de clôture, des caractéristiques du terrain pour prendre des points de référence.

 

N'oubliez pas non plus que lors de tirs vers le haut ou vers le bas d'une colline, vos balles frapperont différemment la cible par rapport à un tir fait à l'horizontale.

 

 

 

marksman-et-son-spoter

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
23 mai 2014 5 23 /05 /mai /2014 18:57

 

 

6. Ne pas tenir compte du vent !


Si certains estiment que le tir à la carabine est une science alors,  on pourrait aussi dire que le tir dans le vent est un art.  Malheureusement, aucun programme informatique ou balistique ne peut vous aider à maîtriser ces paramètres. Apprendre à lire le vent et développer sa capacité instinctive à régler sa lunette en fonction vous aidera à obtenir de la précision en fonction des conditions atmosphériques.

 

Comment ?  Il y a qu'une seule façon:  tirer souvent sur des cibles à longue portée alors que le vent souffle. Utiliser un bon observateur pour relever vos impacts. Prendre des notes,  varier la distance, le relief et les conditions météorologiques.

 

 

7. Ne pas vous entraîner suffisamment ou assez fréquemment !


Pour parvenir à être précis et,  bien qu'un bon tir commence d'abord dans votre tête, il n'y a pas de secret, vous devez impérativement développer votre propre style en découvrant vos forces et vos faiblesses et aiguiser vos compétences en fonction. Par exemple, apprendre à choisir les endroits où vous pouvez arrêter et engager des cibles multiples  d'une position stationnaire.   Puis, vous déplacer vers la position suivante et tirer sur les cibles plus éloignées et ainsi de suite.

 

Dans un même temps, vous devrez travailler vos faiblesses jusqu'à ce qu'elles deviennent vos points forts. Bien entendu, pour pouvoir progresser, il faudra vous rendre très fréquemment au stand et multiplier vos séances de tir. Les snipers subissent régulièrement des entraînements dans lesquels, ils tirent des milliers de cartouches.

 

marksman-us

 

8. Ne pas vous préoccuper du type de détente ou de la manière de l'actionner  

 

On n'appuie pas sur une détente comme sur la gâchette d'une perceuse ! En effet, apprendre à appuyer sur votre détente vers l'arrière sans déranger votre projection visuelle demande de la pratique et est primordial pour atteindre vos objectifs de précision. Une bonne façon d'apprendre à appuyer sur la gâchette tout droit vers l'arrière est d'entrer dans votre position de tir, d'obtenir une image correcte de votre réticule sur la cible sans vous déconcentrer et,  tout en plaçant votre doigt au contact de la détente, au bon endroit avant d'y appliquer une pression. Appuyez sur la gâchette et maintenez-la à l'arrière sans la relâcher jusqu'à ce que vous ayez complètement fini.

 

 

9. Ne pas vous préoccuper du type de munition que vous allez utiliser


La sélection de vos munitions est cruciale pour obtenir les meilleurs groupements. Si votre carabine sort de l'usine, testez cinq ou six types de balles pour voir laquelle fonctionne le mieux dans votre arme. C'est plus particulièrement important pour les cartouches à percussion annulaire. En ce qui me concerne, avec ma Walther .22,  j'obtiens les meilleurs groupement avec des 22 LR ELEY TEAM (boîte bleue). Mais cette cartouche ne convient pas forcément aux carabines de mes amis ... .

 

 

tireur-sportif

 

 

 

En fait, il vous faudra trouver quelle est la "dragée" que digérera le mieux votre canon et ce,  par essais et erreurs. Chaque arme est différente, et votre fusil vous dira immédiatement quelles balles, il n'aime pas. Votre travail consistera donc à trouver celle qu'il préfère. Lorsque vous passerez à l'essai d'un type à l'autre, vous n'oublierez pas de nettoyer votre canon au préalable.

 

Si vous vous lancez dans le rechargement, je vous suggère de bien vous entourer et de bien vous informer auprès de votre armurier pour obtenir la procédure de chargement (table de rechargement, choix de la poudre, ogives, amorces, douilles, outils, ...). Ces techniques vous seront probablement présentées dans un article futur.

 

 

Je vous souhaite d'ores et déjà bon tir !

 

 

A bientôt,


profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 10:17

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Dans la série de conseils relatifs aux paramètres à maîtriser pour pratiquer le tir de précision, je ne peux que vous rappeler qu'il est impératif d'entretenir votre arme et plus singulièrement votre canon. Vous avez aussi avantage à le faire parce que ne pas remédier à son encrassement régulièrement peut vous conduire à le re-canonner voire,  à le remplacer bien plus vite qu' à sa durée de vie prévue par le constructeur. Un nettoyage correct de l'alésage va donc normalement retarder cette procédure coûteuse.

 

 

 

 

nettoyage1

 

 

 

 

A l'armée, nous avons tous été "drillés" pour nettoyer notre arme dès que nous rentrions ou dès que nous avions un moment de temps pour le faire et ce, souvent avec une méthode de nettoyage plutôt spartiate voire même,  parfois folklorique (la cendre de cigarette, ...).  Mais comme chacun le sait, il en dépend de la survie du soldat. Rien de pire qu'une arme qui s'enraye en pleine opération et donc,  il est du devoir de tout militaire de minimiser son risque diversifiable !  

 

 

 

Ceci dit, l'arme ne comporte en général pas que des résidus de poudre ...

 

tireur-dans-la-boue

 

 

 

 

De toutes manières, qu'il s'agisse de tireurs d'élite ou de tireurs sportifs, tous auront à cœur d'obtenir la meilleure précision de leur arme ... à commencer par les tireurs bench rest qui ont une poussée de fièvre à chaque fois qu'ils ne savent plus faire du "trou dans trou" .

Mais, en réalité, qu'en est-il de la perte de précision due à l'encrassement de l'arme ?  Illustration :

 

 

 

Voici des cibles tirées avant nettoyage du canon :

 

 

tirs-avant-nettoyage

 

 

 

 

Voici des cibles tirées après nettoyage :

 

après-nettoyage

 

 

Comme on le dit communément, il n'y a pas photo !

 

 

 

 

Oui, mais alors, vous allez me demander:  mais quand faut-il nettoyer son canon et comment ?


 

Je vous répondrai à la première question par une réponse de Normand : cela dépend de ce que vous faites avec votre arme et de ce que vous voulez en tirer (sans jeu de mots ). Vous êtes frustrés, hein ?

 

Et bien oui, en effet, tout dépend du nombre de coups tirés à chaque séance de tir , sur quel laps de temps (quelques jours, semaines, sur six mois, un an) ?  Avec quelles munitions vous tirez (avec ogives en plomb ou pas ) ? Avec quelle poudre ?  Pour quels groupements (tirs très précis espérés ou pas) ? Etc. Vous l'aurez compris, la réponse est tributaire de causes multifactorielles !

 

Personnellement,  je ne sais pas m'empêcher de nettoyer mes armes dès que je rentre du stand. Mais attention,  je ne fais que passer un coup de brosse ou l'un ou l'autre patch et nettoyer l'arme en général.           Il ne s'agit évidemment pas d'un désencuivrage et,  il ne s'agit donc que d'un simple nettoyage mécanique et non chimique. Le but est de chasser les impuretés, les résidus de poudre de mon canon pour qu'il soit prêt et propre pour le prochain tir.

 

 

 

bouche-du-canon-et-brosse-laiton

 

 

 

En fait, à chaque tir, la combustion de la poudre de la cartouche dégage des gaz, du carbone, de la vapeur d'eau et d'autres restes de poudre brulée, des résidus dus au frottement de l'ogive (c'est pire pour celle en plomb !) qui viennent se déposer et se superposer dans les rainures de l'âme de votre canon.

 

Si nous ajoutons à cela le fait que certaines substances contenues dans vos amorces peuvent même être corrosives à long terme,  ne pas nettoyer régulièrement votre canon, c'est y laisser délibérément des résidus voire même,  des produits acides à l'intérieur de celui-ci et ce, pendant plusieurs jours,  semaines ou mois ...

 

Par ailleurs, quand une balle chemisée se déplace le long de l'alésage du canon de votre carabine, des traces infimes de la gaine en laiton se retrouvent à la surface de l'alésage, immédiatement suivie d'une couche de poudre qui l'encrasse. Et comme lors de tous les coups supplémentaires, ce processus est répété tout en comprimant les couches précédentes profondément dans le grain du métal, cet encrassement de cuivre ou de laiton va rester et s'accumuler et, à un moment donné, votre précision s'en trouvera sérieusement dégradée.

 

Cet encrassement va donc accélérer non seulement l'usure du canon, mais va aussi se comporter comme un aimant pour attirer l'humidité, ce qui n'arrangera rien !

 

 

Voici des photos de l'intérieur du canon après quelques tirs et un grossissement des grains de poudre et du " cuivrage " (à droite et en jaune) dans les rainures :

 

 

 

impuretes-dans-le-canon 2-vues

 

 

 

Donc, au fil du temps, votre canon va subir un phénomène d'érosion et risque de perdre de sa précision de manière plus ou moins rapide suivant que son entretien soit bien fait ou pas. Pas top quand on connait le coup d'un re-cannonage !

 

Alors, hormis le petit nettoyage courant tel qu'on le pratique au retour du stand,  quand faut-il nettoyer complètement le canon ?

 

Certains le feront après 5.000 coups, d'autres chaque année, d'autres après 400-500 coups ... Encore une fois, il n'y a pas de règle précise. Retenez simplement ce truc:  dès que vous constatez une perte de précision ou des moins bons groupements,  dites-vous qu'il est peut-être temps de le faire.

 

Un autre indice est le taux  " d'encuivrage " ou " d'emplombage " de votre canon. C'est du visuel ... il suffit de regarder l'intérieur du canon à la lumière du jour ou grâce à une petite lampe à canon comme celle-ci :

 

 

pour-eclairer-l-interiur-du-canon.jpg

 

 

Mais attention, dans ce cas,  le coup de baguette avec la brosse de bronze-phosphore ne suffira pas. Nous verrons dans un instant qu'il faudra adjoindre un traitement chimique au nettoyage mécanique pour obtenir un bon résultat.

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
25 avril 2014 5 25 /04 /avril /2014 09:59

 

 

Quid du calibre .22 ?  Faut-il nettoyer régulièrement son canon ?


 

Certains tireurs à la .22 vont diront qu'ils ne nettoient jamais leur canon. D'autres vous diront qu'ils ne le font vraiment que lorsqu'ils constatent une perte de précision majeure. Enfin, d'autres vous diront que lorsqu'ils l'ont fait, à leur grand étonnement, ils avaient encore moins de précision par après !

 

 

Qui a raison ?

 

Ne jamais le faire vous conduira inéluctablement à devenir un bon client chez les marchands de canon et à rougir de vos résultats aux concours.

 

Ne le faire que lorsqu'on constate une perte de précision majeure est contreproductif ! Faites-le lorsque vos résultats déclinent durablement sur quelques séances de tir.

 

La précision est moins bonne après ... ce n'est pas entièrement faux !   En effet, lorsque vous avez mis votre canon " à blanc " (nettoyé complètement), il est possible que vos premiers coups soient moins bons qu'auparavant. C'est normal puisque votre canon est sec. Il va lui falloir quelques balles (souvent graissées par le fabricant) pour le re-huiler et qu'il reprenne son fonctionnement habituel.

 

L'idéal est de passer un patch légèrement lubrifié dans votre canon après nettoyage et avant votre prochaine séance de tir. Si pas, le tir d'une quinzaine de cartouches vous permettront de retrouver vos meilleurs tirs. Evitez donc de nettoyer votre .22 juste avant un concours, ce ne serait pas une bonne idée.

 

Par conséquent, oui, un nettoyage relativement fréquent est important pour garder la précision et préserver le plus longtemps possible " l'intégrité " de votre canon mais attention,  pour les armes de compétition,  il faudra éviter des traitements trop " hards " et préférer plutôt des patches à la brosse en laiton.

 

 

 

patches-à-la-22

 

 

 

 

Comment nettoyer votre canon efficacement ?

 

 

Au cours des vingt dernières années, de nombreuses techniques innovantes ont été développées pour pouvoir réaliser cette tâche. Et il est vraisemblable que le plus grand changement réalisé dans les moyens de nettoyage a été l'abandon ou la diminution du nettoyage purement mécanique vers la méthode de nettoyage " chimique ".

 

Le nettoyage mécanique est caractérisé par le fait de frotter ou de récurer l'alésage avec une brosse en bronze, suivi de plusieurs passages avec une brosse en nylon et puis d'un feutre ou encore un patch à l'aide d'un kit de nettoyage et une baguette (l'idéal est une baguette faite en une pièce). Voici un kit ou encore d'un BoreSnake :

 

 

 

kit-et-Borenake

 

 

 

Le nettoyage chimique, quant à lui, est caractérisé par le fait de frotter ou de récurer l'alésage avec un morceau de flanelle imbibé d'une sorte de solvant ou de poudre de PTFE (polytétrafluoroéthylène) à base de nettoyant / lubrifiant. Son principe de base est l'utilisation d'un solvant qui provoque une réaction chimique avec l'encrassement de cuivre, le transformant ainsi en une forme qui peut être plus facilement retirée.

 

Avant d'énumérer les étapes de nettoyage, il est nécessaire de passer en revue les composants nécessaires: le Bore Cleaner de chez Remington, par exemple - Il s'agit d'un solvant qui a un effet sur l'encrassement du cuivre, mais aussi pour l'encrassement de carbone. Il y a aussi les gels de nettoyage pour l'encrassement sévère, ce gel va coller à l'alésage et s'imprégner dans l'encrassement.

 

Il y a des solvants   " tout-en-un " mais pour que ces solvants aient une certaine efficacité, on doit les laisser agir une période d'au moins 30 minutes dans le canon (certains produits peuvent y passer la nuit) avant de passer au brossage et à l’essuyage, et cette séquence doit être répétée à plusieurs reprises pour venir à bout d’attaquer sérieusement des dépôts de cuivre fortement incrustés.

 

Bien entendu, préalablement,  il ne vous faudra pas oublier la toute première étape mécanique qui consiste quand même à passer votre brosse pour enlever les résidus de carbone. Précaution: Il faut nettoyer le canon de la culasse vers la bouche plutôt que de la bouche vers la culasse.

 

 

décuivrage-du-canon3

 

 

 

Il existe également des solvants spécifiques qui contiennent en général de 4 à 5 % d’ammoniaque.  Ceux-ci réagissent à la présence de dépôts de cuivre en transférant une couleur bleutée ou verdâtre sur le tampon. Ceci est vous indiquera la progression de votre nettoyage.

 

 

 

décuivrage-du-canon

 

 

 

Vous serez arrivé au bout des opérations de nettoyage lorsque votre tampon retrouvera une belle couleur blanche. Si pas, répétez l'opération. Personnellement,  j'utilise le Robla solo Mil. Je le trouve particulièrement efficace mais je n'en ferai pas la publicité J

 

 

Ne pas oublier de repasser un morceau de flanelle ou un patch humecté d’un produit dégraisseur suivi d’un ou deux autres patches secs pour éliminer tout reste du produit de nettoyage pour terminer.

 

 

utilisation-de-patches2

 

 

utilisation-de-patches

 

 

 

Repasser 8 à 10 fois la brosse pour enlever les tous derniers résidus :

 

nettoyage5

 

 

 

 

Pour conclure,  j'attire votre attention sur le fait qu'il ne faut jamais jouer à l'apprenti chimiste et s'aventurer à utiliser de l'ammoniaque, du mercure, etc. Ces substances sont non seulement potentiellement dangereuses ou polluantes mais pourraient également attaquer votre peau mais aussi irrémédiablement l'âme de votre canon !

 

Je ne peux donc que vous conseiller d'utiliser un produit qui vous sera conseillé utilement par votre armurier. Je vous souhaite d'ores et déjà grand succès dans l'entreprise de nettoyage de vos canons.

 

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :


 

 

video logo

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=WOJhfBcNIjY

 

https://www.youtube.com/watch?v=MsljptLDlxY

 

https://www.youtube.com/watch?v=jjenp2dRawM

 

https://www.youtube.com/watch?v=YdI5yfR4jjQ

 

https://www.youtube.com/watch?v=ymyw7CLFWOk

 

 

 

 

 

A bientôt,

 

profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 20:47

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

Voilà encore un mois qui n'a fait que passer et donc, est déjà venu le moment de nous retrouver autour d'un nouveau sujet.  Pour l'occasion, j'ai pensé qu'il ne serait pas inutile de vous présenter ou de vous rappeler les quatre fondamentaux qu'il convient de posséder, d'appliquer pour pratiquer le tir de précision.

 

Ces principes sont inculqués systématiquement dans les corps de l'armée américaine sous l'appellation : " Four Fundamentals of Marksmanship ".  Pour vous présenter une synthèse de cette matière,  je me suis donc " nourri " d'un cours de l' U.S. ARMY intitulé : " Rifle Marksmanship Diagnostic and Training Guide ".

 

 

Je vous en souhaite d'ores et déjà une bonne lecture

 

 

 

 

les-4-fondamentaux

 

 

Les quatre fondamentaux du tir de précision

 

 

 

 

marksman

 

 

 

 

Le soldat doit comprendre et appliquer les quatre fondamentaux clé avant qu'il ne s'approche d'une vraie cible. Il doit établir une position stable, permettant l'observation de la cible. Il doit également savoir viser la cible en alignant les organes de visée et tirer avec son fusil sans déranger cet alignement par une mauvaise respiration ou pendant la pression sur la détente (risque d'un coup de doigt). Ces compétences sont connues communément sous l'appellation des quatre principes de base du tir.

 

 

 

 

position-de-tir

Des tireurs en stage de maîtrise des 4 fondamentaux

 

 

 

a) Steady Position.

 

Quand le soldat s'approche de la ligne de mire, il doit se positionner afin d'avoir un poste de tir confortable et stable car le temps dont il dispose pour exécuter son tir est limité. Il doit donc apprendre à adopter rapidement une position stable et constante pour assurer son tir. Le tireur reste le meilleur juge de la qualité de son poste. Lorsque le soldat modifie sa position, seule celle-ci varie. Les trois autres paramètres restent les mêmes.

 

 

 

Voici les éléments à retenir pour obtenir une bonne position :

 

 

 

1. Nonfiring Handgrip.

 

 En attente de tir mais en position, la carabine ou le fusil repose sur le talon de la main dans le V formé par  le pouce et les doigts.

 

 

 

Capture20

 

 

 

2. Position de la crosse.

 

La crosse du fusil est placée à la poche de l'épaule employée pour le tir. Cela permet à l'œil d'être dans l'alignement des organes de visée et réduit l'effet de recul tout en s'assurant une position stable.

 

 

 

Capture21

 

 

 

3. Poignée de tir.

 

La main de tir saisit la poignée pistolet de manière à former un V avec le pouce et l'index. L'index est placé sur la gâchette de la carabine de manière à ce que rien ne vienne la perturber lorsque la détente devra être pressée. Une légère pression vers l'arrière sera exercée par les trois doigts restants pour s'assurer que la crosse reste bien collée à l'épaule, pour réduire l'effet de recul.

 

 

 

Capture22

 

 

 

finger-position

 

 

 

 

4. Placement du/des coude(s) et des pieds pour le tir.

 

Pour procurer un bon équilibre au corps afin d'avoir la meilleure stabilité, le placement du coude de tir est important et son emplacement exact dépendra de la position de tir/combat utilisée. Le placement devrait permettre aux épaules de rester à niveau.

 

 

 

position-des-coudes

 

 

 

Cette position permet de mettre le poids de votre corps derrière l'arme, ce qui vous permet de récupérer rapidement à chaque fois que vous ouvrez le feu. Le coude se positionne fermement sous le fusil pour permettre une position confortable et stable.

 

Saisir le magasin du fusil avec la main gauche. Redressez le haut du corps et étendre vos jambes à une distance confortable. Essayez de pointer les orteils vers l'extérieur et détendre de vos chevilles, donc vos talons reposent sur le sol. Détendre le poids de votre haut du corps vers l'avant sur votre bras gauche.

 

 

 

5. La position de la joue sur la crosse.

 

Elle devrait fournir une visibilité naturelle à travers du centre de l'ouverture du cran de mire et le guidon à la cible. le cou du tireur  doit s'assouplir, permettant ainsi à la joue de tomber naturellement sur la crosse. Un petit changement dans le dégagement oculaire survient normalement à chaque fois que le tireur occupe une position de tir différente.

 

 

 

correct incorrect

 

 

 

 

6. Le soutien.

 

Lorsqu'il existe une possibilité de soutien (sacs de sable, mur,  souche, ...),  elle devrait être utilisée pour stabiliser la position et soutenir le fusil. Si elle n'est pas disponible, alors les os et les muscles de la partie supérieure du corps du tireur doivent prendre en charge le fusil.

 

 

 

imagesY3

 

 

 

 

7. Relaxation musculaire.

 

Si le support est utilisé correctement, le soldat devrait être en mesure de se détendre la plupart de ses muscles. En utilisant un soutien artificiel ou ses os, dans la partie supérieure du corps comme support,  cela lui permet de se détendre et de s'installer en position stable.

 

 

 

8. Point naturel de visée.

 

Lorsque le soldat anticipe sa position de tir,  en prenant position,  il oriente son fusil dans la direction générale de sa cible. Ensuite, il ajuste son corps pour amener le fusil et les organes de visée exactement en ligne avec le point de visée souhaité. S'il utilise des techniques vues précédemment,  le soldat doit avoir son fusil et son système de visée alignés naturellement sur la cible. Lorsque l'alignement correct du corps-fusil-cible est atteint,  le  guidon est placé sur la cible.

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
17 mars 2014 1 17 /03 /mars /2014 19:54

b. Sight picture.

 

Après avoir maîtrisé les difficultés du maintient du fusil,  le soldat doit pouvoir aligner correctement le fusil avec la cible, et ce exactement de la même façon pour chaque tir. Le tireur est le seul juge final quant à l'endroit où son œil doit se concentrer. L'instructeur ou le formateur insiste sur ce point en conseillant au tireur de faire le focus sur sa cible, puis de se concentrer sur le guidon.

 

 

1. Alignement du fusil.

 

Alignement des organes de visée du fusil sur la cible est très important.  Cela consiste à placer la pointe du guidon dans le centre de l'ouverture du cran de mire. Toute erreur d'alignement entre l'avant et l'arrière fausse le tir.  Par exemple, sur une distance de 25 mètres, toute erreur dans l'alignement de la carabine est multipliée par 50. Ainsi si la balle est mal alignée de 1/10 par pouce, sur une cible à 300 mètres,  elle dévie de 5 pieds !

 

 

sight-alignment

 

 

 

2. Mise au point avec l'œil.

 

Une position de tir correcte place l'œil directement en ligne avec le centre de l'ouverture du cran de mire.

Lorsque l'œil est focalisé sur le guidon, la capacité naturelle de l'œil par rapport aux objets du centre se situant dans un cercle,  est à rechercher le point le plus éclairé de lumière (centre de l'ouverture) tout en fournissant l'alignement correct de la vue. Cela a pour conséquence que la cible apparaît floue, tandis que le guidon est clairement vu. Il s'agit donc de laisser la cible "en flou" derrière le guidon  bien visible devant la cible.

 

 

 

front-sights.jpg

 

 

 

3. Image correcte de la cible.

 

Une fois que le soldat peut aligner correctement sa ligne de mire, il peut obtenir une image correcte de la cible, guidon et cran de mire alignés. La projection visuelle comprend deux éléments de base : l'alignement et le positionnement du point de visée.

 

Le placement du point de visée varie en fonction de la distance à la cible. Par exemple, la figure ci-dessous montre une silhouette située à 300 mètres où le point de visée est le centre de masse, et où les organes de visée sont alignés pour avoir une image correcte.

 

 

 

images03Y

 

 

 

 

c. Breath Contrôle.

 

Pour améliorer ses compétences et bien que celles-ci s'amélioreront au fil de son entraînement au tir, le tireur doit également apprendre à contrôler sa respiration, son souffle à n'importe quel moment de son cycle respiratoire. Deux types de techniques de contrôle de souffle sont pratiqués au cours de tir. Le coach/formateur veille à ce que le tireur utilise les deux techniques de respiration et les comprenne et notamment, en lui enjoignant d'exagérer sa respiration. Le tireur doit être au courant de l'amplitude du mouvement de son arme (bien que repéré sur une cible) en raison de sa respiration.

 

 

La première technique est utilisée lorsque le tireur a un peu de temps disponible pour exécuter son tir. Il y a toujours un moment d'une pause respiratoire naturelle où la plus grande partie de l'air a été expulsée des poumons,  et ce avant la prochaine inhalation. Pour se préparer à la phase la plus propice pour la stabilité, la respiration doit s'arrêter après que la plus grande partie de l'air ait été expirée pendant le cycle de respiration normale. Le coup doit être déclenché avant que le soldat ne ressente une gêne respiratoire (voir le schéma, ci-dessous).

 

 

cycle-respiration

 

 

La deuxième technique est utilisée lorsque le tireur doit exécuter des tirs rapides. Il arrête sa respiration quand il est sur ​​le point d'appuyer sur la gâchette.

 

 

d0017

 

 

 

Ceci dit, la technique de respiration est la même pour toutes les positions : respirer naturellement, expirez la majeure partie de votre air, retenez votre souffle et faites feu avant que retenir votre respiration ne devienne inconfortable ou ne vous occasionne le tournis. En combat, juste étouffer votre souffle avant le tir.

 

Voulez l'avez compris, afin d'atteindre une précision maximale, un tireur doit apprendre à retenir son souffle correctement. La procédure est simple mais nécessite de la pratique. Prenez une grande respiration, puis expirez. Juste après que vous expirez, vous devez prendre un autre souffle tout de suite. Cet arrêt momentané de la respiration est appelée la pause respiratoire naturelle .

 

Dans une situation où plusieurs objectifs sont à atteindre, vous devrez retenir votre souffle à n'importe quelle partie du cycle respiratoire. Pour savoir contrôler sa respiration il faut pratiquer des exercices jusqu'à ce que cela devienne une seconde nature pour vous.

 

 



d.  Trigger Squeeze

 

 

Le doigt déclencheur (l'index) est placé sur la détente entre la première articulation et le bout du doigt (pas à l'extrémité !) et ajustez sa position selon la taille de la main et de la poignée pistolet, en cas de fusil d'assaut. Il est important d'expérimenter votre technique de tir avec plusieurs positions du doigt pour vous assurer d'un minimum de perturbations sur le processus de visée.

 

Comme les compétences du tireur augmentent avec la pratique, il aura besoin de moins en moins de temps pour maîtriser la pression qu'il doit mettre sur sa détente. Les novices peuvent prendre cinq secondes pour effectuer une pression adéquate mais, pour bien faire, il devrait appuyer sur la gâchette en une seconde ou moins. Le resserrement de la détente devrait commencer avec une légère pression sur la gâchette lors du processus de visée initial.  Le tireur retient son souffle et applique alors une plus grande pression dès qu'il a acquit parfaitement sa cible avec ses organes de visée en évitant un mouvement de torsion à gauche ou à  droite.

 

Le coach/formateur veillera à ce que le tireur tienne la détente vers l'arrière pendant environ une seconde après que le tir soif fait. Une position stable réduit la perturbation de la carabine durant la pression sur la détente. La meilleure performance de tir se produit lorsque la détente est pressée en permanence.

 

Le Trigger squeeze est donc le mouvement vers l'arrière et indépendant du doigt sur ​​la gâchette sans perturbation de l'alignement de la visée jusqu' au feu.

 

Tout d'abord, le jeu dans la détente est repris. Vous aurez ainsi atteint le point départ de la détente.  Poursuivre l'application de la pression sans cesse croissante, et ce jusqu'au tir. Le doigt sur la gâchette doit appliquer une pression vers l'arrière et le pouce doit appliquer une pression vers l'avant. C'est tout.

 

Le lâcher doit être volontaire, progressif, contrôlé et continu. Volontaire, car il est bien évident qu’il faut entreprendre une action de pression sur la queue de détente pour faire partir le coup. Progressif et continu, car le lâcher s’accommode mal «d’à-coups» qui risqueraient d’engendrer un dépassement brutal de la pression limite à exercer avant le décrochage de la gâchette et parallèlement un déplacement de l’arme ou un dépointage de l’arme.

 

Idéalement, vous devez être surpris par le coup qui part. En effet, si la détente est pressée correctement, vous ne saurez pas exactement quand le coup va partir ainsi, vous aurez tendance à ne pas flancher ou donner une secousse à votre arme.

 

 


 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :

 

 

useful-links

 

 

 

http://www.yourepeat.com/watch/?v=aUc4ufirxmc

 

http://www.youtube.com/watch?v=EvQmJUIbuvI

 

http://www.youtube.com/watch?v=q5sl0YbzKtc

 

http://www.youtube.com/watch?v=5lsO1_cqjok

 

http://www.yourepeat.com/watch/?v=QLxWqGwkoMc

 

http://www.rifleman.org.uk/Fuller_group_diagnosis.htm

 

 

 


 

A bientôt,

 

profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche