Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 octobre 2015 6 17 /10 /octobre /2015 15:04

.

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Dans la lignée de l’étude des différents calibres et des carabines qui utilisent ces  cartouches,  je reviens vers vous avec un article axé sur le calibre .303 British (7.7x56mm R)  et le fusil Enfield qui a été en service actif pendant plus d'un siècle en Grande-Bretagne et qui a été adopté par un grand nombre de pays qui avait des liens coloniaux avec elle,  dans des régions géographiques, des conflits armés et des climats les plus divers et ce, sans jamais démériter. Nous verrons également qu’il connut une version sniper plutôt efficace.

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

 

Tout à l’origine, le fusil Enfield (Grande-Bretagne) était le P 53, car il a été adopté en 1853 et est resté en service jusqu’en 1867.  Le P53 a été construit à l'usine royale d'armes à Enfield (d’où le nom) et pouvait tirer une balle de plomb de 450 grains à une vitesse de 1300fps sur un distance efficace de maximum 400m.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le  P53 Enfield

 

 

En 1864, l'armée britannique lui a trouvé un remplaçant avec l'adoption temporaire du Snider Enfield

Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Snider-Enfield sniper

 

Une version de sniper avait été faite avait une lunette Malcolm. Celle-ci fut utilisée par la 1ère Section Sharpshooter  jusqu' en 1885. Le Snider-Enfield sniper a été populaire auprès des chasseurs, tireurs d'élite de la police militaire et les tireurs d'élite de l’armée.

 

 

 

Huit ans plus tard,  le M1866 .577 " Snider Enfield  a été abandonné avec l'adoption du Martini-Henry Rifle. Il  a été mis à l'essai en 1869 puis,  mis en service en 1871. Le Martin Henry a tiré une nouvelle cartouche sur base de la .577 mais rétrécie au calibre .45 et nommée .577 / 450 Martini Henry. C’est une balle de 480 grains à 1350fps (similaire à la .45-70) donnant une précision supérieure et d’une portée de 1.000m.

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Ce n’est que vers le milieu des années 1880 que l’on va connaître les inventions de la poudre sans fumée, les cartouches à petit calibre et à grande vitesse ainsi que le chargeur ou encore l'action.

 

Le fusil à verrou a été conçu par l’écossais d’origine James Paris Lee.  Lee est finalement passé en Amérique pour se lancer dans une carrière de concepteur d’armes à feu. Tout en travaillant avec Remington, Lee a conçu, et fait breveter sa carabine à verrou et chargeur en 1874.

 

Les derniers essais de 1887 ont abouti à l'adoption par la Grande-Bretagne du Lee Box, le magasin à 6 cartouches qui alimente la carabine à verrou. Des modifications mineures ont été apportées à l'action avec quelques petits changements mis en œuvre par les ingénieurs Enfield.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Lee-Metford MkI

 

Il a commencé à être remplacé en 1907 par le Lee-Enfield mais était en service en première ligne jusque  environ 1935.

 

 

La cartouche .303 a été conçue par le Major Rubini, directeur du laboratoire d'armes du gouvernement suisse.  La cartouche (.311) tirait une balle de 215 grains avec 70 grains de poudre noire, pour une vitesse initiale de 1850fps.

 

En 1892, la Colombie britannique a mis au point une cartouche sans fumée à base de Nitroglycérine au nom de cordite. Le chargement de la .303 a été ensuite augmenté pour pouvoir à tirer un projectile chemisé de 215 grains  à 2060fps, et c’est donc à partir de 1892 que les fusils construits pour tirer cette charge,  ont été désignés comme étant les « Mark I ».  Le seul problème, c’est que la nouvelle poudre Cordite s’est avérée être incroyablement corrosive pour les canons, érodant le canon du Metford et mettant ainsi à mal sa précision.

 

En 1895, les ingénieurs Enfield sont parvenus à concevoir un canon à rayure plus profonde et à cinq rainures. Le fusil a été rebaptisé : Magazine Lee-Enfield Mark I (MLE), et c’est donc la fin de l’année 1895 qui a marqué l'introduction historique de la carabine Lee Enfield.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Lee Enfield  a historiquement permis la transition entre les fusils à poudre noire à la fin du 19e siècle, et les fusils de combat qui ont proliféré après la seconde guerre mondiale.

 

La première introduction du Lee Enfield sur un théâtre d’opération a été faite lors de la guerre des Boers en Afrique du Sud.  Le fusil avait été produit en deux longueurs de canon : le 30.2 " pour l'infanterie (MLE) et le 21,2" pour la cavalerie ou ESL (Lee Enfield Carbine).

 

Malheureusement, le plus MLE ou Long Tom comme il a été communément connu était extrêmement lourd alors que les deux modèles avaient une précision inférieure par rapport au Mauser 7x57 utilisé par les Afrikaners. Dès lors, après la deuxième guerre des Boers, l'armée britannique a immédiatement cherché à améliorer son Lee-Enfield.

 

En 1904, la version courte :   Magazine Lee Enfield Mark I (SMLE Mk I) a été introduite avec une longueur de canon standard de 25,2 " et a été utilisée par tous les soldats.

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

De haut en bas, le MkI* (1906), MkII* (Conversion 1906) & le MkiIV (Conversion 1913)

 

 

D'autres modifications mineures ont également été apportées au cours des années suivantes, celles-ci ont abouti sur la SMLE Mk II (1906), suivie par le Mk III (1907). Le SMLE Mk III tire une balle de 174 grains à 2440fps. En 1910, malgré les modifications apportées au SMLE, on a lancé l’étude d’un tout nouveau prototype à l'Armory Enfield.  Le nouveau fusil copiait la conception de l'action Mauser mais aussi pour obtenir une précision potentiellement supérieure et accueillir une cartouche plus puissante.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

De haut en bas :1903 SMLE No1 Mk1, 1911 SMLE No1 Mk3,1916 SMLE No1 Mk3

 

 

 

Le déclenchement de la première guerre mondiale en 1914 arrête les nouvelles expérimentations et le fusil (renommé « P14 »  Pattern 1914 Enfield)  a été tout simplement modifié pour tirer la cartouche de calibre .303.  C’est une synthèse entre le Mauser 98 et le Lee-Enfield Mark III qui fut conçue par l'Arsenal royal d'Enfield mais fabriqué aux États-Unis.  Ceci dit, alors que le P14 était encore dans ses premiers stades de production lorsque la guerre a éclaté, le SMLE est resté l’arme principale de l'infanterie de l'armée britannique.

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Pattern 1914 Enfield

 

 

À la fin de la première guerre mondiale, de nouvelles modifications à la SMLE Mk III ont abouti à la SMLE Mk III *, mais le système des appellations était devenu une source de confusion et par conséquent, il a été décidé de renommer tous les fusils de SMLE en 1926. Le SMLE Mk III * a été renommé SMLE No.1 Mk III. SMLE n ° 2 était une conversion pour la formation en .22LR et le Rifle No.3 était la nouvelle désignation du P14 .303 British. Effectivement, tout cela devenait bien compliqué !

 

En 1939, c’est la seconde guerre mondiale qui éclate. Le SMLE No.1 Mk III ayant fait ses preuves, il ne faisait aucun doute que ce serait l'arme d'infanterie standard pour les batailles à venir. Cela a également donné l'occasion aux ingénieurs de chez Enfield d'apporter d'autres améliorations à la carabine et il en résulta le Lee Enfield No.4 Mk I mais l’acronyme SMLE ne sera plus utilisé.

 

Le SMLE a été fréquemment converti en un .308 pour être utilisé comme un fusil de chasse. Ceci, notamment dans les nombreux endroits où il est interdit de posséder des armes de guerre.

 

Bien que semblable en apparence au n ° 1 Mk III, le nouveau n ° 4 Mk I était un fusil très différent notamment au niveau de son action. Le canon de l'No.4 Mk I était aussi beaucoup plus lourd que le n ° 1 MK III pour augmenter la précision lors de tirs soutenus le faisant monter en température. Les caractéristiques les plus reconnaissables de la No.4 Mk I étaient la saillie du canon de 1,5 " au-delà de la coiffe d'extrémité avant.

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Lee Enfield No.4 Mk I

 

 

Lorsque le Japon a tenté d'augmenter ses territoires en occupant les îles de la jungle du Pacifique Sud, les forces alliées ont dû trouver des armes plus appropriées pour la jungle. Le n ° 4 Mk I, a été jugé trop long et difficile à manier. Par conséquent, une variante plus courte du Enfield a été créé pour la guerre de jungle. Produit au Fazakerley Arsenal en 1944 en plus petites quantités, la carabine jungle No.5 Mk I avait un canon plus court de 18.5 " et une plaque de couche en caoutchouc. Malheureusement, le No.5 avait une faible précision.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Lee-Enfield No.5 MkI Jungle Carbine

 

 

L'armée britannique était mal équipée en fusils de sniper lorsque la seconde guerre mondiale a commencé. En effet, le P14 rencontrait plutôt mal les besoins des tireurs d’élite et sa production en tant qu’arme de précision restait très modeste par rapport aux nouveaux besoins. Le fusil No.4 a également été configuré pour devenir un fusil de sniper (T) grâce aux fusils les plus précis qui étaient sélectionnés à partir des lignes de production et ayant prouvé qu’ils étaient capables de produire des groupements de moins de 5 pouces à 200 yards. Ces fusils qui avaient passé ce test avec succès étaient marqués "TR". Selon les chiffres officiels, le n ° 4 (T) était disponible à partir dès le 12 février 1942 mais un certain nombre d’Enfield convertis avaient apparemment été délivrés à certaines unités de commandos plus tôt que cela. La firme Holland & Holland a obtenu un contrat pour convertir 12.100 fusils au No. 4 (T).  C’est finalement, 23.187 No. 4 (T) s qui ont été convertis par H & H. La lunette et le fusil étaient marqués. Le numéro de série de la lunette était gravé sur la crosse du fusil.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le Enfield No. 4 (T) Sniper .303 British

 

 

Chaque Enfield No. 4 (T),  à l'exception de quelques conversions Enfield du début,  a été équipé d'un busc en bois qui était attaché à la crosse avec deux vis. Son but était d'améliorer la visée du tireur en lui permettant d’y poser la joue et d’avoir ainsi la tête stable en appui sur la crosse. La lunette de visée a un grossissement de puissance 3x et un champ de vision de 8 inches. Les incréments de réglage sont d’une minute d'angle (MOA), ce qui équivaut à un pouce (25,4mm) par click à 100 yards. Cette lunette était démontable facilement et trouvait sa place dans une boîte de rangement qui elle-même disposait d’une place de rangement dans le coffre de transport que l’on voit, ci-dessous. Il y avait même un petit kit pour le nettoyage des lentilles.

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

L’arme était contenue dans un coffre de transport en bois accompagnée de ses accessoires

 

 

 

 

 

Caractéristiques de l’arme  .303 No4 MkI (T) :

 

Calibre: ………………………………. .303 British

             Longueur du canon : ……………….… 25.2 in. (640mm)

             Longueur totale : …………………….. 44.5 in. (1130mm)

                                      Poids: ……………………………………5.3kg

                                      Capacité du chargeur : ……………….10 cartouches

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Sa lunette : TEL. SGT. No32 MkIII O.S. 2039 A

 

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Son réticule

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Les cartouches & la cartouchière

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Le conditionnement militaire des cartouches

 

 

 

 

Tous ces fusils ex-militaires peuvent encore être trouvés pratiquement à l’état neuf et peuvent être achetés dans les magasins d'armes à feu à des prix bas. Leurs munitions ne sont par ailleurs pas trop coûteuses.

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Ici, un tireur civil qui utilise un Enfield pour faire du TLD

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Un tout beau Enfield au stand

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Belle réalisation pour le civil d’un Lee-Enfield No4-MK1 avec 1 SCP-416AOMDLTS Leapers Scope

 

 

 

 

 

 

La cartouche

 

 

 

 

La cartouche .303 British (7.7x56mm R - Le « R » pour Rimmed = cerclée) a servi les forces du Commonwealth  jusqu'en 1954 avec le Lee-Enfield, et celui-ci a été officiellement remplacé par le fusil FAL belge et d’autres variantes dans le calibre 7,62 OTAN. Une petite quantité de fusils No.4 désigné 2A et 2A1 ont été convertis en 7,62 OTAN de 1964 à 1965. Ces fusils ont été utilisés par des tireurs militaires et les forces publiques du Commonwealth dans les années 1960.

Il est à noter que sa conversion en 7,62 x 51 OTAN, a également donné l’occasion aux Britanniques de prolonger la vie de leurs fusils de sniper en .303 à l’origine.

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

 

Ses dimensions :

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Les différents types de .303 . Voir également ici

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

Comparaison avec d’autres cartouches militaires de différents calibres

 

 

 

 

Performances

 

 

 Avec des projectiles classiques, le .303 British donne des performances plus ou moins identiques à la .308 Winchester bien qu'il ne soit pas si pénétrant. A titre d’exemples, les 150 grains ont tendance à produire des vitesses de bouche de 2600fps dans les fusils de SMLE et des 125 grains offrent des vitesses de 2900-3000fps. 

 

Tout comme le calibre .30,  la .303 British conventionnelle ne dispose généralement pas de la capacité de produire un choc hydrostatique (ondes de choc) à des vitesses de 2600fps.

 

Il y a encore un certain nombre de charges d'usine disponibles pour les .303 British. La plupart proviennent des surplus militaires en 174 grains FMJ et produisent encore de bons résultats mais il faut particulièrement être attentif avec les pointes creuses car elles peuvent provoquer une séparation du noyau de la chemise dans l'alésage d'un fusil.

Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

Parallèlement à cela, il faudra aussi garder à l’esprit que la grande majorité des alésages des canons .303 ont probablement subi une usure importante surtout après plusieurs décennies de service et donc, même avec une cartouche Norma 150 grains normalement annoncée à une vitesse de 2750fps, il est possible que dans certains fusils avec des alésages très endommagés, la vitesse puisse chuter à 2650fps !

 

De même, la 180 grains Power-Point de Winchester produirait normalement un 2460fps tel qu’annoncé  mais ne donnerait seulement qu’une vitesse autour des 2400fps en canons militaires.

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

Toujours en munition civile ou de chasse, Remington produit deux charges pour le .303, une charge avec une FMJ de 174 de grain avec un relativement pauvre BC de .315 (l'original Mk. 7 projectile BC était de .400) dont la vitesse est annoncée à 2475fps mais avec un 2400fps réaliste et la cartouche de chasse de 180 grains Core-Lokt RNSP à un 2460fps annoncés pour une vitesse réelle autour des 2400fps. Comme on le constate, les différences de vitesse sont parfois très importantes.

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

Prvi Partisan a commercialisé deux bonnes cartouches de .303 british de 150 et 180 grains à des prix très économiques. Prvi est, à ma connaissance,  le seul fabricant avec Hornady à offrir une 150 grains pour la .303.

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

Ces cartouches ne sont pas chères et la 150 grains donne une performance très similaire à la Hornady Interlock.  Ces 150 et 180 grains sont extrêmement efficaces et très précises lorsqu’elles sont tirées dans des fusils qui ont gardé un canon de très bonne qualité, et donc précis.

 

 

 

Rechargement :

 

 

Le .303 est relativement facile à recharger manuellement et les composants sont nombreux avec des vitesses optimales telles que :  3000fps avec des balles de 125 grains, 2700fps avec des balles de 150 grains et 2400fps avec des balles de 174-180 grains mais comme avec toutes les cartouches, le reloader devra commencer à la charge recommandée par les tables des fabricants et chercher la bonne charge tout en surveillant bien des signes de surpression éventuels.

 

 

 

 

 

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

      

 

 

 

Tableau des vitesses et des énergies déployées et le drop avec les distances  parcourues     pour la 180 grains Power-Point de Winchester

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

 

Voici le tableau officiel du drop du SMLE Mark III et de sa cartouche militaire

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield

 

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

 

Pour conclure,  je dirai que bien qu’il soit détrôné par les armes tactiques automatiques modernes,  le Lee-Enfield  était et reste un fusil de combat solide, efficace,  polyvalent, résistant à la pluie et à la boue  et dont la précision à longue portée intermédiaire est plutôt bonne. D’ailleurs, on le trouve encore en service actif dans les pays qui manquent de ressources pour l'équipement militaire moderne,  et avec son calibre .303,  il est toujours bien utilisé pour la chasse dans de nombreux pays de l’ex-empire britannique. Le calibre .303 offre effectivement une bonne balistique.

 

Par ailleurs, les pièces et les accessoires des SMLEs et des autres configurations restent assez faciles à trouver et à prix modérés pour faire d’éventuelles réparations. Beaucoup de collectionneurs d'armes militaires  l’utilisent avec tout autant de plaisir pour le tir récréatif alors que d’autres le convertissent en .308 pour la chasse ou le TLD.

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, voici une série de liens relatifs au sujet traité

 

 

 

Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Le calibre .303 British et le fusil Enfield
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
23 septembre 2015 3 23 /09 /septembre /2015 18:31
Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Comme promis, et après des vacances bien méritées par tous,  me revoilà avec l’article de reprise axé sur le très fameux fusil sniper russe, le Snaiperskaya Vintovka Dragunova Sniper Rifle – le fusil de sniper de Dragunov, et son calibre 7.62x54R utilisé dans le sniping de fin de 2ème et de 3ème génération pour les distances de 500 à maximum 1000 mètres bien que le faible grossissement de sa lunette d’origine (4x PSO-1) ne permettait pas de localiser et de frapper facilement des cibles passé les 600 mètres.

 

Si nous le comparons aux armes de sniping de 4ème génération, avec son look de dinosaure et ses plus de 50 ans de service, le SVD Dragunov semble égaré dans le temps et hors de propos vis-à-vis des armes modernes actuelles car on pourrait penser que ses performances sont devenues insuffisantes par rapport aux standards occidentaux.

 

Et de sa munition, qu’en est-il ? Ne vous y trompez pas, vous allez voir que le SVD reste une arme redoutable et que sa cartouche n’est pas prête à disparaître.

 

Bonne lecture à tous !

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

Historiquement, il faut se souvenir qu’en 1930,  le fusil Mosin avait été retenu comme base du fusil de sniper russe M91 / 30 PU, et que malgré son optique faible, il a été utilisé notamment comme fusil sniper au cours de la seconde guerre mondiale et par des tireurs d’élites dont une majorité était constituée de femmes.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Le  M91 / 30 PU

 

 

 

 

En plus de servir l'armée russe, le fusil Mosin en 7.62x54R a été adopté officiellement par la Finlande comme fusil d'infanterie où il a connu sa propre évolution puisque ses munitions étaient les fameuses 7.62x53R.

L'URSS a officiellement remplacé le fusil Mosin par le fusil semi-automatique SKS en 1945. Le SKS a été lui-même remplacé par l'AK 47 (7.62x39) en 1949.  Indépendamment de l'adoption officielle de la SKS et du fusil AK 47, le fusil Mosin est néanmoins encore resté en service dans le bloc de l'Est et d'autres pays communistes jusque dans les années 1960.  En effet, en plus de servir l'URSS pendant plus d'un demi-siècle le Mosin Nagant a été utilisé dans un grand nombre d’autres pays tels que la Chine, la Corée du Nord, le Vietnam, le Cambodge, Laos, Cuba et l'Albanie.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Comparaison du 7.62x54R (gauche) avec le 7.62x39 (AK47)

 

 

 

Bien que l'URSS ait remplacé son fusil Mosin en 1945, sa cartouche 7.62x54R,  quant à elle, est restée en service encore bien longtemps car celle-ci a été standardisée en tant que cartouche du Pacte de Varsovie en 1959.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Les cartouches militaires 7.62x54R

 

 

 

 

En 1963, le fusil PU a été remplacé par le Dragunov (SVD) fusil semi-automatique chambré en 7.62x54R.  Il est à noter que ce fusil conçu par Evgueni Dragunov pour les besoins de l’armée soviétique a été adopté non seulement comme un fusil de sniper mais aussi comme un fusil pour les tireurs chargés du soutien des escouades afin de doter les sections d’infanterie de fusils de précision. Un membre de chaque équipe de l’infanterie russe devait en être armé.

Semi-automatique,  précis et d’un poids léger, répondant parfaitement aux exigences émises par les snipers dès 1958, il est extrêmement fiable et ce, dans toutes les conditions de terrain. Depuis 1964, le Dragunov est fabriqué par Izhmash, un fabricant d'armes et de véhicules russes.

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Le SVD Dragunov

 

 

 

Le but à atteindre était d’offrir une arme de longue portée avec une capacité d'engagement supérieure à celle d’un AK-47 tant pour les tireurs des sections d’infanterie russes que pour les snipers. Mais attention, ce n’était pas des snipers dédiés aux missions spéciales et vêtus d’une ghillie suit comme nous les connaissons aujourd’hui mais plutôt des spécialistes à l'intérieur des pelotons et escadrons dont le travail était d'atteindre et de neutraliser les cibles qui étaient tout simplement hors de portée des fusils d’assaut.

Dans les années 1980, il a été beaucoup utilisé par les troupes soviétiques qui combattaient en Afghanistan, où d’ailleurs la nature du terrain a permis des tirs à plus longues portées.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Ici, un soldat russe avec son SVD

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Sniper kazakh en septembre 2006 avant son départ en Afghanistan

 

 

 

 

 

Description de l’arme

 

 

Le fusil est doté d’un magasin de 10 cartouches de 7.62x54R pour qu’il soit également capable de tirer des coups rapides en semi-auto lorsqu'il doit être utilisé à l'appui de la progression des fantassins. Il offre une portée plus longue que celle du 7.62x39mm de l’AK-47 ou du AK-74 en 5.45x39mm.

Par rapport aux autres armes, il a été conçu en pensant à améliorer son fonctionnement quand il est sale ou utilisé pour des tirs en conditions hivernales et il a été doté d’un régulateur de gaz à deux positions. Son canon de 24,4 pouces est chromé pour limiter son usure avec des munitions 7.62x54R parfois corrosives. Il possède un cache-flamme à son extrémité ainsi qu’un ergot à baïonnette.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

La crosse tactique est évidée pour alléger le fusil et pour pouvoir le rendre plus facile à attraper, et ses protège-mains en bois ventilés aident à dissiper la chaleur. Il y a un rail de montage sur le côté de l’arme qui accepte les lunettes télescopiques à monture rapide.

Sa lunette de visée standard est la PSO-1 lorsqu’elle a été introduite dans les années 1960, elle était l'une des optiques militaires des plus avancés dans le monde. Le grossissement de la PSO-1 est de 4x, elle était remplie d'azote et avait un objectif à petite lentille (juste 24mm).

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Sa tourelle avait un dispositif de compensation de la chute de la balle (BDC) en incréments de 50 m ou de 100 mètres. Le tout était réglé et standardisé à l'usine pour la charge standard de la cartouche militaire 7.62x54R , et en outre, elle possédait un MetaScope pour pouvoir identifier une source infrarouge.

Un œilleton en caoutchouc à son extrémité protège l’œil du tireur de la lumière périphérique.

Son réticule était éclairé au moyen d'une batterie et pouvait être utilisé pour la télémétrie, et pour permettre son utilisation dans les rudes hivers russes,  car la PSO-1 intègre une batterie chaude.

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Ici, le réticule PSO-1

 

 

 

Le Dragunov a été prévu pour tirer avec une précision de tir d’environ 2 MOA. En utilisant des munitions sniper match 7N1, il pouvait atteindre des groupements de 1 MOA (1 pouce ou 25,4mm à 100m) et des groupes tenant à l'intérieur d'un cercle de 15 pouces (38 cm) à 600 mètres.  Un tireur d’élite pouvait atteindre une cible de taille humaine à 1000 mètres. L'arme avait aussi une précision acceptable pour une utilisation en mode « mitrailleuse ».

Même un demi-siècle après sa mise en production, le PSO-1 reste encore tout à fait utilisable sur le terrain. La génération actuelle est la PSO-1M2.

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Mesure prise à l’aide du réticule

 

 

 

 

 

 

Ci-dessous, l’abaque des réglages remis aux troupes

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Eclaté du SVD Dragunov

 

 

 

 

 

 

Le Dragunov avec ses accessoires

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

 

Les caractéristiques du SVD Dragunov

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

Il est également important de noter que ce fusil n’a pratiquement pas changé au fil des cinq dernières décennies. Bien qu'il ait été mis à niveau avec des crosses synthétiques plus modernes ou encore dans une version à crosse pliante.  Le SVD a juste été mis à jour au niveau de sa chambre pour accepter la cartouche 7.62x54R avec une nouvelle charge dédiée aux snipers désignée : 7N14 développée expressément pour réduire la dispersion et augmenter la pénétration et qui a été mise à la production en 1999. Cette nouvelle cartouche a remplacé la 7N1, qui était opérationnelle dans les forces russes depuis 1966.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Le projet SVU (Snaiperskaya Vintovka Ukorochennaya - version raccourcie du fusil de sniper) remonte à 1970  et aux fins de développer un fusil de sniper compact pour les troupes aéroportées soviétiques (VDV). Cette carabine a été conçue en utilisant la norme Dragunov SVD convertie en Bullpup.

 

C’est donc en 1975 que l'usine Tula a été désignée pour effectuer la modernisation du fusil de sniper SVD. Désigné comme le SVU (Sniper Rifle court), cela a donné lieu au remplacement de la crosse, le mécanisme de déclenchement, et le canon a été raccourci de 100 mm résultant en une diminution de 15% de l'énergie initiale et la chambre à gaz a été déplacée en arrière. La précision a été légèrement inférieure à la normale par rapport au SVD standard mais le SVU étant destiné aux unités de première ligne, il a été jugé acceptable.

 

Ensuite, ce projet n'est jamais passé au stade de développement mais vers 1991, il a été ressuscité pour les opérations urbaines et plus sporadiquement pour des utilisations limitées en Afghanistan et en Tchétchénie. Il a été connu sous le nom de OTs-03 en version semi-auto.

 

En 1995, le ministère de l'Intérieur a demandé une version qui était capable de tirer en rafale et la modernisation de la SVU a continué. Ce nouveau fusil a été appelé l'OTS-03A ou SVU-A (Sniper Rifle Court - Automatique).  La fonction automatique devait être utilisée seulement en cas d'urgence. Le canon a été raccourci. Le silencieux est conçu avec un frein de bouche qui aide à contrôler le fusil en full-auto.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Ses caractéristiques :

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

D’autres désignations ont également été données à la carabine suivie de la lettre «A». Par la suite, ce sont essentiellement des révisions de différentes options de ce fusil qui ont eu lieu.

Une autre version améliorée et encore en usage aujourd'hui possède une crosse synthétique, un bipied et une lunette à focale variable 3-9x42mm. Il y a aussi le SVD qui a été conçu pour être utilisée par les troupes aéroportées et qui possède un canon plus court et une crosse repliable. Il est normalement équipé avec une lunette PSO-1M2, ou avec l'optique de vision nocturne désignée SVDSN.

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Les autorités russes estimant qu’il convient de le remplacer au bénéfice d’une arme plus compétitive ont estimé qu’il était grand temps de lui trouver un successeur.  En effet, l’usine « Ijmach » qui le fabrique travaille sur une arme de nouvelle génération basée sur le SVD mais avec un calibre de 8,61mm, une fonction de chargement automatique, et un chargeur pouvant contenir deux fois plus de cartouches qu’un fusil du même type occidental.

 

Bien qu’ils soient moins répandus que les fusils AK-47 et AK-74, les fusils SVD Dragunov semi-automatiques ont également fait leur chemin dans le marché civil car ils ont été de plus en plus facilement disponibles après l'effondrement de l'URSS, et de par l’intérêt historique pour ces fusils russes et la cartouche 7.62x54R,   ils ont fait le bonheur de nombreux collectionneurs et amateurs de tout ce qui touche au Pacte de Varsovie.

 

Parallèlement à cela, le fusil Tiger, et sa variante commerciale a eu un beau succès populaire parmi les tireurs du monde entier. Les deux variantes se sont avérées aussi comme bons fusils de chasse. Le SVD tout comme le Mosin  et le Tiger utilisent la cartouche de 7.62x54R qui est devenue populaire dans le monde entier.

 

Tous ces fusils ex-militaires peuvent encore être trouvés pratiquement à l’état neuf et peuvent être achetés dans les magasins d'armes à feu à des prix très bas. Leurs munitions sont par ailleurs peu coûteuses.

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Ici, un tireur civil qui utilise un SVD pour faire du TLD

 

 

 

D'autres, comme le Romak FPK (Roumanie ) ou le Zastava M76 (ex Yougoslavie ) ne sont que des sosies dont la conception interne est différente du SVD et généralement basée sur celle du fusil d'assaut AK47.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

De haut en bas : Norinco NDM-86, Izhmash Tiger et le SVD Dragunov

 

 

 

 

 

 

La cartouche

 

 

 

Comme nous venons déjà de le voir auparavant, les fusils russes et la cartouche 7.62x54R ont une histoire commune très longue.  En effet,  la 7,62 × 54 R est une cartouche qui est rentrée en service en 1891. Conçue à l'origine pour le fusil Mosin-Nagant,  elle a été utilisée à la fin de l'époque tsariste, et de toute la période soviétique à aujourd'hui.  La cartouche reste l'une des rares cartouches à bourrelet (dans la désignation officielle, le  «R»  signifie bordé, cerclé) qui est encore en usage militaire et qui  possède d’ailleurs la plus longue durée de vie.

L'American Winchester modèle 1895 avait également été chambrée pour cette cartouche par le biais d’un contrat avec le gouvernement russe.  Comme nous l’avons vu, la 7,62 × 54 R est toujours utilisée par l'armée russe dans le Dragunov et d'autres fusils sniper, ainsi que dans des mitrailleuses modernes comme le PKM.

 

 

 

 

 

Ses dimensions :

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

Initialement, le 7.62x54R a été chargé avec une ogive ronde de 210 grains donnant une vitesse de 2200fps en sortie de canon.

La munition a subi des modifications mineures et des variations dans la conception de sa balle et de son poids à travers  son histoire. Toutefois, le 148 grains FMJ est resté le chargement le plus commun.

La 7.62x54R est similaire à la .284 Winchester ainsi qu’aux cartouches magnum modernes semblables. Sa puissance potentielle est similaire à celle de la .308 Winchester et de la .30-06 Springfield et ce, en fonction de la longueur de canon.

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Comparaison avec les autres cartouches militaires

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Comparaison entre les NATO et celles du Pacte de Varsovie

 

 

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

.

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Les variantes de la 7.62 x 54R et leur comparaison

 

Voici un bel outil pour identifier les différentes munitions produites dans ce calibre, cliquer ici 

 

 

 

 

 

 

 

Mais malgré une vitesse initiale assez élevée, la 7.62x54R n'a pas été en mesure de produire des performances tout à fait identiques aux calibres .30 qui sont des projectiles à hautes performances.

 

A titre d’exemples, les munitions sportives disposent généralement de balles de 182gr (Prvi Partizan (Serbie)) et qui atteignent 2450fps dans des carabines à canons de 20 pouces et jusqu'à 2550fps pour les canons de 24 pouces (SVD) et égalent la puissance du .308 Winchester dans les fusils à canon de 27 à 28.75 pouces.

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Les balles de 150 grains peuvent être entraînées à 2800fps et jusqu'à 2950fps dans les carabines à canon long. Les balles de 180 grains peuvent être entraînées à 2550fps dans les canons de 20 pouces et jusque 2700fps dans un canon long.

 

Comme on pouvait s'y attendre, il y a eu une grande abondance de ces munitions disponibles dans les  surplus militaires du Bloc de l'Est ainsi que de l'Afrique du Nord et de la Chine et ce, dans une variété allant de 148 à 185 grains. Certains projectiles sont constitués de vestes de cuivre avec des noyaux de plomb, d'autres projectiles peuvent être de cuivre revêtu d’une chemise en acier avec un noyau de plomb.

 

Attention, il y a encore beaucoup de munitions de surplus avec amorces corrosives en circulation. Cela peut abîmer très fortement votre canon ! 

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Son conditionnement militaire

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

D’autres projectiles peuvent être creux et pointus pour en augmenter l'expansion, la fragmentation mais les résultats varient en fonction des matériaux de base utilisés.

 

 

 

En munitions civiles et de chasse,  Sellier & Bellot (de la République tchèque) produit une charge sportive de 180gr avec une vitesse annoncée de 2620fps. Norma produit une 180gr donnant une vitesse de 2450fps dans un canon de 20 pouces et 2550fps dans un 24 pouces.  Wolf  fabrique dans le bloc de l'Est deux charges :   la 180gr BTSP et la 203gr SP. 

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

La Sellier & Bellot

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

La Wolf

 

 

 

 

 

Pour ce qui concerne le rechargement, la 7.62x54R militaire est généralement amorcée avec du Berdan et ne convient pas vraiment pour le rechargement mais on trouve des douilles à puits d’amorçage Boxer en Prvi (PPU / Highland) dont le culot est estampillé NNY.

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Cartouches avec amorces Berdan

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Cartouches avec amorces Boxer

 

 

 

 

Ceci dit, il faut savoir que même en tant que cartouche de chasse, la 7.62x54R est très populaire dans le monde entier.

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

Ici, la célèbre cartouche Brown Bear

 

 

 

 

Le pas des canons des fusils Mosin est généralement de 1: 9,5.   Quant à celui du SVD, à l'origine,  il avait un pas de 1: 12,6  mais a également été changé pour un pas de 1: 9,5.   Le Tiger civil a un pas de 1: 9,5.

Ces pas sont incompatibles avec des balles de 123 à 125 grains.  En effet, le poids de balle optimal pour le pas de 1: 9,5 est d’environ 200 grains, alors que la charge nominale militaire était une balle de 148 grains. Comme quoi, il ne faut jamais croire que le militaire atteint toujours l’optimum !

 

 

 

 

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

 

 

      

 

 

Tableau de comparaison de la balistique avec d'autres calibres

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Tableau des vitesses et des énergies déployées avec les distances parcourues

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Voici le tableau comparatif du potentiel "Long range" et du drop de cette cartouche

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Voici le tableau du potentiel "Long range" et du drop de la Wolf 148 grains

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R
Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

Voici le tableau du potentiel "Long range" et du drop de la Brown Bear 204 grains

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

 

 

 

Conclusion

 

 

 

Pour conclure, je dirai que si l'Union Soviétique a disparu, la cartouche qui l’a servie si longtemps,  quant à elle,  n’est probablement pas prête à disparaître même si celle-ci n’est plus tirée en masse par ce bon vieux SVD Dagrunov.

 

Le seul problème pour cette cartouche standard (148grains) qui était fournie d’origine aux troupes et qui était de faible qualité, à cause du fait que sa précision est qu’elle n’était pas appropriée pour les tirs à longues à distances.  Par conséquent, les tireurs d’élites n’avaient pas facile pour régler leurs tirs sur longues distances et notamment, lorsqu’il y avait du vent.

 

Avec un coefficient balistique relativement faible, d’environ 0,4 et sa vitesse modérée, ce projectile a difficile  à  lutter contre le vent.  En effet, un projectile plus lourd tiendrait mieux la vitesse et occasionnerait moins de déviation passé les 500 mètres.  Par contre, dans le combat urbain combiné avec un large champ de vision et sa capacité anti-blindage, il était redoutable !

 

Il est un fait que la précision pour un fusil de match ou sniper nécessite des munitions de la plus haute qualité.  Les Soviétiques en étaient bien conscients et ont d’ailleurs élaboré une charge plus spécifiquement dédiée au  SVD sniper.

 

Cela a permis de diminuer sa dispersion tout en augmentant en même temps sa létalité. Le résultat de leur travail est la charge 7.62x54R 7N1 Sniper.  Extérieurement, la 7N1 semble identique à LPS à balle d'acier standard.  Dans les années 1990 les Russes ont lancé un programme de modernisation de cartouches 7,62 mm et en 1999, une nouvelle charge de FMJBT désignée 7N14 qui a été placée en production pour fournir une balle anti-blindage qui utilise un noyau en acier trempé (notamment pour percer les gilets pare-balles) avec la précision d'une cartouche de Match pour « le plus grand bonheur » des snipers russes.  On peut dire que cela a été un succès à un point tel que sa précision s’est améliorée jusqu’au 1/2 MOA près.

 

On se rend donc bien vite compte que même si c’est la cartouche militaire la plus ancienne de tous les temps, la 7.62x54R  n’est toujours pas prête à prendre sa retraite dans un avenir proche !

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, voici une série de liens relatifs au SVD et son calibre7.62x54R

 

 

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R
Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R
Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R

A bientôt,

 

Le SVD Dragunov et le calibre 7.62x54R
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 17:13

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

 

 

Mes amis, chers lecteurs,

 

 

 

Tout d'abord, permettez-moi de vous remercier pour votre fidélité, votre gentillesse et vos nombreux commentaires, remerciements ou  encouragements. Cela fait chaud au cœur d'autant qu'avec cette publication,  nous fêtons le cinquième anniversaire de l'existence du blog !

Et oui, il y a déjà  cinq ans que je me suis lancé dans l'aventure d'animer ce blog.  Comme le temps s'écoule vite !

 

 

Tout d'abord, voici quelques chiffres recueillis au bout de ces 5 années et de tous ces articles :

 

 

 

 

Nombres de pages vues : 1.000.000

 

Nombre de visiteurs uniques : 500.000

 

Nombre de visiteurs le 21 juin 2010 (jour du lancement) : 5  ...  à 1125/j, aujourd'hui

 

 

 

 

Au vu de ces statistiques, et sans pour autant faire de l'autosatisfaction, je peux dire aujourd'hui que cette expérience est manifestement un succès.

 

Un succès au regard de ces chiffres car un million de pages vues en 5 ans, ce n'est pas rien mais également et surtout,  car ce blog est dédié aux tireurs sportifs, récréatifs, chasseurs mais aussi à tous les amateurs d'armes d'épaules et de tir de précision à longues distances et donc, à destination de passionnés et d'initiés qui ne pas forcément appréciés de l'ensemble de nos concitoyens.

 

Par conséquent,  hormis l'estime de son public cible, il s'agissait,  a priori,  d'un blog qui aurait pu être jugé par d'autres comme,  comment dire en "novlangue" ou pour rester dans le politiquement correct ? ... un blog " sensible " voire même, un medium  décrié comme cela a d'ailleurs été le cas, par un vieux passionné d'aviation et de coke qui se prend pour un journaliste d'investigation qui sait tout sur tout et qui écrit des conneries plus vite que son ombre sur du papier Q avec lequel, ... je me torche ;-))  Roooh, désolé de dire ce genre de chose car ce n'est vraiment pas dans mes habitudes.

 

Non mes amis, le pari de sa longévité (Bien entendu, je parle celle du blog ;-) ) n'était pas forcément gagné !

 

Néanmoins,  j'ai toujours essayé d'observer les règles de déontologie et de sécurité qu'on se doit de respecter lorsqu'il s'agit de parler d'armes et des conséquences qui peuvent découler lors de leur utilisation,  et ce n'est d'ailleurs pas demain que je changerai mon fusil d'épaule en ces domaines ... sans jeu de mots !  

 

Mais finalement, c'est bel et bien grâce à votre intérêt, vos visites et votre soutien que je suis parvenu à boucler cette cinquième année. Que vous en soyez encore tous remerciés !

 

Pour ma part et très modestement, ma seule ambition était de partager ma passion avec vous, avec mes amis et  si je suis parvenu, ça et là,  à vous apporter " un petit plus ",  le plaisir de me suivre au fil de mes articles,  j'en suis d'autant plus  heureux.

 

Je ne sais pas combien de temps encore durera cette aventure mais en attendant, je continuerai à essayer de vous apporter un maximum de plaisir lorsque vous reviendrez faire un petit tour sur le blog du tireur de précision.

 

Enfin, je vous rappelle qu'il n'y aura pas de parution ni juillet,  ni en août et par conséquent, je profite de l'occasion qui m'est donnée de vous souhaiter d'ores et déjà de très bonnes vacances.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

 

 

 

 

Et c'est donc dans le cadre de cette continuité que je vous convie aujourd'hui à découvrir ou re-découvrir avec moi le calibre 7.62 x 39 (M43) qui,  une fois n'est pas coutume, n'est pas un calibre hyper précis ni même un calibre utilisé pour le TLD mais qui n'est pas non plus dénué de tout intérêt comme nous allons le voir.

 

 

 

 

Quelle est l'origine et la spécificité de ce calibre ?

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

 

 

Vers la fin du 19e siècle, les puissances militaires ont commencé à abandonner leurs vieilles pétoires pour s'équiper de carabines à action et répétition ainsi que de mitrailleuses.

 

Bien que le fusil d'infanterie a été très efficace pendant la première guerre mondiale,  c'est l'artillerie et une combinaison de tirs de mitrailleuses et les barricades de barbelés qui ont ralenti l'ennemi.

 

Un des premiers modèles d'armes à feu employé avec succès pour atteindre une forme de tir automatique a été créé par Richard Jordan Gatling et breveté en 1861. Cette arme adoptée par l'armée américaine restera en service pendant environ 43 ans et finalement, la conception de Gatling a été remplacée par la Maxim Machine Gun. Les puissances européennes britanniques et les continentaux ont d'abord été lents à accepter la Maxim mais finalement,  sa fabrication a été lancée en grand nombre.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Voici la fameuse Maxim Machine Gun

 

 

 

Les Britanniques l'ont chambrée pour la cartouche .303 British. L'Allemagne l'a adopté pour en faire sa  Maschinengewehr 08, tandis que la Russie l'a utilisé en 7.62x54 et l'a nommée Pulemyot Maxima PM1910. L'armée américaine quant à elle,  l'a chambrée en calibre .30 suivi du 30-06.  En 1914, sur le front de l'Ouest de 1914, la mitrailleuse type Maxim a été responsable de 90% des victimes.

 

La nécessité d'une plus grande mobilité à vite conduit les autorités militaires à mettre au point et à utiliser des armes plus légères et plus compactes comme la Lewis, adoptée par la Grande-Bretagne en 1915, la British Bren en 1917 et le Browning BAR adoptée par les États-Unis en 1918. Ces mitrailleuses étaient très mobiles,  légères (LMG) et pouvaient être utilisées par des soldats seuls alors que les mitrailleuses lourdes nécessitaient 4 à 6 hommes !

 

Aujourd'hui, la LMG peut simplement être un fusil d'assaut muni d'un canon lourd et d'un chargeur de grande capacité mais la caractéristique principale qui définit la LMG moderne en dehors de cela qui est l'utilisation de petits calibres comme le 5.56 de l'OTAN (.223 Rem) la d'une réduction du poids de ses munitions.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

La Lewis LMG - Grande-Bretagne - Production 1913-1942

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

M1918 Browning Automatic Rifle - US - Production 1917-1950

 

 

Vers le milieu des années 1930, les États-Unis et l'Allemagne avaient lancé des études sur la faisabilité de fusils à chargement automatique,  chambrés avec des cartouches au faible recul pour obtenir un meilleur contrôle lors des tirs semi-automatiques.

 

En 1936, l'armée américaine avait adopté le M1 Garand à auto-chargement (SLR) tandis que les designers allemands ont produit un fusil auto, le MKb 1942, chambré pour une cartouche réduite, la 7.92x33 Kurzpatrone et,  un premier prototype MP43 (Machinen Pistol 1943)  qui connu un succès immédiat. L'arme ressemblait beaucoup à la célèbre AK47, utilisant un chargeur 30 coups et offrant un tir coup par coup en semi-automatique.  S'en est suivi rapidement le modèle MP44 ayant été baptisé par un nouveau nom redoutable : Sturmgewhr 44 (Stg44) qui traduit, signifie : fusil d'assaut !

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Le Sturmgewhr 44

 

 

 

 

Entre 1938 et 1940,  la Russie a fait adopter un fusil à auto-chargement complet alimenté en 7.62x54R, le  Tokerov SVT, mais à cause de problèmes de fiabilité,  le SVT ne fut pas beaucoup utilisé. Dès lors, plusieurs prototypes de cartouches ont été développés et ont abouti sur l'adoption de la 7.62x39 M43 en 1943, cette cartouche a été conçue par Nickolay Elizarov et Boris Semin.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Gros plan de la 7.62x39 M43

 

 

 

 

Bien qu'ayant créé cette cartouche appropriée pour les rafales en automatique, le premier fusil à l'avoir  accepté était le SKS 45 semi-automatique. Conçu par Sergueï Simonov Gavrilovich l'abréviation SKS 45 traduit comme Samozaryadnyi  Karabin  Sistemi  Simonova 1945 ou système de carabine Simonov 1945.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Le Simonov SKS 1945

 

 

 

 

Le SKS n'est resté en service que 4 ans avant d'être remplacé par le AK-47 conçu par Mikhail Timofeyevitch Kalachnikov en 1947 et a été officiellement adopté au sein de l'URSS en 1949. Cette conception s'est avérée extrêmement robuste et fiable et ce, dans les conditions les plus défavorables.

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

 

Le Kalachnikov AK-47

 

 

 

L'AK-47 plus populaire que le SKS a été produit sous diverses formes par au moins 31 pays,  et a été l'arme de service de pas moins de 55 nations. Jusqu'en 2013,  on a estimé sa production à environ 100.000.000 d'unités !  Il semble que partout où il y a des conflits sur notre planète, l'un ou l'autre des belligérants  se sert de l'AK-47. Légère, avec une cadence de tir allant jusqu'à 600 coups par minute, elle est maniable et d'une robustesse à toute épreuve, quelles que soient les conditions climatiques dans lesquelles elle est utilisée.

 

En Russie, l'AK-47 est resté en service pendant plus de 60 ans, bien que la cartouche 7.62x39 M43 ait  été progressivement supprimée au profit de la  .22  au calibre 5.45x39 basé sur la M43.

 

Alors que l'AK-47 et le SKS étaient principalement conçu pour un usage militaire, un grand nombre de ces armes ont été exportées et vendues sur les marchés civils occidentaux comme des alternatives bon marché aux fusils de chasse.

 

Même si ces deux fusils sont particulièrement populaires auprès des amateurs de tir militaire.  L'AK-47 est souvent utilisé comme fusil de chasse de base dans les vastes étendues de la Russie, du Kazakhstan et de la Mongolie tandis que le moins cher SKS a trouvé son intérêt  auprès de chasseurs au budget strictement limité. Mais il faut bien le dire, comme une cartouche de chasse, la M43 est adéquate pour la chasse de très près ou à moyenne distance (+/-200 yards) mais sa performance est généralement de passable à médiocre.

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

La cartouche vendue pour la chasse

 

 

 

Correctement réglés, les  fusils à verrou  utilisant des munitions en 7.62x39  à pointes souples et utilisés pour du tir rapproché ou à moyennes distances vous permettront  néanmoins de réaliser des tirs tout à fait corrects et fiables. Winchester,  Remington et Federal produisent des balles de 123 à 125 grains avec des vitesses annoncées de 2350 à 2365fps et donnant des vitesses moyennes de 2300 à 2320fps.

 

On se méfiera de l'abondance et à peu de frais,  des cartouches de surplus militaires chargées avec des amorces très corrosives et  que l'on trouve encore à profusion car beaucoup d'entre-elles attaquent sévèrement l'alésage du canon.  Ceci dit, tous les lots ne sont pas dotés de ces amorces dangereuses et l'intérêt particulier de la 7.62x39 réside précisément dans le faible coût auquel on peut se la procurer par grosses quantités.

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Voici la CZ 527 montée pour la chasse en calibre 7.62 x 39

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

La cartouche dans sa version civile et moderne

 

 

 

 

 

 

 

 

La cartouche

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Ses dimensions

 

 

 

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Comparaison de la 7.62x39 avec les autres calibres.

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Son conditionnement militaire

 

 

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Une boîte d'origine russe

 

 

 

 

 

 

 

Son potentiel de précision pour le tir sportif et le TLD

 

 

 

La 7,62×39 n'est sûrement pas le premier calibre à recommander s'agissant de sa précision. Pour commencer,  il n'a pas une trajectoire très plate (voir tableau comparatif de son drop, ici plus bas) . En effet, selon la charge, la balle pourrait tomber de cinq à sept pouces (1 pouce = 25.4mm) au moment où il atteint les 200 yards. Au-delà, la chute est encore plus drastique, ce qui rend sa précision cauchemardesque à 300 yards et au-delà pour tout tireur de grande précision.

 

D'autre part,  ça n'est pas non plus une cartouche à longue portée et sa perte de vitesse à des distances plus longues signifie qu'elle n'a pas non plus beaucoup de punch à longue distance et de toute façon,  et même à courtes distances, la 7,62 × 39 n'est pas généralement considérée comme étant très précise.

Cette mauvaise réputation peut également lui être attribuée en partie au fait que les fusils couramment utilisés avec 7,62 × 39 ne sont souvent pas particulièrement précis eux-mêmes.

 

 

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Tableau comparatif des énergies, vitesses et drop avec d'autres cartouches

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Tableau comparatif des énergies, vitesses et drop avec la .30-06

 

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Tableau comparatif des énergies, vitesses et drop avec la 5.56x45 NATO

 

 

 

 

 

 

 

Quelles sont les autres armes intéressantes pour tirer des 7.62x39 ?

 

 

Jusqu'à présent,  les plates-formes AR 15 ont la plupart du temps été chambrées en 5.56x45mm OTAN / .223 Remington mais la célèbre firme SIG a adapté son modèle 556 en 7.62x39mm.

 

Une belle arme :

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Le SIG 556 en 7.62x39mm

 

 

 

 

En moyenne,  la balle de 7.62x39 est environ 35% plus lourde que les plus lourdes des 5,56 OTAN. Selon la quantité de poudre, une 7.62x39  a une vitesse initiale de 2300 à 2438 pieds par seconde, tandis que la 5,56 / 0,223 se déplace à 2750-3800 fps et d'autre part,  le 7.62x39 est parfaitement logique, car il comble le fossé entre les calibres beaucoup plus chers des .223 et .308 puisque la 223 revient à deux fois son prix et le .308 à trois fois son prix.  Pour ceux qui aiment " brûler " des quantités de cartouches , comme on dit, il n'y a pas photo !

 

 

 

Quant aux tireurs à petit budget, ils trouveront probablement leur bonheur avec une Vz58 qui ressemble beaucoup à l'AK47 mais qui est fabriquée à l'aide d'une mécanique totalement différente. Une des plus grandes différences est sa méthode de fonctionnement. Le VZ-58 utilise un piston de gaz à course courte, tandis que l'AK-47 a un piston à gaz course longue. En d'autres termes, cela signifie que la tige de commande de la VZ-58 n'est pas attachée à la glissière, tandis que l'AK-47 l'est.  Le VZ-58 est communément réputé pour être plus précis que l'AK-47.

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Le Sa Vz. 58 (Samopal vzor modèle1958)

 

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

Pour conclure,  je dirai qu'en mode fusil d'assaut, la précision n'étant pas la principale considération, cette cartouche rempli parfaitement son rôle. Les résultats de la pénétration et de l'énergie cinétique sur la cible sont quand même évidents à en croire les témoignages des militaires qui ont fait l'Afghanistan ou l'Irak.

 

Il est un fait que la 7.62x39  n'a pas été dédiée au tir sniper car,  comme nous l'avons vu, sa précision laisse à désirer.  Pour ce faire,  la 7.62x54 a été développée pour assurer un tir plus précis et à plus longues distances et notamment, quand elle est tirée par le très fameux SVD Dragunov (fusil sniper russe) mais je m'arrête ici car ceci fera l'objet d'un prochain article.

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)

Le Dragunov SVD (Snaïperskaïa Vintovka Dragounova)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin, voici une série de liens relatifs au 7.62 x 39

 

 

 

Le calibre 7.62x39 (M43)
Le calibre 7.62x39 (M43)
Le calibre 7.62x39 (M43)
Le calibre 7.62x39 (M43)
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
21 mai 2015 4 21 /05 /mai /2015 19:47
Le 30-06 Springfield

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Une fois n'est pas coutume, voici un article,  à la fois dédié au calibre ainsi qu'à l'arme qui l'a utilisé et qui est entré dans la légende : le 30-06 Springfield.

 

Le  « .30  »  se réfère au calibre de la balle,  et le « 06 » se réfère à l'année à laquelle la cartouche a été adoptée, c'est-à-dire, en 1906.  En notation métrique, c'est le 7.62 × 63mm et appelé aussi " .30 Gov't 06 " par Winchester.

 

Encore merci pour votre fidélité et bonne lecture !

 

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

Après l'invention de la poudre sans fumée qui a conduit à l'adoption de la 8mm Lebel de la France en 1886, une nouvelle ère dans le développement des armes a commencé. Au début des années 1890, l'armée américaine a commencé à tester les fusils à répétition pour remplacer le .45-70 Trapdoor Springfield.

 

 

Le 30-06 Springfield

Le .45-70 Trapdoor Springfield

 

 

 

 

Et c'est en 1892 que l'Amérique a adopté son premier fusil militaire à verrou conçu par le Norvégien Krag Jorgenson. Un calibre .30 avec 40 grains de poudre sans fumée chargé avec une balle de 220gr pour une vitesse initiale de 1968fps.

Le Krag a connu son premier rôle actif combat pendant la guerre hispano-américaine de 1898, bien que de nombreux soldats étaient encore armés de Trapdoor Springfield.

 

 

 

Le 30-06 Springfield

Le Springfield .30-40 Krag modèle 1898

 

 

Néanmoins, il ne pouvait pas vraiment rivaliser avec le clip rapide qui nourrit le Mauser M1893 7x57 et donc,  pendant cette guerre, l'armée américaine a tenté d'augmenter la puissance du 0.30 malheureusement, en raison de la conception de la patte de verrouillage unique du Krag, ce fût un échec.   Suite à cela, le département des munitions US a travaillé sur la création d'une cartouche plus puissante et d'une arme à feu plus appropriée au combat.

 

 

Le 30-06 Springfield

Le Mauser M1893 7x57

 

 

 

La Springfield Armory s'est dès lors beaucoup inspirée des plans du Mauser pour aboutir sur la création de la désormais célèbre 1903 Springfield, chambrée pour la cartouche 0.30-03 (la .30 de 1903). Le calibre 30-03 tire une balle de 220gr à une vitesse de 2300fps.

Le 30-06 Springfield

Le Springfield M1903

 

 

 

En 1905, l'Allemagne a adopté une balle de 154 grains pour le 8x57 à la vitesse extrêmement élevée de 2890fps. Les États-Unis, désireux d'adopter cette nouvelle technologie  a mis immédiatement à ce niveau sa  cartouche de 0,30 à 03 par une 150 grains plus pointue et plus aérodynamique, raccourcie de 0,07 pouce (1,8 mm) avec un collet légèrement plus court pour optimiser la nouvelle conception de sa nouvelle cartouche. Ce fut la naissance de la cartouche .30 US de 1906 connue aujourd'hui comme étant la 30-06.

 

 

 

Le 30-06 Springfield

Comparaison des cartouches de ces calibres

 

 

 

Le fusil Springfield a été maintenu dans sa désignation initiale de 1903 Springfield. La 30-06 est restée la cartouche militaire principale de l'US pendant 50 ans. Après la modification de la .30 150 grains, tous les fusils Springfield militaires 1903 ont été rappelés, les canons recoupés d'un tour de filet à la culasse, et ont été re-chambrés pour la cartouche modifiée. La longueur du canon dans sa configuration finale était de 24 " et la vitesse de la .30 150 grains était de 2700fps.

 

Étonnamment,  les firmes Remington et Winchester ont été lentes à adopter le 30-06 pour ses carabines. Remington a enfin présenté le modèle 30,  fusil de calibre .30-06 en 1921 tandis que Winchester a présenté son modèle 54 .30-06 carabine, en 1923.

 

Pendant la première guerre mondiale (1914-1918), les Etats-Unis ont eu une demande pour produire le 0,303 P14, le célèbre fusil de l' armée britannique mais finalement, ce projet n'a pas vu le jour et donc, ayant l'outillage et le know how mais pas d'engagement pour  une production de masse du .0303, le département US Army Ordnance Corps a créé une version modifiée du P14 conçu pour tirer la cartouche .30-06.

 

Ce fusil a été officiellement adopté comme une arme de service supplémentaire en 1917, désignée par l'année de sa conception comme étant le fusil M1917. Ce fusil a connu une grande utilisation pendant la 1ère guerre mondiale et a été considéré comme étant un fusil extrêmement fiable à la fois dans sa conception et dans sa précision.

 

 

Le 30-06 Springfield

Le fusil M1917

 

 

 

 

 

En 1926, la .30 chargée à 150 grains a été remplacée par une ogive de 174 grains. Sa vitesse initiale était 2640fps. Le but à atteindre par cette charge était d'augmenter la portée effective des mitrailleuses lourdes et légères et qui, par voie de conséquence, aurait également augmenté la portée effective du fusil d'infanterie.

 

 

 

Le 30-06 Springfield

Comparaison entre la 30M1906 et la 30-40 Krag

 

 

 

 

La nouvelle désignation de la munition de 174 grains était la .30 balle M1.  Elle atteint une vitesse initiale de 800 m/s et son énergie initiale est de 3650 J. Cette balle a encore réduit la résistance de l'air en vol, offrant ainsi une décélération moins rapide et une dérive latérale moins affectée par des vents de travers. Sa portée maximale est d'environ 5030 mètres.  En outre, sa " metal jacket " dorée élimine l'encrassement de métal qui se faisait dans la cartouche de M1906 d'auparavant.

 

En 1932, Jean de Kenty Garand,  employé par le ministère des munitions des États-Unis et concepteur des armes à feu, a présenté un prototype de fusil semi-automatique pour des essais militaires. Le fusil a été accepté mais sa cartouche, la .276 Pederson ne l'a pas été.

 

Le général Douglas MacArthur ordonna dès lors que ce fusil devait pouvoir tirer la cartouche .30-06,  et après modifications apportées à la carabine, l'armée américaine a adopté la M-1 Garand .30-06 en 1936.

 

Le 30-06 Springfield

 

 

 

Avec le nouveau fusil Garand, les munitions ont été modifiées pour la troisième fois,  et ce dernier changement de balle pour l'infanterie était composée d'une balle au fond plat de 152 grains (9,8 g) à la place de 150 grains (9,7 g) avec une charge de 50 grains IMR 4895 pour une vitesse de 2740fps.  Finalement désignée 0,30 M2, cette cartouche (modèle 1938) atteint une vitesse initiale de 855 m/s et déploie une énergie en sortie de bouche de 3600 J. Sa portée maximale est d'environ 3150 mètres.

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

Il y avait bien sûr d'autres charges supplémentaires utilisées pendant ces 50 ans de durée de service, comme le traceur 145,5 grain, la balle à armure perçante de 165 grains (AP) et la charge match M72 qui a tiré un projectile FMJBT de 173 de grains à 2640fps !

 

Bien que les deux fusils Springfield M1917 soient tous deux restés en service, le Garand était le fusil principalement utilisé par les forces américaines quand l'Amérique entra dans la Seconde Guerre mondiale après l'attaque japonaise sur Pearl Harbor,  le 07 Décembre 1941.

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

Le Garand était un fusil incroyablement efficace mais ne fut pas sans défaut. Un inconvénient principal était le magasin qui conservait son clip jusqu'à ce que tous les 8 coups aient été tirés avant l'éjection, causant ainsi des difficultés lors du remplissage du magasin à moitié plein. D'autre part, ce fusil était considéré par certains comme étant trop long avec son canon de 24".

 

Il est vrai également que ce fusil était relativement lourd et qu'il occasionnait un niveau de recul préjudiciable à une visée contrôlée durant un feu répété mais la plupart des soldats américains s'y sont très attachés malgré ces deux lacunes. Néanmoins, à la fin de la guerre, face à l'efficacité du fusil d'assaut allemand chambré en 7.92x33 Kurz avec faible recul,  le département US Ordnance s'est lancé  dans une nouvelle recherche pour pourvoir au remplacement de son fusil ainsi que de sa cartouche.

 

Cela a finalement conduit à la création et à l'adoption de la carabine M14 chambrée au calibre 7.62x51 OTAN (.308 Win) qui aux États-Unis a officiellement été adopté en 1957 et bien que le 30-06 a officiellement été mis à la retraite en 1957, de grandes quantités de munitions excédentaires de 30-06 ont continué à être utilisée pour la formation à travers les années 1970.

 

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

En outre, le 30-06 est resté une excellente cartouche de sniper jusqu'à l'adoption officielle de la carabine Remington M40 Sniper chambré en 7,62, introduite en 1969.

 

 

Le 30-06 Springfield

Le M14 7.62x51 OTAN

 

 

 

A titre d'exemple, le sergent Carlos Hathcock (1942-1999) US Sniper Marine au Vietnam est devenu une légende  grâce à la réalisation de prouesses incroyables en utilisant un canon lourd Winchester modèle 70  chambré en 30-06. Les statistiques de Hathcock et de son équipe ont prouvé qu'une poignée de tireurs d'élite pouvait être aussi efficace voire, parfois plus efficace que tout un bataillon d'infanterie.  Hathcock est devenu un exemple dans la formation et l'école des snipers modernes à l'USMC où il reste toujours une légende à ce jour.

 

 

Le 30-06 Springfield

Le sergent Carlos Hathcock au Vietnam

 

 

 

Le 30-06 Springfield

Il utilisa beaucoup la Winchester M70 en 30-06 monté avec une lunette Unerti x8

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, 40 ans après, les chasseurs et les tireurs continuent à profiter des fusils à canon lourd 30-06. En effet, mise à part son histoire militaire, le 1903 Springfield chambré en 30-06 connait encore un grand succès dans les mains des civils.

 

 

Le 30-06 Springfield
Le 30-06 Springfield

La cartouche dans sa version civile et moderne

 

 

 

 

Les usines de munitions ont commencé plus tard la production des 150, 180 et 220 grains  pour aboutir finalement à une gamme complète de charges entre 110 et 220 grains, rendant ainsi le 30-06 incroyablement polyvalent.  Depuis plus d'un siècle, le calibre 30-06 est resté très utilisé, non seulement aux États-Unis, mais aussi dans le monde entier.

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

 

 

 

 

La cartouche

 

 

 

La 30-06 est une cartouche très efficace, ses atouts résidant dans la disponibilité d'une large gamme de poids d'ogives et de styles qui,  combinées avec de bonnes vitesses, rend le 30-06, extrêmement polyvalent.

 

 

Le 30-06 Springfield

Ses dimensions

 

 

Le 30-06 Springfield

Comparaison de la 30-06 avec les autres calibres.

 

 

 

 

 

 

 

Le 30-06 Springfield

 

Son conditionnement militaire pendant la guerre

 

 

 

 

Le 30-06 Springfield
Le 30-06 Springfield

Clip et cartouchière

 

 

 

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

 

 

       

Tableau de comparaison de la balistique avec d'autres calibres

Cartouche

Poids

Vitesse en sortie de bouche

Energie en sortie  de bouche

.243 Win

100 grains

2850 fps

1805 pi-lb

30-30 Win

150 Grains

2715 fps

2048 pi-lb

30.06 Spr

150 Grains

2900 fps

2820 pi-lb

.308 Win

150 Grains

2750 fps

2518 pi-lb.

300 Weath Mag

150 Grains

3200 fps

3412 pi-lb

.300 Win Mag

150 Grains

3290 fps

3570 pi-lb.

 

 

 

 

Le 30-06 Springfield

 

 

 

Voici un tableau de comparaison du potentiel "Long range" des cartouches

 

Le 30-06 Springfield

 

 

 

 

 

 

Conclusion

 

 

 

 

Pour conclure,  je dirai que lorsque le calibre 7.62x51 (.308Win) a été offert au public, la 30-06 était encore la cartouche dominante pour les tireurs militaires tout comme d'ailleurs chez des chasseurs ou les sportifs.

Toutefois, les tireurs ont rapidement trouvé que la .308 offrait un léger avantage du point de vue de la précision, et la bonne vieille " Thirty aught six " a donc été détrônée assez rapidement.

 

Depuis ce temps, et il y a plusieurs décennies, tant le .308 que le 30-06 ont été bien dépassés par d'autres cartouches encore plus précises et qui dominent aujourd'hui le sport en matière de précision de tir. Mais pour nous les tireurs moyens ou nostalgiques des grands calibres militaires,  nous continuons de les apprécier tant du fait de leur grande disponibilité et de leur (relatif) faible coût. Alors pourquoi s'en priver ?

 

La .30-06 Springfield reste encore aujourd'hui la munition la plus rechargée aux USA, où son utilisation va de la chasse jusqu’au tir à la cible à 1 000 yards.

 

Ceci dit, l'évolution des technologies en matière de fabrication de cartouches a fait en sorte d'améliorer la précision de la 30-06 de sorte d'ailleurs que l'écart de précision se réduit par rapport à la .308,  et que donc, ce critère n'est plus aussi important qu'il ne l'était dans les années 60.

 

En effet,  en comparant des balles similaires tirées dans les fusils semblables, en fin de compte,  la 30-06 peut avoir un léger avantage en terme de vitesse, mais la .308 aura légèrement moins de recul et la différence entre la chute des deux balles (drop) pourrait même devenir négligeable. A vous de voir ... .

 

 

 

 

 

Voici une série de liens relatifs au 30-06 Springfield

 

 

 

 

Le 30-06 Springfield
Le 30-06 Springfield

A bientôt,

 

 

 

Le 30-06 Springfield
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
17 avril 2015 5 17 /04 /avril /2015 18:58

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

Parmi les questions qui me parviennent régulièrement, il en est une qui est récurrente : " Quelle lunette de tir me conseilleriez-vous ? ". Après avoir répondu comme à l'accoutumée que je ne fais jamais de publicité, je suis en général obligé de répondre à cette question de Normand,  ... par une réponse de Normand !

En effet, le choix optimal d'une lunette de tir est à la fois personnel et trop multifactoriel pour que je puisse en conseiller une en particulier, et cela même, en faisant abstraction de toute marque.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

Que vous aimiez simplement le tir pour le sport ou que vous soyez chasseur, vous savez que le choix d'une lunette pour votre carabine sera l'un des facteurs des plus importants dans la détermination de votre précision.

Il existe de nombreuses lunettes sur le marché et notamment,  provenant de nombreux fabricants de renom et donc,  choisir la meilleure est une tâche ardue, du moins pour le débutant. Cet article devrait très modestement pouvoir vous y  aider.

 

 

En fin de compte, la lunette que vous choisirez dépendra de votre préférence et du budget que vous voudrez bien  y consacrer mais également d'autres facteurs tels que :

 

 

 

La focale :

 

 

1. Les variables

 

De loin les plus courantes, elles sont utiles si vous souhaitez avoir un grossissement de la cible variable en fonction des diverses utilisations souhaitées. Avec celles-ci, le tireur peut ajuster le grossissement de la cible qu'il vise. Il exite toute une variété de grossissements, en fonction de ce que vous êtes chasseur ou tireur sportif.  Les fusils de précision utilisent souvent des variables pour adapter le tir à différentes distances plus éloignées que celles d'un fusil de chasse normal.

 

 

2. Les fixes

 

Un peu plus simples que les variables mais souvent plus lumineuses et plus pratiques si le tireur connait exactement sa fourchette  réduite de distances de tir. Ici, pas question de régler le grossissement comme vous pouvez le faire sur les variables. Par conséquent, ces lunettes ne sont recommandées que pour certaines occasions et souvent, pour certains types d'armes à feu.

 

 

3. Les lunettes de vision nocturne

 

Spécialisées, elles peuvent être combinées ou utilisées en grossissement variable ou fixe selon les réglages et les circonstances.  Par exemple, pour la chasse de nuit ou à des moments de la journée où il y a trop peu de lumière pour voir naturellement la cible. Avant de choisir une de vision de nuit, vous devrez vous assurer que cela en vaut vraiment la peine.

 

 

Mais au fait, que signifient les inscriptions figurant sur la lunette ?

 

C'est est une bonne question à vous poser car avant de pouvoir bien choisir une lunette de visée, vous devrez savoir ce que signifient réellement ces chiffres. A titre d'exemple, que veut dire 3-12 × 42 ?

 

Dans cette série, le 3 signifie que n' importe quelle image que vous regardez à travers cette lunette apparaît trois fois plus proche de vous que ce ne serait à l'œil nu. Le 12 signifie la même chose. Cela signifie que vous pouvez voir votre cible 12 fois plus proche qu' à l'œil nu. Le dernier numéro, dans ce cas, le 42, est le diamètre de l'objectif en millimètres. Plus le diamètre sera grand, au plus votre lunette sera lumineuse. Si vous voyez ces nombres apparaître sur la lunette, c'est que vous avez à faire à une focale variable.

In fine, cela signifie que vous pourrez choisir un grossissement de votre cible allant de 3 fois jusqu' à 12 fois. En général, plus la plage de grossissement est grande, plus cela vous coûtera cher.

 

Ci-dessus, une Schmidt Bender 3-12x42

 

 

 

En général, si vous diminuez le grossissement de votre lunette,  votre champ de vision va augmenter. La différence de grossissement peut modifier le champ de vision de façon drastique. Par exemple, si vous utilisez une  3-12 × 42, si le grossissement est fixé à 3 alors votre champ de vision sera de 100 mètres. Toutefois,  si votre agrandissement a été réglé sur 12, votre champ de vision serait réellement diminué  quelque part autour de 14 à 10 mètres !

 

 

Le dégagement oculaire

 

Vous ne pouvez jamais garder les yeux ou le front trop près de la lunette pendant le tir. Le recul causé par la force du tir peut facilement vous occasionner un œil au beurre noir, et en particulier avec des armes puissantes,  vous entraîner des dommages à l'orbite de l'œil. Le problème parfois rencontré est que le champ de vision est de trop faible qualité et donc, qu'il ne permet pas de bonnes distances de dégagement oculaire, obligeant ainsi le tireur à se déplacer volontairement au plus près de la lunette pour obtenir une image claire  sans que l'anneau noir ennuyeux ne vienne interférer.

 

Retenez que la distance de sécurité entre l'optique et votre visage ou votre œil doit rester de +/- 8 à 10 cm. A moins que vous ne destiniez votre lunette au tir à la .22 avec un faible recul, n'hésitez donc pas à tester la lunette à cet égard avant son achat.

 

 

Le réticule

 

Pour la plupart du temps, le réticule est une option de préférence, mais il ya effectivement divers avantages à différents réticules. Par exemple, le réticule en forme de croix classique est simple et très efficace. Il dispose également de nombreuses variantes qui s'adaptent à des besoins spécifiques. Les fines lignes noires sont utiles pour le tir très précis. Cependant, ces lignes noires se perdent dans l'obscurité du petit matin et au crépuscule. C 'est pourquoi beaucoup de gens préfèrent des réticules illuminés.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

Réticule du M24 - M40

 

 

Les réticules "cercle avec point " sont les favoris des tireurs à la cible, car ils peuvent être adaptés parfaitement avec la cible visée. Les réticules allemands sont plus simples que la croix traditionnelle, et ils sont parfois plus faciles d'utilisation pour voir les lignes sans être encombré par d'autres fioritures. Puis, il y a les réticules plus complexes dédiés à des fins plus tactiques tels que le compensateur de chute de balle, ou le Mil Dot,  par exemple. Les préférences personnelles seront le facteur déterminant mais choisir le bon réticule peut certainement améliorer la précision de votre tir.

 

 

 

Voici quelques exemples de réticules:

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

 

 

Les possibilités de réglage

 

 

Toutes les lunettes ont des réglages tels que la dérive (ajustement latéral - ici à droite), l'altitude (ajustement vertical haut et bas), et beaucoup de lunettes destinées au tir à longue distance ont aussi un ajustement de parallaxe (sur le côté gauche).

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Ces cadrans,  déplacent la position du réticule, qui à son tour déplace le point d'impact de la balle. Beaucoup de lunettes prétendent changer le point d'impact de 1/4 de pouce (1 pouce = 25,4mm) par click à 100 mètres.  En réalité,  ce n'est pas toujours exact y compris dans toutes les gammes de prix. Ceci dit, normalement,  quatre clicks de dérive peuvent déplacer votre tir d'un demi-pouce ou d'un pouce et demi.

 

Les meilleurs ajustements de dérive et en élévation se déplacent de 1/8 de pouce par click et ont un intérêt accru  pour le tir tactique de précision et de longue distance mais beaucoup moins pour la chasse au gros gibier.  Je vous conseille donc une lunette au 1/8ème pour tous vos tirs de précision.

 

Pour le réglage de la parallaxe (définition),  la plupart des modèles de chasse gros gibier généralement utilisés sur des cibles de taille moyenne à importante sont mis au point à l'usine pour des distances de 150 à 175 mètres. Par contre, une lunette utilisée pour viser les petites cibles et / ou à longue portée sur une distance bien précise doit pouvoir être réglée via l'ajustement de la parallaxe. Sinon,  votre cible apparaît être là où elle n'est pas ! Cela s'appelle l'erreur de parallaxe et provoque une visée au mauvais endroit. Inutile de dire que je vous conseille de posséder cette option si vous désirez être précis pour vos tirs à longues distances tout comme d'ailleurs d'opter pour un réglage au 1/8ème de pouce par click, comme déjà dit supra.

 

 

Le tube

 

Le plus souvent, il est construit à partir d'aluminium de qualité aéronautique et est très résistant et beaucoup plus léger que les tubes d'acier qui étaient employés naguère.

Plus la puissance de grossissement augmente, et au plus, il faut de la lumière et donc, le diamètre de l'objectif  se doit d'augmenter pour encore être suffisamment lumineux. Sur la plupart des lunettes de chasse, l'objectif varie entre 32mm et 50mm, et en règle générale, il ne sera pas plus grand que 50mm.  Le problème, c'est qu'au plus le diamètre de la lentille est important,  au plus la lunette est lourde, chère, et plus difficile à monter sur la carabine (nécessité d'avoir des anneaux extra hauts, rail de compensation, etc.).

 

Le tube est souvent disponible en deux diamètres: 1 pouce (25,4mm) plus populaire en Amérique et 30 mm (plus en Europe). Normalement, un tube de 30mm de diamètre est sensé laisser entrer plus de lumière. Cela reste à démontrer par contre, ce qui est incontestable, c'est qu' un tube de 30 mm est structurellement plus costaud et permet une plus grande latitude de réglage. Cela signifie que le réticule a aussi plus de place pour monter et descendre et aller de droite à gauche.

 

 

Le poids

 

Un aspect souvent négligé lors de la recherche de la meilleure lunette est le poids. Comme on vient de le voir, une lunette peut finalement être assez lourde et ce critère pourrait vite devenir déterminant si ce poids supplémentaire fait que votre arme devient d'autant plus difficile à transporter ou a tenir à bout de bras ! Dès lors, pour la chasse, ce poids pourrait aussi affecter la précision de votre tir. De même, sur le terrain, toute surcharge devient un handicap pour l'exécution de votre mission.

 

Non seulement,  cet aspect est souvent négligé mais beaucoup de gens pensent exactement le contraire en se disant qu'au plus la carabine est lourde, au plus elle est stable ... ce qui est loin d'être toujours vrai.  

 

Pour revenir au choix définitif de votre lunette et avant de vous poser cette question,  vous devrez toujours vous demander pour quelle utilisation finale ou dans quel objectif (sans jeu de mots) vous avez besoin de cette lunette sur votre carabine ?

 

La lunette que vous acheterez doit correspondre étroitement à l'utilisation recherchée. Par exemple, un fusil tactique utilisé dans un environnement de combat ou de la police ne sera pas équipé de la même lunette que l'on peut utiliser pour le tir à longue distance à la cible ou pour aller à la chasse !

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

En effet, pour la chasse,  un grossissement entre 1-5x et 4.5-14x,  c'est déjà beaucoup car vous devrez privilégier votre champ de vision plutôt que le grossissement et savoir suivre votre gibier en mouvement sans le perdre de votre champ de vision et du tir. Au surplus, la majorité des chasseurs tire à moins de 350 mètres et donc, le choix d'un énorme grossissement n'aurait pas de sens.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Et même en utilisation tactique, franchement, vous pouvez ignorer la version hollywoodienne des lunettes snipers, qui sont toujours trop grandes, trop lourdes et avec beaucoup trop de grossissement.  Rappelez-vous,  jusqu'aux années 1980, la plupart des snipers ont très bien réussi leurs missions dans des plages de grossissement de 3x à 10x. En fait, un maximum de 10x est vraiment tout ce qui est nécessaire pour l'environnement purement tactique avec un fusil en 0,308.  Vous devez avoir une excellente résolution et une image bien nette.

 

Vous avez juste besoin d'un agrandissement qui vous permettra de faire un tir dans votre zone d'opération.  Même pour les tireurs d'élite, faire un tir au 800-1000 mètres au 10x n'est pas si difficile sur des cibles fixes et ce,  dans la plupart des conditions atmosphériques.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Les gens ont tendance à croire que le plus grand grossissement est le meilleur. Cependant, en réalité, il est souvent plutôt un obstacle. En général, les grossissements recommandés vont de 3,5 à 10 × 40 × 50 ou de 4,5 à 14 pour les opérations purement tactiques.  En police sniping de courte distance (à +/-100m)  un grossissement de 5x ou 6x est suffisant . Pour les opérations militaires à courtes distances, il en va de même.

 

En double usage, tels que pour les tirs de chasse, civils et sportifs occasionnels,  vous pourrez avoir une lunette qui offre une large gamme de grossissement qui permettra un zoom pour la chasse et un tir à la cible à plus  longue portée. Mais pas trop important au risque ne pas pouvoir chasser avec elle ou de ne plus savoir la porter sur le terrain.  Par contre,  avec un grossissement trop petit, vous devrez renoncer aux petites cibles.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Alors, il serait plutôt recommandé d'utiliser une gamme de grossissements de 4,5 à 14 × 50 au 6,5 à 20 × 50 maximum. Encore une fois, un 3-10x peut tout faire, mais de nombreux civils veulent plus de grossissement parce qu'ils aiment à tirer sur des cibles plus petites (benchrest, ...).

 

La gamme 4.5-14x permettra de bien voir dans la plupart des utilisations normales tout en préservant le champ de vue nécessaire pour une utilisation à plus longue portée. Cette gamme offre un compromis parfait pour le tireur civil de précision qui pourra chasser le cerf dans les bois et tirer sur des cibles de 50cm à 500 mètres ou encore,  sur une cible de grande taille au 1000 mètres.

 

Petite remarque:  si vous pouvez "péter" une cible de 10 pouces avec un 0,308 à 1.000 mètres au grossissement 10x, vous pourrez certainement le faire au 14x ;-)

 

Pour le tir sur cible, suivant les distances à la cible, on peut recommander des grossissements de  8,5 6.5-20x-x25x. Ceci dit, ces grossissements n'ont pas vraiment leur place dans l'environnement tactique à moins d'être montés sur un 0,338 Lapua ou sur un calibre .50 pour des tirs à très longues distances mais bon, les civils continuent d'insister sur leur montage sur des carabines avec lesquelles ils ne sauront jamais tirer à plus de 500 mètres !

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Ce dont peu de gens sont conscients, c'est qu'au plus le grossissement est important, au plus le "bougé " et l'effet mirage seront également important. En effet, le moindre petit mouvement ou encore un battement de coeur ou un rythme cardiaque élevé et un mauvais contrôle de la respiration vous occasionneront inévitablement un "bougé" important et une inconstance qui obérera votre groupement !

 

Par conséquent,  je maintiens qu'il n'est pas utile d'aller au-delà d'un grossissement de plus de 25x. Les très grands grossissements (30X ...50X) sont destinés principalement pour la compétition Benchrest 100-300 mètres et plus ou,  pour les tireurs ayant des problèmes de vue.

 

 

 

 

Le choix d'une marque

 

 

Cette question est bien évidemment laissée à la préférence personnelle mais il est un fait que certaines marques sont de qualité supérieure aux autres. Si vous avez de l'expérience, vous connaissez  probablement les marques que les tireurs aguerris ont tendance à préférer.  Cependant, si vous êtes un tireur débutant,  je vous conseillerai de demander l'avis et les recommandations de votre armurier ainsi que celles de vos amis qui chassent ou qui tirent depuis un bout de temps ou encore à des membres de votre club de tir.

 

N'ayez pas peur de payer un peu plus cher pour obtenir une meilleure qualité si vous ne voulez pas à avoir à réparer votre rifle scope ou à le remplacer régulièrement. Quoiqu'il en soit, il faudra être attentif à la qualité de l'optique elle-même et notamment, à celle de l'objectif.

 

Une lunette de visée classique contient environ huit lentilles. La qualité du verre lui-même, le soin avec lequel il a été broyé et façonné, et la qualité du revêtement qui lui a été appliqué déterminent en grande partie la qualité d'une lunette. Et même si vous ne connaissez encore rien sur les rifle scopes, si vous regardez à travers un modèle à 300€, puis un autre à 1.300€, vous saurez dire instantanément lequel a le meilleur piqué d'image et donc, lequel est le plus cher.

Idem en ce qui concerne le grossissement maximum, vous constaterez que réglée au maximum, l'une vous paraîtra plus "laiteuse" que l'autre.  En effet,  la différence de qualité d'image est surprenante, et incontestablement, en mettant le prix, vous en aurez pour votre argent.

 

A titre d'exemple et toujours dans cet ordre de prix, les Bushnell et les Swarovski ont des revêtements de lentilles qui dispersent l'eau en gouttelettes si petites qu'elles n' affectent pas votre visibilité, vous permettant ainsi de viser lors d'une averse ou d'un épais brouillard. Ceci dit, comme on l'a dit, ci-dessus,  il n'y aura pas photo quant à la qualité de l'image rendue entre les deux marques !

 

 

 

 

Les meilleures lunettes tactiques utilisées par les pros

 

 

Ce graphique représente les lunettes et réticules utilisés par les meilleurs tireurs de fusil de précision en 2014. Les données sont basées sur un sondage fait auprès des 50 meilleurs tireurs US.

Ce sont les tireurs faisant des compétitions de type " sniper ".   Leur objectifs se trouvent dans la gamme des lunettes permettant le tir de précision sur les distances 300-1000 mètres.  Bien évidemment, ce sont des rifle scopes de haut de gamme et donc, relativement onéreuses !  Schmidt & Bender étant la Rolls des lunettes.

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?

 

 

 

Quelles seraient les meilleures lunettes pour des budgets moins élevés ?

 

 

De nos jours, on peut déjà trouver des lunettes à partir de 40€ sur des sites de vente aux enchères mais bon, inutile de vous dire que vous ne trouverez pas grand chose de rare pour ce petit budget à moins que ce ne soit pour tirer des billes avec une carabine airsoft ...

 

Bien entendu, les lunettes de visée peuvent varier de 40€ à plusieurs milliers d'euros mais combien est-on  prêt à dépenser ? Selon l'utilisation de votre carabine, vous pouvez parfois vous en sortir avec un compromis qui vous permettra d'obtenir plus ou moins les mêmes résultats qu'avec une lunette plus chère. A titre d'exemple, votre serviteur fait d'excellents résultats au 100m avec une Zos à 180€ (lunette chinoise) alors qu'un de ses amis utilisant une NightForce (1280€) ne fait pas mieux. Pardon Jean-Marie :-)

 

A titre d'exemples, voici quelques lunettes par type de budget qui sont considérées comme étant les meilleures dans leur gamme de prix, mais comme déjà dit auparavant, avant d'en choisir une, vous devriez bien examiner toutess leurs caractéristiques afin de vous assurer qu'elle va bien répondre à tous vos besoins.

 

 

Une lunette considérée parmi les meilleures pour un budget d'environ 100€

 

 

La Bushnell Bannière Dusk et Dawn 4-12x40

Assez lumineuse, elle mesure environ 12 pouces avec une mise au point rapide. Ajustement au 1/4 MOA

Le dégagement oculaire est de 3,3 pouces  et a été construite pour être 100% étanche à l'eau et au brouillard.

 

 

 

Une lunette considérée parmi les meilleures pour un budget d'environ 200€

La ZOS 10-40x60 Mildot Tactical Rifle Scope.  Ajustement au 1/8 MOA

- Longueur (mm): 420

- Optique multi couche - Réticule Mil-Dot.

-Monotube lumineux de diamètre 30mm avec tourelle au 1/8 MOA et correction de parallaxe

-Waterproof, antibuée et antichoc.

 

 

 

Une lunette considérée parmi les meilleures pour un budget d'environ 300€

La Nikon PROSTAFF 5 BDC 3.5-14 × 40 . Elle offre une variété de différentes fonctionnalités qui permet de se démarquer des autres dans cette gamme de prix et notamment, son réticule BDC de Nikon .

Nikon est l'une des grandes marques sur le marché pour la fabrication des appareils photos mais aussi,  et c'est moins connu, pour les lunettes de visée de haute qualité.

 

 

 

Une lunette considérée parmi les meilleures pour un budget d'environ 500€

 

La Vortex Viper PA Rifle 30mm  6.5-20X44

Ajustement au 1/4 MOA , elle est l'une des meilleures lunettes de visée fixe sur le marché d'aujourd'hui.

Elle est équipée de grandes tourelles ce qui permet au tireur de l'utiliser pour faire rapidement et facilement des ajustements. Il y a aussi un ajustement de la parallaxe pour plus de polyvalence.  Le réticule BDC a un design personnalisé.

 

 

 

Meilleures lunettes de visée pour un budget illimité

 

Quand se procurer de l'argent n'est pas un problème,  toutes les règles du jeu changent ;-)

Ci-dessous,  deux lunettes de visée différentes qui peuvent être considérées comme excellentes.

 

La Rifle Conquest Zeiss 5-25 × 50 Black Rapid Z 1000.  Ajustement au 1/4 MOA

En moyenne, son prix tourne autour des 1200€. Elle est fabriquée par Carl Zeiss,  une des marques les plus populaires parmi ceux qui apprécient le haut de gamme et les lunettes de visée coûteuses.

 

Son objectif de 50 millimètres très lumineux est principalement utilisé pour la chasse à longue distance.

Elle a un tube robuste qui est construit pour résister aux pires reculs même sur des terrains extrêmement exigeants,  et a un dégagement oculaire de 3,5 pouces afin d'aider à protéger le visage du tireur du recul du fusil. La Zeiss Conquest est l'une des lunettes idéales pour ceux qui aiment le tir sur cible à longues distances. Ses lentilles sont multi-couches d'une luminosité exceptionnelle quelles que soient les situations de faible luminosité qui pourraient survenir à la chasse.

 

 

La Rifle NXS Nightforce 5.5-22x 56MM.  Ajustement au 1/4 MOA

Nightforce est l'une des grandes marques de lunettes de visée professionnelles. La plupart des Nightforces coûtent beaucoup plus cher que ce que le tireur moyen pourrait payer pour une lunette de sport pour son fusil puisque son prix tourne généralement autour des 2.250€. Voici quelques-unes de ses caractéristiques uniques :

Elle comporte un tube 30 millimètres de diamètre et le dégagement oculaire est de 3,9 pouces.

Le grossissement est de 4,7" à 100 mètres. Cette lunette peut être recommandée par tous types de temps et de terrains, parce qu'elle résiste aux chocs, à l'eau et au brouillard.

Son objectif 56mm est d'une clarté maximale sur toute la plage de grossissement. Le facteur d'agrandissement large de 5,5 à 22 permet la précision dans les distances les plus longues, mais à 5,5 elle reste très efficace pour les tirs à courtes distances.

 

 

 

 

 

Conclusion :

 

 

Comme me disait l'ami Benoit, la meilleure lunette, c'est celle qui n'aura pas peur d'avoir un choc sur le terrain, c'est celle qui, sans altérer ta confiance en elle,  t'aidera à faire un hit en une seule balle, c'est aussi celle qui conservera ses réglages en toutes circonstances, et qui pourra te servir de piquet de tente à l'occasion. En clair, du précis, du fiable, du robuste, de l'adaptabilité aux circonstances du tir.

 

Choisir la meilleure lunette pour votre arme à feu en fonction de vos besoins et de vos préférences peut sembler assez compliqué mais il est certain que si vous êtes attentif  à tous ces aspects importants et que vous les prenez en considération pour établir votre choix, vous serez sûr de trouver " La bonne lunette " pour votre arme,  et en tous cas, celle qui vous donnera le plus de satisfaction.  Enfin, last but not least, celle-ci vous permettra également d'améliorer considérablement votre précision  ... encore faudrait-il savoir bien la régler mais ceci est encore une autre histoire.

 

 

 

 

 

Voici une série de liens relatifs au rifle scopes

 

 

 

Quelle lunette de visée choisir ?
Quelle lunette de visée choisir ?

A bientôt,

 

Quelle lunette de visée choisir ?
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
22 mars 2015 7 22 /03 /mars /2015 16:01
Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

Nonobstant les nouvelles difficultés apparues suite aux changements dus au passage à la nouvelle version d'Over blog,  j'ai quand même décidé de continuer l'aventure en vous proposant l'étude d'un autre calibre: le 5.56mm (5.56x45mm) et la .223 Remington. On a tellement déjà écrit sur cette cartouche que j'ai un peu peur de ne pas savoir vous apporter beaucoup de nouvelles choses néanmoins, voici ma modeste contribution.

 

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

Après la seconde guerre mondiale, les grandes puissances militaires ont commencé à expérimenter  des cartouches et des prototypes de fusil d'assaut à échelle réduite. Après la formation de l'alliance de l'OTAN, les membres ont convenu de travailler à un fusil universel et à la conception d'une cartouche normalisée pour toute l'infanterie  alliée.  Les membres étaient divisés en deux camps. Les uns étaient très en faveur d'une cartouche de 7mm qui aurait ressemblé à la 7mm08 d'aujourd'hui alors que les USA,  insistaient sur une cartouche de calibre .30 et de préférence, une version réduite de la .30- 06.

 

En fin de compte, le département de munitions a convaincu tous les membres du pacte de l'OTAN d'adopter la cartouche T44, maintenant connue sous le calibre 7.62 de l'OTAN ou sous sa forme commerciale, la .308 Winchester.

Néanmoins, un sous-comité du département US Ordnance qui était franchement plus pour la cartouche de calibre .30,  a continué à faire des essais avec de plus petites cartouches de ce calibre et notamment, en se tournant vers le calibre 0,224. Par conséquent, à la mi 1950, le Département US Ordnance a demandé à des concepteurs de développer une cartouche militaire basée sur le calibre 0,224 à la condition que le projectile reste au-dessus de la vitesse du son à 500 mètres.

 

Et c'est en 1957 que Robert Hutton, directeur technique du magazine " Des fusils et des munitions" a conçu une cartouche potentiellement appropriée à cette demande. La cartouche de Hutton a été basée sur une version allongée de la .222 Remington, chargée avec un prototype de balle de 55 grains fait par Sierra Bullets.

 

D'autre part, en 1950, le concepteur d' armes à feu Eugene Stoner avait obtenu un succès partiel avec son Armalite AR 10 (Automatic Rifle) qui était radicalement différent des autres fusils utilisés jusque là en utilisant une combinaison  d'alliages et de polymères pour créer un fusil d'assaut léger et compact. Malheureusement pour Stoner, l'AR léger 10 chambré en 7,62 OTAN produisait trop de recul pour le tir automatique contrôlé cependant, l'excellente conception de ce fusil a été remarquée par les divers intéressés.

 

En effet, après avoir reçu l'invitation de concevoir un fusil en calibre .224, Stoner a rechambré son AR 10 au calibre 0,224 de Hutton et soumis cette combinaison pour les tests dès 1958. Cette combinaison a été bien accueillie mais la décision finale devait provenir des échelons supérieurs du gouvernement américain.

 

A cette époque, Armalite a  perdu beaucoup d'argent en investissant dans les Stoners AR 10 et l'AR 15 et a décidé de vendre ses droits à la société Colt qui a continué la commercialisation de l'AR 15. En 1963, la guerre du  Vietnam lui a offert un développement rapide. L'AR- 15 a finalement été adopté par l'armée des États-Unis sous la désignation de M16.

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

C'est ainsi que Colt a reçu le contrat de fourniture de l'AR 15 pour les forces américaines.

 

 

L'AR 15 fusil et cartouches ont été formellement adoptés en 1964, désigné par le XM16E1 (nom commun du fusil M16)  et sa cartouche 5,56  (M193). La vitesse de la balle de 55 grains dans la M16 a été évaluée à 3200fps.

 

Pour la petite histoire, dès le début de son adoption, le M16 a été en proie à des ennuis car Stoner avait conçu l'AR 15 d'origine avec un pas de canon très lent de 1:14 qui était utilisé avec une balle lente 55 de grain était juste stable en vol à courte portée et que d'autre part, son impact occasionnait de grandes blessures invalidantes.

 

Par conséquent, Mc Namara a ordonné que le pas soit changé à 1:12 avant l'adoption finale de cette carabine en 1964 mais les principaux problèmes sont apparus en 1965 puisque pratiquement 50% des fusils se sont enrayés et que des centaines de soldats américains ont été tués en essayant désespérément de libérer les chambres coincées. L'encrassement de la poudre a été citée comme la raison pour laquelle les douilles  ne s'extrayaient pas de la chambre du fusil !

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

Après de nombreuses plaintes, à la fois les services de la défense ainsi que les représentants de Colt ont finalement commencé à regarder le problème de plus près bien qu'avec une certaine apathie. Il aura fallu plusieurs années avant que la cause sous-jacente du problème d'enrayage de la M16 ne soit correctement identifiée.

 

C'était essentiellement un problème lié au type de poudre utilisée lorsque le conflit du Vietnam est survenu. La poudre de balle produisait une forte pression dans la chambre qui créaient ces effets néfastes. Normalement lors du tir, la cartouche doit s'étendre et "sceller" la chambre (obturation), puis se contracter, et ensuite être extraite. Or, en raison de la très haute pression, la chambre restait obturée et l'éjecteur ne parvenait pas à extraire la douille.

 

On ajoutera que la faiblesse de la charge de la M193 était sa très faible pénétration y compris à travers des vêtements lourds à des distances de 500 mètres et au-delà.

L'armée belge a fourni une solution avec sa conception de balle avec 62 grains et sa vitesse initiale à 3025fps. Avec la charge "belge" la balle devient un standard de l'OTAN et est désignée comme la 5,56 OTAN.

 

En 1970, le gouvernement américain a annoncé la normalisation de la carabine de M16A1 et son calibre et donc, tous les membres du pacte de l'OTAN ont fini par adopter la cartouche de 5.56 NATO. La plupart des pays ont adopté le fusil également et c'est durant les années 1980 que la cartouche de 5,56 mm a été officiellement standardisée comme une cartouche de l'OTAN. Le fusil M16 a ensuite subi une nouvelle mise à niveau avec un nouveau pas de canon pour utiliser la nouvelle charge. Le nouveau modèle a été baptisé : le M16A2.

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

Aujourd'hui, le fusil M16 reste très largement utilisé dans le monde entier. Le modèle actuel est désigné comme étant le M16A4 et dispose d'un rail Picatinny . D'autres pays se sont cependant éloignés du fusil M16, les uns vers des conceptions plus radicales, et notamment la Grande-Bretagne qui utilise la SA80 avec l'Australie et la Nouvelle-Zélande qui utilisent actuellement le fusil Steyr AUG.

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

La charge de 62  grains est encore utilisée par tous les membres de l'OTAN cependant encore aujourd'hui, ses lacunes sont une source constante de frustration pour les soldats engagés dans le combat.

 

Mais de nos jours, la stratégie militaire alliée ne nécessite plus beaucoup d'armes d'infanterie. La guerre contre le terrorisme nécessite de localiser les terroristes, entourer la(les) cible(s) et de fournir un tir de suppression en attendant un raid aérien ou un soutien d'artillerie. Le 5,56 OTAN reste donc adéquate pour ce rôle et excelle néanmoins dans les combats rapprochés ou de maisons à maisons en milieu urbain.

 

En 2002, l'armée américaine et Remington ont commencé à expérimenter des nouvelles cartouches pour délivrer une puissance plus efficace à la demande des soldats des opérations spéciales. Finalement, le calibre 0,270 (0,277 "ou 6,8 mm) a donné d'excellents résultats.

 

En 2004, la nouvelle cartouche a été annoncée officiellement comme étant la 6,8 Remington. Les 6,8 tirent une balle de 115 grains à une vitesse de 2800fps, et a une trajectoire similaire à la 7,62 (0,308) avec une augmentation substantielle de l'énergie pour toutes ses gammes par rapport à la 5,56.  La balle 6.8 de 115 grains a un coefficient balistique d'environ 0,340,  et l'arme la mieux à même d'utiliser efficacement ce nouveau calibre, est le Barrett M468 qui est en train de devenir le nouveau fusil d'assaut de l'armée US.

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

Comme nous l'avons vu précédemment, il est important de noter que le développement militaire de la cartouche de 5,56 mm a exigé des vitesses plus élevées (via des pressions plus élevées), le développement civil de la 0,223 est demeuré essentiellement gelé  jusqu'en décembre 1962.

En tant que cartouche sportive, la 5,56 a été adoptée par Remington en 1964 sauf que celle-ci a été nommée la .223 Remington et promue comme une cartouche de chasse aux nuisibles.

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

                 Comparaison entre la .223 Rem avec les autres calibres.

 

 

 

 

Les dimensions de la cartouche et sa différence avec la 5.56

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington
Le calibre 5.56 et la .223 Remington

                Une 5.56x45mm OTAN (au centre) entourée de 0,223 Rem.

 

 

 

 

 

Si vous n'êtes pas familier avec les différences entre 0,223 et 5,56, vous devez savoir les faits suivants:

 

 

•  Les dimensions extérieures (physiques) de 0,223 et 5,56 munitions sont

   effectivement identiques;

 

•  La 5,56 peut être chargée à des pressions supérieures à  celle de la 0,223;

 

•  Les chambres 5,56 mm sont en général d'une dimension plus grande que des chambres de 0,223;

 

•  Même si ce sont pratiquement les mêmes munitions, les chambres de 5,56  subiront des pressions plus basses que celles des chambres en 0,223;

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

Tirer une cartouche de 5,56mm dans une carabine de 0,223 Rem peut s'avérer              catastrophique,  occasionner la destruction de votre arme et vous blesser gravement. Ceci est à relativiser en fonction du type de chambre monté sur l'arme. A contrario,  certains estiment que la différence est minime et  qu'il n'y aurait pas grand danger. Néanmoins, il faudra toujours rester prudent et demander l'avis de votre armurier avant de faire le moindre test !

 

Tirer du 0,223 Rem dans une carabine 5,56 avec une chambre conçue pour tirer de la munition de 5,56mm ne présente pas de risque spécifique.  Les chambres des carabines 5,56 sont usinées intentionnellement pour fournir le plus de sécurité contre les pressions excessives. Cependant,  rien ne garantit que les munitions de 0,223 Rem fonctionneront de manière optimale dans une carabine en  5.56x45 mm.

 

En effet, les fusils semi-automatiques chambrés pour 5.56x45 mm peuvent ne pas fonctionner   correctement avec des munitions en 0,223 parce qu'ils sont conçus pour faire défiler de manière  fiable   et ce,  grâce à une pression plus élevée, les balles plus lourdes de la 5.56x45 mm et  notamment,  avec les canons courts.

Par conséquent, un chargeur qui serait nourri uniquement en 0,223 Rem pourrait vous occasionner un enrayage rapidement. Un autre aspect à tenir en compte est qu'il est probable   qu'il y aura une dégradation de la précision et de la vitesse initiale en raison des dimensions de la chambre plus généreuses dans une 5,56.  Cela ne veut pas forcément dire qu'une arme à feu chambrée en 5.56x45 mm ne sera pas précise avec une 0,223 Rem mais, en moyenne, il est acquit qu'une 0,223Rem utilisée dans une arme à feu chambrée pour la 0,223 Rem sera plus précise que dans une carabine en 5,56 d'origine.

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

La principale différence est la longueur de la gorge qui peut avoir un effet dramatique sur la pression. La 5.56x45 mm a une gorge plus grande dans la chambre que celle de la 0,223 Rem. Dans le jargon du monde des armes,  longueur de la gorge est couramment appelée  le "Leade" , celui-ci est défini comme une portion du corps en face de la chambre où le retrait des rayures est fait de façon conique pour laisser place à la balle.

 

Le leade d'une chambre de 0,223 Rem est généralement de 0,085 pouces (2,16 mm), tandis que dans une chambre 5.56x45 mm,  le leade est typiquement de 0,162 pouces (4,11 mm), soit près de deux fois plus que dans la chambre de la 0,223 Rem. En outre, l'angle de la gorge est différent entre les deux chambres, et tout cela peut affecter l'augmentation de la pression et surtout, de la pression maximale.

 

D'autre part,  la cartouche 5.56x45 mm peut avoir une paroi latérale plus épaisse qui a été conçue pour résister aux contraintes générées par les pressions plus élevées dans la chambre, et même la forme de l'ogive peut affecter également de manière significative la pression en fonction de la distance à laquelle se situe la balle avant de toucher les rayures. Les balles de 5,56 mm ont une ogive appropriée pour les chambres de 5,56 mais si celles-ci sont chambrées dans un 0,223 Rem, il pourrait en résulter une surpression dangereuse.

 

N.B.:  Il est possible de trouver sur le marché différentes carabines avec quatre types de chambre  possibles (0,223 Rem, 0,223 Wylde, 5,56 Noveske, 5,56 mm OTAN) et deux niveaux de   pression possibles avec les munitions 0,223 Rem et 5,56 mm de l'OTAN, et cela peut évidemment  déboucher sur des pressions différentes avec les mêmes munitions. Vous devrez donc vous  informer auprès de votre armurier pour ne commettre d'erreur !

 

 

 

 

 

           

Comment savoir si c'est une munition est en 5.56x45mm OTAN ou en .223 Remington?

 

 

 

Si les munitions sont emballées avec l'inscription ou l'étiquette M193 ou M855 (ou une variante de celles-ci), ce sont certainement des 5,56.

 

Si vous n'avez pas accès à l'emballage ou qu'il ne spécifie rien,  regardez le poinçon sur la base de la balle. Si le poinçon dit  "5.56x45mm" ou s'il y a 2-3 lettres et chiffres (2-3 tels que "LC 13" dans la photo ci-dessous), et une croix dans un cercle, ces munitions sont en 5,56.

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

Si le poinçon dit quelque chose comme "Hornady 223 Remington," alors c'est du .223 Remington. Si vous n'êtes toujours pas sûr après avoir regardé le poinçon,  pour plus de sécurité, vérifiez leur type auprès de votre armurier.

 

 

 

 

 

 

 

Quid de la balistique de cette cartouche ?

 

      

La 0,223 est généralement facile à recharger manuellement et les poudres à combustion rapide produisent les plus hautes vitesses sans surpression si vous respectez scrupuleusement les prescriptions des tables de rechargement des fabricants. Pour les canons de  22 " , les vitesses maximales de travail avec des 40 grains varmint vous donnent 3750fps en sortie de bouche, 3450fps avec des 50 grains, 3300fps avec des 53 grains, 3250fps avec 55 grains et 3100fps avec des 60 grains.  Les lecteurs noteront que le 3330fps se retrouve pour la balle de 55 grains en munitions de l'usine Norinco.

 

 

 

Voici un tableau des caractéristiques de ces balles

 

Ogive par marque

Coefficient balistique

Fps

ME 
FT-lb

1

55gr Remington SP

0,197

3180

1235

2

60gr fédérale / Partition

0,228

3020

1215

3

55gr fédérale / Bear Claw

0,202

3180

1235

4

64gr Winchester PP

0,233

3020

1295

5

55gr Norinco FMJ

0,272

3330

1355

6

62 FMJ fédérale

0,254

3020

1255

7

53gr Barnes TSX FB

0,231

3300

1280

8

60gr V-Max

0,256

3100

1280

9

80gr A-Max

0,473

2900

1494

 

 

 

Néanmoins, comme c'est souvent la cas pour de nombreuses carabines, la vie de votre canon sera d'autant plus courte si vous rechargez continuellement à des 3300fps ou plus.

 

A signaler également que sous nos contrées et en général, les 0,223 Rem les plus employées sont les HPBT de 55grains de chez Sierra mais la firme  produit également une gamme de balles de match allant de 55 à 80 grains et la balle de chasse la plus utilisée pour les espèces de cerfs de poids léger est la GameKing de 65 grains.

 

Un autre aspect à prendre en compte, est le pas de votre canon. En effet, les armes à feu chambrée        pour le 5.56x45 mm ont souvent un pas (twist rate) de 1:7 pouces pour savoir stabiliser des balles lourdes utilisées dans le tir à longue portée. Toute carabine avec un pas de 1:7 pouces fonctionnera donc mieux avec des balles plus lourdes telles que des 60 grains.

 

D'autre part, un 1:12 pouces (la plupart des fusils 0,223) va pouvoir stabiliser la plupart des balles jusqu'à 60 grains mais pas au-delà. Beaucoup d'armes à feu utilisent un pas de 1: 9 pouces, ce qui est un très bon compromis qui fonctionne bien avec la plupart des balles jusqu'à 70 ou 75 grains y compris avec les balles les plus légères.

 

 

 

   Voici un tableau de comparaison du potentiel "Long range" des cartouches

Le calibre 5.56 et la .223 Remington

 

 

 

Pour conclure,  je dirai que si vous êtes sur le point d'acheter une carabine dans ce calibre, fixez-vous bien quels sont vos critères déterminants (Match, chasse, tir récréatif, prix des cartouches, distance de tir, semi-auto, arme à verrou, réglementation du pays, ...) pour déterminer le bon choix de la chambre que vous souhaitez avoir en fonction de ces besoins. Pour la plupart des tireurs, le choix d'une chambre 5,56 sera le meilleur choix car elle leur permettra d'utiliser une gamme de cartouches et d'utilisation plus large.

 

 

 

 

 

Voici une série de liens relatifs au calibre 5.56 mm et la .223 Rem

 

 

Le calibre 5.56 et la .223 Remington
Le calibre 5.56 et la .223 Remington
Le calibre 5.56 et la .223 Remington
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr
commenter cet article
23 février 2015 1 23 /02 /février /2015 16:10
                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Désormais et,  à commencer par cet article,  je vous retrouve dans le cadre de la nouvelle mouture qui nous a été "offerte " par Overblog !   J'écris  "offerte" entre guillemets car il s'agissait d'un passage obligatoire à leur nouvelle version sinon, ... plus rien ... !

 

J'ai donc attendu jusqu'à la dernière minute (1er février 2015) avant de le faire,  présumant que le système serait probablement moins pratique ou plus contraignant qu'auparavant. Le moins que l'on puisse dire, c'est que mes prévisions se sont avérées exactes !

 

Le premier effet " kiss cool " m'a fait perdre mes liens, mes meta tags, ma vitrine d'images, mon compteur de visites et mes statistiques. Ceci ne vous aura sûrement pas échappé. J'en suis d'autant plus désolé que beaucoup de mes lecteurs ou camarades de route (fora, sites, ...) ne sont plus référencés sur mon blog.

 

Le problème est que c'est irrémédiable puisque c'était sans retour possible à l'ancienne version. Je n'ai plus accès à mon ancien panneau de gestion et donc, je ne sais plus rien modifier ou ni revenir en arrière.

 

Le deuxième effet  " kiss cool " sera la découverte (on devrait plutôt dire l'étude obligatoire !) de leur nouveau système de gestion et de publication qui a malheureusement été complexifié et dépouillé d'outils qui nous permettaient de gérer un blog comme un site Internet ... c'était précieux et agréable. Hélas, trois fois hélas, ce n'est plus le cas alors que les concepteurs vantaient les nombreuses et merveilleuses fonctionnalités de la nouvelle interface. Rien qu'à titre d'exemple, leur système d'incrustation d'images dans le texte est à ch.

 

Vous l'avez compris, c'est amer et déçu  que je reprends le clavier pour poursuivre mes activités sur ce blog !

 

Désormais, ce n'est plus avec le même plaisir mais plutôt sous la "contrainte " que je reprends mes activités numériques. Dommage mais bon, tentons l'expérience ... qui vivra, verra.

Je vous propose dès lors un article relatif à l'étude du calibre .300 Winchester Magnum.

 

Bonne lecture et sans doute à plus tard.

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?

 

 

 

Comme nous l'avions vu dans un article précédent, c'est en 1958 que Winchester a sorti le calibre .338 Winchester Magnum, une puissante cartouche d'alésage moyen et bien équilibrée.  Tandis qu'une version du calibre .30 a été très attendue,  elle n'est cependant pas arrivée très rapidement mais l'objectif était maintenu de tenter d'offrir un calibre .30 dans cette famille.

 

Début des années 60, Winchester était en difficulté. La firme avait sorti plusieurs armes à feu très populaires mais ses marges bénéficiaires restaient encore trop faibles. Alors qu'aujourd'hui, face au challenge de la rentabilité, beaucoup d'entreprises mettent la pression sur les gars du marketing pour sortir quelque chose, une idée d'amélioration du produit et/ou de son packaging à même d'augmenter les ventes, et que la solution vient souvent d'un nouveau motif de camouflage ou du changement d'un détail améliorant un produit pré-existant, il y a plus de 50 ans d'ici, les firmes avaient tendance à introduire quelque chose de nouveau et d'innovateur sur le marché.

 

Et comme Winchester avait rencontré un certain succès avec ce qui était la première cartouche "Short Magnum ", Winchester a finalement introduit le calibre Winchester Magnum .300 en 1963.

 

Contre toute attente, la nouvelle douille en vedette était plus longue que la 0,338. L'épaulement avait été déplacé vers l'avant aussi loin que possible pour maximiser la capacité de poudre et la création d'un collet assez court, chose qui n'avait pas été tentée auparavant.

 

 

 

Comparaison entre la .300 Win Mag et les autres calibres.

                Le calibre .300 Winchester Magnum

Les dimensions de la cartouche

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

En tant que cartouche de chasse, la .300 Winchester Magnum reste immensément populaire dans le monde entier et ce, parmi toutes les variantes du calibre .30 en cartouche magnum.  La .300 Winchester Magnum est une cartouche fonctionnelle devenue désormais un grand classique très populaire pour la chasse du gros gibier car elle dispose d'un pouvoir vulnérant tel que l'animal se trouve " foudroyé " sur place lorsqu'il est touché.

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

En effet, la .300 Winchester Magnum offre de 12 à 15 pourcent de plus que la vitesse d'une .30-06 avec la même balle et encore plus, lorsque l'on utilise les poudres en haute teneur en nitroglycérine. Cela se traduit par l'ajout d'une distance de 25 à 40 mètres dans sa drop zone, ainsi que beaucoup plus d'énergie à la cible.

 

Le .300 Winchester Magnum a gagné très fort en popularité grâce aux tireurs de compétition TLD à 1.000 yards pendant longtemps grâce à la diminution de sa dérive au vent par rapport aux cartouches traditionnelles.

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

La .300 a également été adoptée par les forces de l'OTAN du monde entier comme cartouche pour les opérations spéciales et les fusils des snipers pendant environ 30 ans. Le .300 y a excellé grâce à sa portée plus étendue, souffrant beaucoup moins de la dérive au vent que la norme 7.62 de l'OTAN. Elle a été tout autant utilisée pour le tir des cibles faciles mais avec une capacité de pénétration plus importante. Avec les nouvelles charges plus lourdes, elle est tout à fait capable de s'étendre bien au-delà des 1000 mètres de façon fiable.

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

Cependant, elle n'a jamais été adoptée comme cartouche "type" de fusil sniper standard (pour remplacer le 7.62) en raison de sa force de recul. En effet, elle requiert une parfaite maîtrise pour les tirs de grande précision vu son effet de recul important et donc, elle nécessite d'être mise entre de bonnes mains.

 

Ceci dit, l'argument me semble un peu léger d'autant que si effectivement, ce calibre peut "punir" le tireur, son utilisation sur des fusils tactiques lourds et,  a fortiori, si on les équipe de muzzlebrakes efficaces,  le recul peut être géré. Une formation adéquate peut également aider le tireur à rester précis.

 

Ce qui, in fine  peut d'ailleurs  paraître ironique, c'est qu'elle a été progressivement retirée du service au cours de la dernière décennie et ce, en faveur de la plus puissante 0,338 Lapua, ... mais probablement mieux apprivoisée par l'adoption systématique de freins de bouche sur les carabines des tireurs d'élite.

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

Le .300 Win Mag était le calibre préféré de Kris Kyle que l'on ne présente plus dans les milieux militaires et du TLD ou encore des cinéphiles.

 

 

 

Cliché de Kris Kyle pris en séance d'entraînement

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

Dans son livre "American Sniper", Kyle dit : " J'ai utilisé le 0.300 Win Mag dans la plupart de mes hits". C'est une excellente cartouche dont la performance permet une excellente précision ainsi qu'une puissance d'arrêt considérable.  Il ajoute : " Vous pouvez frapper une cible de 100 à 700 mètres, sans trop vous soucier des réglages de vos minutes d'angle (MOA) ". Et de fait, les tables de trajectoire Winchester montrent qu'une 180 grains standard avec une lunette zérotée à 200 mètres ne s'élève que de 1,4 pouce (35.6mm) à 100 mètres et ne chute que de 6.4 pouces(162.6mm) à 300 mètres.

      

Voici un tableau de comparaison du potentiel "Long range" des cartouches

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

On constate que son drop est proche de la .338 voire même, de la .50 BMG !

 

 

Le graphique, ci-dessous montre cette fois-ci, la trajectoire de 3 cartouches de .300 Win Mag chargées d'usine avec une mise à zéro à 240 mètres et des mesures de comparaison prises à 500m pour des ogives de 150, 180 et 200 grains. Le Point Average Range Blank de toutes les trois charges est de 290 mètres.

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum
On mesure: 46,85 pouces pour la 150gr, 47,39 pouces pour 180gr et 48,62 pouces pour la 200gr. Ce qui est faible !

 

On constate après comparaison des courbes qu'il y a une différence de trajectoire de seulement 1,72 pouces (43.7mm) entre la balle de 200gr et celle de 150gr. Ce qui est tout simplement une performance balistique étonnante compte tenu d'une différence de poids de balle de 50grs!  Vous pouvez donc utiliser l'une de ces charges dans des conditions de terrain et ne pas remarquer de différence puisqu'elles sont pratiquement les mêmes !

Bien entendu, il n'en va pas de même s'agissant de l'énergie déployée puisque la charge perdue pour la 150gr est nettement supérieure à celle des balles de 180 et 200 grains.

Alors que le Mk-12 et Mk-11 étaient des fusils semi-automatiques employés par beaucoup d'autres tireurs de précision, la 0.300 Win Mag de Kris Kyle était quant à elle, une "simple" carabine à verrou :

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

 

A l'instar d'un golfeur qui choisi le meilleur club pour une situation donnée, les tireurs d'élite SEAL pouvaient choisir parmi une variété de fusils qui correspondent le mieux à leur situation tactique.

 

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

Pour plus de précision à longue distance,  Kris Kyle avait choisi une Bolt-action 0.300 Win Mag et tirait avec des 190 grains match fabriquées par Black Hills munitions. Maintenant, on comprend mieux son choix pour la 190grs (voir graphique, ci-dessus).

 

Lorsqu'il a participé à toutes les plus grandes batailles de l'opération "Libération de l'Irak",  la plupart des tirs de Kyle étaient des tirs en milieu urbains, généralement réalisés bien en arrière-plan dans une pièce.        " Nous n'avions généralement pas de protection auditive ",  a-t-il expliqué. Souvent, ce n'était pas un problème parce qu'il avait un réducteur de son sur ma 0.300 Win Mag.

 

Dans les conditions de tirs rapides, il avait un 7.62x51 mm OTAN Mk 11, la version de la Marine de la Stoner semi-automatique SR-25 chargée en ogives de 175 grains M118 Federal Long Range munitions,  et pour les assauts,  il avait un fusil 5.56x45 mm semblable à la Colt M4, Carabine à canon court OTAN et c'est seulement lors de ses dernières missions qu'il a opté pour une 0.338 Lapua Mag Bolt-action.

 

Beaucoup de nouvelles choses se sont passées autour du .300 Win Mag au cours des dernières années. L'armée américaine a fait un effort important en l'adoptant pour les nouvelles versions du M24 SWS, et en tant que cartouche efficace pour les missions à 1.500 mètres.  Le . 300WM  est une cartouche exceptionnelle pour le sniping militaire mais,  comme vous pouvez l'imaginer, sa puissance et son pouvoir de pénétration limitent son usage pour toute une série d'actions en application des lois.

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

En octobre 2010, l'armée américaine a commandé 3600 kits de modernisation pour ses fusils de sniper M24 à verrou, pour les convertir à l'M24E1. Cela transforme les fusils M24 en calibre 7,62 existants en les rendant capables de tirer le magnum .300 Winchester (7.62x67).

 

Tout cela est venu en réponse aux demandes des tireurs d'élite pour obtenir une arme de plus longue portée que la 7.62 NATO mais moins encombrante et moins lourde que les 13,6 kg du fusil  calibre .50 / 12,7 mm mais les appels les pressants provenaient  de la part des tireurs d'élite opérant en Afghanistan, où les tireurs de l'armée américaine et du Corps des Marines voulaient un fusil de sniper qui pouvait toujours être efficace vers 1800 mètres alors que leur 7,62 mm se limitait seulement à environ 800 mètres.

 

 

                Le calibre .300 Winchester Magnum

 

 

Pour conclure,  on ajoutera que la Win Mag 180 grains reste le choix le plus populaire parmi les tireurs de  0.300 Winchester Magnum, et comme nous l'avons vu, avec raison pour ses performances.  Ce sont les balles les plus utiles et les plus polyvalentes parmi toutes les cartouches de 0.300 Magnum. Les balles plus lourdes que les 200 grains ne sont pas recommandées pour le 0.300 Win. Mag en raison de son collet court. Enfin, on précisera qu'une poudre à combustion lente est un choix plus approprié pour le rechargement de la 0.300 Win. Mag.

 

 

 

 

Pour aller plus loin, voici une série de liens relatifs au calibre .300 Win Mag.

                Le calibre .300 Winchester Magnum
                Le calibre .300 Winchester Magnum
                Le calibre .300 Winchester Magnum
Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
11 janvier 2015 7 11 /01 /janvier /2015 13:28

 

 

profil-AICS PROJET2013

 

 

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

Cette nouvelle année commence avec un article que je consacre à l'essai du sac de combat sniper Defcon 5. Il s'agit d'un sac à dos tactique qui permet l'emport de votre arme ainsi que bien évidemment, toute une série de choses bien utiles lorsque l'on a besoin de se déplacer d'un stand à l'autre avec tout son matériel,  d'être mobile sur le terrain ou encore d'aller à la chasse et ce, tout en gardant les mains libres.

 

Ce sac à dos, tout en étant beaucoup moins encombrant qu'un drag bag, vous permet néanmoins d'embarquer facilement une arme d'une longueur de 1,30m et de garder celle-ci à portée de main. Raison pour laquelle, ce genre de sac est tant utilisé et apprécié par les tireurs d'élite professionnels et les snipers chez les militaires.

 

 

 

Vert OD 1

 

 

 

 

En fait, il s'agit du même concept qui a été opérationnalisé par la firme américaine EBERLESTOCK fondée par Glenn Eberle qui est à l'origine de toute une gamme de sac à dos dont la plupart des modèles sont équipés d'un fourreau permettant le transport d'une arme longue mais qui a été repris et modifié par DEFCON 5.

 

Alors que ce genre d'article n'est pas si facile à trouver et reste parfois très onéreux (L'Eberlestock G4 Operator est à 450€), figurez-vous que j'ai découvert cette petite merveille sur le site AMG PRO (site dédié tant aux professionnels des forces armées et de la police qu' aux amateurs privés) qui le commercialise pour environ le 1/3 du prix de celui de son ainé américain.

 

Bien évidemment, il faut s'abstenir de comparer des pommes avec des poires mais finalement, à l'essai, ce sac va se révéler être très efficace et vraiment pratique même s'il ne se situe pas dans la même gamme que son homologue US qui est d'ailleurs toujours utilisé sur de nombreux théâtres d'opérations.

 

 

 

Caractéristiques, description et promesse marketing du sac :


  • Fabriqué en nylon 1000 deniers;
  • Une capacité de 30 litres pour le compartiment principal qui est fermé par une fermeture zippée doublé d’une chaussette étanche;
  • Le dessous du sac et la partie extérieure sont équipés du système MOLLE;
  • Présence d’une poignée renforcée de transport sur la partie supérieure pouvant être utilisée comme poignée d’extraction ou d’évacuation;
  • Partie dorsale moulée pour fournir un maximum de confort recouverte de résille maillée très résistante pour une meilleure évacuation de la transpiration;
  • Les bretelles sont rembourrées, réglables en hauteur et au niveau des lombaires équipées de 2 anneaux D-ring en partie supérieure pour permettre la fixation des accessoires;
  • Une sangle de poitrine élastique avec boucle Fastex qui permet de rejoindre les deux bretelles;
  • Un ceinturon MOLLE rembourré, amovible, réglable et fermé par une grosse boucle Fastex pour maintenir le sac au corps;
  • Le sac est équipé de sangle de compression fermée par boucle Fastex;
  • Poids : 3kg100;
  • Existe en Vert Olive (OD-Verda oliva) ou en Vegetato Italiano (voir photos, ci-dessous);
  • Ses dimensions sont : 53 cm de hauteur de sac, 27 cm de large, épaisseur de 18 cm. Queue de castor en bas de 25cm. Une chaussette pour fermer le haut du sac de 68 cm. L'épaisseur du compartiment arme est de 7 cm.

 

 

 

Vert OD 2

 

 

 

 

L’innovation majeure de ce sac vient du compartiment arrière. Ce dernier permet d’accueillir une arme longue de 1,30m. Ce compartiment peut s’allonger avec un système de « queue de castor » intégrée et facilement dépliable sur la partie inférieur du sac.

 

 

 

Sac-de-combat-sniper-Defcon5-Camouflé4

Image officielle sur le site de la marque DEFCON 5

 

 

 

 

Une housse de prolongation détachable située dans le compartiment arrière permet de recouvrir entièrement la partie supérieure de l’arme. Cette housse se fixe sur le sac grâce à 4 boucles Fastex protégée par des membranes élastiques.

Chaque poche est munie de trous de drainage, la poche principale comporte trois ouvertures pour assurer la libération d'une antenne radio et le tube d'hydratation.

Ce sac est donc idéal pour transporter une arme principale ou une arme secondaire en double dotation et qui reste accessible très rapidement sur le terrain.

 

 

 


Réception de la bête


Dans un délai de livraison très court,  je reçois la bête dans une grande boîte de carton banale, en brut de décoffrage, mais dans laquelle, elle se trouve superbement contenue dans son sac en mailles de DEFCON 5  Tactical Products avec l'effigie de la marque, ... ça en jette !

 

 

 

 

sac en mailles du defcon5

 

Manifestement, l'emballage est soigné !

 

 

 

 

Déballons tout ça ...

 

A-double-10

 

... visiblement, son côté très tactique ressort immédiatement

 

 

 

 

 

 

 

Le sac de combat sniper passé au banc d'essai :


 


 

emballe-avec-sac-treillis face face

 


 

 

 

De l'utilité ou l'opportunité d'utiliser ce type de sac


Annoncé comme étant un sac de combat sniper et,  bien qu'il semble donc destiné à priori à une utilisation sur le terrain, je pense qu'il est tout autant un sac à dos tactique qui permet l'emport de votre arme sur le terrain ainsi que sur les stands de tir ou encore sur votre territoire de chasse. On pourrait donc le considérer comme une plate-forme polyvalente pour ceux qui pratiquent le tir dans l'une ou l'autre de ces occasions, et bien qu'il ne soit pas orienté spécialement pour cela, il devrait également être très utile pour pratiquer la randonnée.

 

 

 

 

A-double-1

 

 

 

Tout dépendra du type de trek (montagne, plaine, raid ?) et de sa durée mais il est clair qu'avec son système d'attaches MOLLE, vous aurez tout le loisir de compléter ce sac avec d'autres trousses et/ou pochettes (accrochées avec des clips Tac Ties) qui vous permettront d'augmenter son volume d'emport et votre confort.  Attention toutefois de ne pas en faire un sac trop lourd qui s'avèrera "mortel" en randonnée.

 

 

 

Le critère qualité-résistance


Le sac est de belle facture, avec un  " look militaire " certain et qui est effectivement bien fabriqué en nylon 1000 Deniers. Celui-ci paraît robuste et ne m'a d'ailleurs pas " trahi " lors de mon test "terrain" mais seul un usage prolongé me permettra de vérifier complètement cette assertion.

 

 

sac-debout-avec-cheche

 

 

 

 

Les coutures sont bien réalisées, les tirettes (souvent à fermeture à glissière YKK en double zip avec deux curseurs munis de cordelette) sont faciles et robustes. Celles-ci sont  recouvertes d'une bande qui assure l'imperméabilité.

 

 

 

 

detail-tirette-bien.jpg

 

 

 

 

 

L'imperméabilité


Bien que le 1000D soit bien connu pour sa robustesse, il l'est tout autant  pour sa perméabilité et donc, ce sac n'y ferait pas exception. Il est dommage qu'il ne soit pas fourni avec une housse anti-pluie d'origine. Vous savez donc ce qu'il vous reste à faire ... . Néanmoins, son volume central principal ainsi que le sac d'arme, sa queue de castor et la housse de prolongation détachable sont étanches, ses fermetures à glissière couvertes offrent une protection supplémentaire contre la pluie et donc, dans l'ensemble, on peut dire qu'il comporte une grande partie imperméable. Notons également que chaque poche est munie de trous de drainage.

 

 

 

A-double-2

 

 

 

Par ailleurs, rien ne vous empêche d'embarquer vos effets personnels dans des sacs étanches. Lors de mon essai au grand air et, ... à la neige, le sac est passé sans problème à travers ces conditions hivernales et ce,  sans que je n'y retrouve des traces d’humidité à l’intérieur.

 

 

 


Le corps et les composants du sac


C'est sans surprise que nous découvrons un volume central d'une capacité réelle de 30 litres  telle que décrite par le fabricant. Celui-ci est fermé par une fermeture zippée doublé d’une chaussette étanche. A noter la présence d'un espace velcro de 10x5cm sur le haut. Celui-ci vous permettra d'y apposer un patch, votre nom, votre groupe sanguin ou encore, comme les "airsofteurs" les aiment, un "moral patch".

 

 

 

 

A-double-11

 

 

 

A signaler la présence d'une petite poche latérale en bas du sac qui pourrait contenir un paquet de cigarette, une cannette, votre boussole, etc.

 

 

 

A-double-12

 

 

 

 

On y trouvera également une poche, au-dessus de la tirette, et qui pourra vous servir utilement d'espace de stockage pour vos lunettes tactiques, votre portable, un GPS de rando, une boussole, un petit kit de survie, une petite trousse de secours, ... , etc.

 

 

 

 

poche-tirette-du-dessus

 

 

 

 

On trouvera utiles les passants MOLLE sur le dessus de la coiffe du sac. Ceux-ci vous permettront d'y adjoindre un complément de sac qui vous permettra d'augmenter votre volume d'emport.

 

 

 

 

DSC04590

 

 

 

 

En dessous du sac, une attache clip pour retenir intelligemment dans son logement la  "queue de castor " (Dommage que ce dispositif mette à mal l'équilibre du sac qui a difficile à rester posé debout) ainsi que deux séries de passants MOLLE qui vous permettront d'y adjoindre un autre complément de sac. S'y trouve également le départ de la sangle de fixation et de traction de la poche du "couvercle " supérieur du sac.

 

 

 

 

A-double-7

 

 

 

 

En vue de face, le corps du sac dispose de quatre séries de passants MOLLE à quatre compartiments mais aussi d'une poche profonde de 15 cm avec tirette de fermeture.

 

 

 

 

DSC04623

 

 

 

 

Pour ce qui concerne la partie dorsale, elle est constituée de "coussinets dorsaux moulés" recouverts de résille maillée pour permettre une meilleure évacuation de la transpiration mais surtout pour amortir les chocs, protéger vos lombaires avec un coussinet central et donc, pour améliorer votre confort sous la charge.

 

 

 

 

DSC04585

 

 

Pour l'anecdote, entre ces coussinets, on trouveras encore d'autres passants MOLLE mais pour que faire ? Ajouter un oreiller ? LOL.

 

 

 

 

 

Confort de portage


Comme on le trouve chez tous les sacs construits avec sérieux, le fabricant a prévu une ceinture d'appui rembourrée et recouverte de résille maillée qui permet de faire reposer le sac sur le bassin de son propriétaire et ainsi y répartir équitablement la charge.

 

 

 

 

DSC04576

 

 

 

 

Une fois de plus, on y trouveras trois séries de passants MOLLE, de part et d'autre. Ajoutons à cela, un ceinturon MOLLE réglable rembourré, amovible, réglable et fermé par une grosse boucle Fastex pour maintenir le sac solidairement au corps du porteur. Le tout est complété d'une sangle de poitrine ou de sternum élastique et ajustable avec boucle Fastex qui permet de rejoindre les deux bretelles.

 

 

 

 

pour-hanais-face2

 

 

 

Il n'y a pas à dire, le designer a tout prévu pour assurer une excellente ergonomie tout en assurant un maximum de stabilité !  Pour ma part, lors de mon test,  j'ai trouvé le portage très agréable.

 

 

 

Quant aux bretelles, celles-ci sont rembourrées, capitonnées avec de l'anti transpirant (ce qui empêche les sangles de creuser dans les épaules), elles sont réglables en hauteur et au niveau des lombaires équipées de 2 anneaux D-ring en partie supérieure pour permettre la fixation des accessoires. C'est tout confort pour les épaules et la mobilité du trekkeur.  Enfin, le sac est équipé de sangles de compression fermées par boucle Fastex.

 

 

 

 

A-double-3

 

 

 

 

 

Sa capacité et sa praticabilité


Il comporte un compartiment principal, central d'une capacité de 30 litres qui est fermé par une fermeture zippée doublé d’une chaussette étanche. Dommage que le sac étanche principal ne soit si difficile à refermer complètement avec la cordelette de fermeture ... j'ai dû m'y reprendre à 4 ou 5 reprises de serrage pour le refermer complètement. Pour ma part, j'estime que le cordon de serrage doit pouvoir coulisser plus facilement et plus rapidement, même si pour certains, cela restera un point de détail.

 

 

 

 

DSC04602

 

 

 

 

Dans l'ensemble, le sac vous permettra d'emporter tout le matériel et accessoires dont vous aurez besoin. Le volume central d'une profondeur de 60 cm et d'un diamètre de 30 cm vous permettra "d'entasser " nombre d'objets dans sa capacité principale. Ce volume vous permettra d'embarquer notamment votre spotting scope et son bi-pied, votre Krestel, votre radio, votre kit de nettoyage, vos gants de tir et autre shemag, votre couteau de camp, votre lampe tactique, un polar, de la nourriture, une bâche ou un tapis de tir, etc.  Bref, toutes les choses utiles à emporter dans le cadre de votre déplacement.

 

 

 

 

sac-debout-avec-cheche-&-gants vertic

 

 

 

 

Mais il ne comporte que deux pochettes intérieures verticales et juxtaposées de 13 cm de large et d'une profondeur de 30 cm. On aurait pu espérer des pochettes ou logements supplémentaires, par exemple, pour y loger des boîtes de cartouches. Bien que si vous les placez au fond du sac, une longue tirette latérale de 30 cm (un système de double fermeture éclair) placée sur le côté droit du sac (lorsque vous le portez), vous permettra d' y avoir accès rapidement.

 

 

 

 

A-double-4

 

 

 

 

Une autre solution est d'ajouter une sacoche fixée sur les bandes MOLLE qui se trouvent au sommet du sac ou sur les parties latérales ou encore à l'arrière du sac équipé du même type de bande.

Cinq séries d'attaches MOLLE avec leurs quatre compartiments sur les côtés latéraux, trois séries sur le chapeau de sac mais aussi, en dessous et sur les renforts des hanches ... bref, il ne manque pas d'emplacements pour permettre des extensions !

 

 

 

 

DSC04581

 

 

 

 

 

Le volume principal comporte également deux crochets de suspension pour y accrocher votre sac d'hydratation et laisse passer le tube d'alimentation par un évent qui est prévu à cet effet sur le côté supérieur du sac. Un autre évent est prévu de l'autre côté pour laisser passer une éventuelle antenne radio. Ce qui en fait un sac ambidextre puisqu'il peut être utilisé par les gauchers ou les droitiers.

 

 

 

 

A-double-5

 

 

 

 

A signaler la présence d’une poignée renforcée de transport sur la partie supérieure qui, vu sa robustesse, pourrait effectivement bien être utilisée comme poignée d’extraction ou d’évacuation.

 

 

 

 

Sa capacité à contenir et transporter une arme


Quant à sa capacité réelle de transporter une arme d'épaule,  je puis vous assurer que c'est tout à fait exact ! En effet, à l'arrière du volume principal et séparément, se situe le sac d'arme, un compartiment renforcé et capitonné d'une profondeur de 50 cm, d'une largeur de 25 cm,  et d'une épaisseur de 7 cm.

 

 

 

 

A-double-13

 

 

 

 

Il contient en outre, une housse de prolongation de 40 cm qui est détachable et qui permet de recouvrir entièrement la partie supérieure de votre arme.  Cette housse complémentaire se fixe sur le sac grâce à 4 boucles Fastex protégées par des membranes élastiques. Ci-dessous, des photos du sac rehaussé de son extension.

 

 

 

 

A-double-6

 

 

 

 

Et si on vous dit que le compartiment " arme " peut encore s’allonger de 25 cm avec un système de « queue de castor » intégrée, dotée d'une tirette et qui est facilement dépliable sur la partie inférieure du sac (voir ci-avant dans l'article), vous comprendrez d'autant mieux que celui-ci pourra contenir aisément une carabine du type Remington 700 même si celle-ci est équipée d'une crosse tactique du genre de celle de l'AICS. Par conséquent, le constructeur tient sa parole lorsqu'il s'avance à dire que vous pourrez y transporter une arme pouvant mesurer jusque 1.30m.

 

 

 

 

A-double-8

 

 

 

 

Très pratique pour transporter votre arme d'un stand à l'autre, sur le terrain, et ailleurs où il est permis de transporter une arme de la sorte, ce sac vous soulagera du poids et de l'encombrement de votre carabine. C'est donc charge répartie et mains libres que vous pourrez vous déplacer facilement, même très chargé !

 

Visible sur ces photos, le transport d'une arme du type AR15 en toute sécurité alors même que je n'ai pas dû déployer la housse de prolongation vu, la longueur de ce type de carabine

 

 

 

 

A-double-9

 

 

 

 

 

 

 

Conclusion




Tout le monde sait que le matériau utilisé pour fabriquer un sac à dos affecte sa longévité et sa robustesse. Sur ce critère (Nylon 1000D), le sac de combat sniper Defcon 5 est bâti sur la base d'une méthode éprouvée et fiable qui améliore la résistance et protège le sac des dégâts et des écorchures éventuelles.

 

En général, un sac à dos tactique 24 heures est considéré comme grand quand il détient un volume de 45 litres ou plus.  Le nôtre (30 litres " tout nu ") + son compartiment arme est parfaitement adapté tant pour être utilisé par les militaires et policiers pour des missions tactiques  courtes que pour le civil qui souhaite s'en servir pour pratiquer le tir sportif ou pour partir à la chasse.

 

Celui-ci a franchi avec succès et comme "un pro" toutes les étapes de mon test : les vérifications d'usage, l'emport d'une arme et de mon matériel, le test physique du portage, les conditions météo hivernales et même, l'esprit très critique de son utilisateur !

 

En outre, sa taille qui offre une mobilité accrue pour le porteur et ses caractéristiques en font un sac polyvalent.  Il offre un confort optimal et est conçu pour prévenir les maux de dos et les désagréments occasionnés par la transpiration. Avec sa multitude de passants MOLLE qui vous permettront de le compléter,  d'augmenter  l'espace de stockage et d'adapter le sac à vos besoins, disons-le d'emblée, à part l'un ou l'autre petit détail qui pourraient être améliorés, c'est plutôt une réussite !

 

Et si au surplus, nous ajoutons à cela son très bon rapport qualité-prix trouvé chez AMG PRO, alors, pourquoi s'en passer ?

 

 

 

 

Pour en savoir plus sur le sujet, vous pouvez également visiter le site de la société qui le commercialise :

 

 

logo invoice

 

 

 

http://amgpro.fr/

 

https://fr-fr.facebook.com/Equipement.AmgPro

 

http://www.amgpro.fr/fr/sac-a-dos-plus-80-l/1222-sac-de-combat-sniper-defcon5-3730110009620.html

 

 

 

Et ceci, juste pour avoir un point de comparaison :

 

http://www.sniperland.net/bbforum/viewtopic.php?f=24&t=5912

 

 

 

 

 

 

 

 

Au revoir et

profil-AICS PROJET2013 A+


Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le militaire et son équipement
commenter cet article
10 décembre 2014 3 10 /12 /décembre /2014 21:23

 

 

profil-AICS PROJET2013

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

 

Nous y voilà déjà. Nous pouvons déjà décompter les jours qui nous séparent de la fin de 2014.  Une année qui,  à l'analyse des statistiques de vos visites,  a été un fort bon cru puisque nous avions commencé cette année avec un record de visites pour le mois de janvier avec plus de 36.000 pages vues et, ... le maintien de ce score avec une prévision pour décembre de 38.500 de pages vues à la veille de la rédaction de cet article !

 

 

 

 

 

bonne-annee-2015

 

 

 

 

 

Je vous adresse mes meilleurs vœux pour l'année nouvelle ainsi que tous mes remerciements pour votre fidélité et l'intérêt certain que vous portez aux articles de mon blog.

 

Je souhaitais clôturer cette année en vous proposant un article relatif à un sujet qui est, une fois de plus,  lié à la quête de l'amélioration de notre précision mais également au plaisir de maîtriser davantage nos paramètres de tir : le rechargement de précision, celui qui vous permettra de faire de superbes cartons !

 

Attention, il ne s'agit pas de vous présenter les différentes opérations classiques de rechargement que vous trouverez par ailleurs très facilement à profusion sur la toile (vous trouverez quelques vidéos sur le sujet en fin d'article) mais plutôt, d'examiner celles qui vous permettront davantage de gagner en précision.

 

 

 

tireur

 

 

 

 

Néanmoins,  je vous invite à la plus grande prudence lorsqu’il s’agit de transformer des douilles ou de recharger des cartouches. Ceci n’est vraiment pas sans danger !

 

 

Avertissement !


Si vous n’êtes pas aguerri aux techniques de rechargement, il est fortement déconseillé de « jouer » à l’apprenti sorcier avec des munitions. Dans ce cas, il est toujours souhaitable de s’en tenir à l’achat des cartouches manufacturées en fonction des conseils obtenus de votre armurier.

C'est à dessein que je m'abstiendrai de vous fournir des renseignements sur les rechargements en poudre et je vous renverrai donc auprès de votre armurier qui, en tant que professionnel, saura vous conseiller utilement. En outre, je décline toute responsabilité en ce qui concerne les informations fournies dans le présent article. De même, aucune responsabilité ne sera assumée quant aux dommages directs ou indirects résultant de l’usage fait des informations fournies dans ce blog.


 

Voici une illustration de ce qui pourrait malheureusement vous arriver

en cas d'erreur de rechargement !

 

danger

 

 

 

 

 

Nous avons passé un bon semestre sur le sujet de l'amélioration de la précision de nos tirs en passant en revue pratiquement tous les paramètres ou techniques qui ont une influence directe avérée sur celle-ci.

 

Or, lorsque vous disposez déjà d'une excellente carabine constituée des meilleurs éléments tels qu'un canon lourd et précis, une détente match, une crosse adaptée à votre morphologie, une action des plus précises, une lunette de grande qualité, un bipied ou un dispositif stable,  que vous maîtrisez les fondamentaux et/ou que vous savez désormais éviter les erreurs qui " plombent " en général le processus de précision, et que vos réglages sont bons en toute connaissance de vos facteurs de balistique extérieure, que votre vue est correcte alors, il vous restera encore la possibilité d' améliorer votre précision d'environ 1% à l'aide d'un excellent rechargement de précision !

C'est ce dernier " carat " qui vous permettra probablement de faire la différence avec vos concurrents si ceux-ci tirent des cartouches manufacturées.

 

Il s'agit d'obtenir de la constance, de la régularité dans vos tirs et de minimiser l'écart, la distance qui sépare les impacts entre vos coups dans la cible, c'est à dire, de "grouper " au mieux vos tirs voire même, d'essayer de faire du trou dans trou !

 

L'opération de rechargement de précision consiste en quelque sorte à personnaliser vos cartouches en relation avec la carabine qui va les accueillir et l'usage recherché. Ce qu' aucune production de cartouches normalisée à l'échelle industrielle ne peut vous offrir.

 

En effet, même si les standards de production de certaines marques permettent la fabrication d'excellentes cartouches, celles-ci ne seront jamais totalement adaptées à votre canon, et notamment pas,  avec le  free bore que vous recherchez ou encore en fonction du pas de rayures de votre canon.

 

 

balles1

 

Les cartouches manufacturées sont standardisées et respectent un  cahier des charges très strict vis-à-vis des coefficients de sécurité.

 

 

 

 

 

 

Peut-on espérer faire des économies en rechargeant soi-même ?


 

Disons-le d'emblée, si c'est dans le but de faire des économies par rapport à l'achat de cartouches manufacturées, laisser tomber immédiatement l'idée de les recharger vous-même !

 

Ne fût-ce que pour le coût de l'investissement relatif à l'outillage, de l'équipement approprié, des composants (poudre, ogives, ...),  les centaines de cartouches  à tester avant d'obtenir les résultats escomptés, et le temps que vous y consacrerez, vous en serez bien vite à des frais équivalents à la valeur d'une nouvelle carabine.

 

Par conséquent, cette dépense rapportée au différentiel du coût de vos cartouches à celles qui sont manufacturées, vous permettrait d'en acheter de nouvelles et de grandes marques pendant de très nombreuses années !  Ceci sera d'autant vrai si,  au surplus, vous n'êtes qu'un tireur occasionnel plutôt satisfait de la précision des cartouches commerciales, et qui in fine, ne tire que quelques boîtes de balles par an.

 

 

 

Pour vous forger une idée, voici une photo d'un " petit " atelier rechargement d'un passionné :

 

coin-atelier-de-rechargement

 

Ne vous effrayez pas. Dans la très grande majorité des cas, on peut se limiter à beaucoup moins de matériel !

 

 

 

Par contre, et cela n'a pas de prix, si vous poursuivez l'objectif d'améliorer la précision de vos tirs, de devenir un meilleur tireur en maîtrisant les paramètres balistiques tout en sachant vous adapter aux conditions de terrain alors, vous ne pourrez pas faire l'impasse sur le rechargement !

 

Qui plus est, vous y trouverez une très grande satisfaction car c'est probablement la manière la plus adéquate pour approfondir vos connaissances en matière de science balistique et la maîtrise de vos armes notamment,  par rapport à leur puissance et leur dangerosité tout en appréhendant les coefficients de sécurité à respecter pour savoir les utiliser sans risque pour vous et votre entourage. 

 

 

 

 

 

Mais au fait, de quoi est composée une cartouche ?

 

 

 

composition-d'une-balle

 

 

 

coupe-d'une-cartouche

 

Une amorce, un étui, de la poudre et une ogive

 

 

 

 

 

 

Et surtout, sur  quel(s) élément(s) peut-on agir pour améliorer la précision ?


 

Comme il s'agit d'obtenir une munition capable de fournir des résultats d'une très grande régularité, il s'agit que chacune des munitions qui feront l'objet de votre séance de tir soit en tous points, semblable à celles qui constitueront ce lot

.

Ce n'est pas par hasard que les tireurs de précision à la  .22  pèsent et répartissent en lot de même poids ou de mêmes caractéristiques, toutes leurs cartouches manufacturées. Bien évidemment, ceux-ci prennent la précaution de les sélectionner parmi celles qui sont issues du même pack.

 

En effet, puisque ce sont des cartouches à percussion annulaire, on ne sait pas les recharger mais il n'en reste pas moins intéressant d'essayer d'obtenir des lots de balles très semblables en espérant ainsi qu'elles seront des plus régulières entre-elles.

 

Par conséquent, quand vous avez la possibilité de vous approcher d'une similitude presque totale de vos cartouches, faites-le car vous y gagnerez en précision. Le rechargement doit pouvoir vous permettre d'atteindre cette régularité en jouant sur chaque composant de ladite cartouche. 

 

 

 

Les amorces :

 

 

L' amorce est sertie à l'arrière de la balle. Dans les cartouches annulaires, ce n'est pas l'amorce mais le fond de la cartouche qui contient le mélange explosif instable mettant le feu à la poudre. Le percuteur vient frapper l'amorce, ou le pourtour de la cartouche pour une balle à percussion annulaire.  De la chambre où elle est initialement contenue, la balle est propulsée dans le canon par la combustion de la poudre. Le rôle de l'amorce est donc déterminant dans le processus de départ de la balle et donc, le choix de celle-ci aura un impact sur la précision. il s'agira d'en tester quelques unes et de ne retenir que celle qui vous offrira les meilleurs résultats.

 

 

 

Composants d'une amorce

 

amorce

 

 

 

 

Bien différencier les deux grands types d'amorces (ne riez pas, ça arrive encore ... même aux meilleurs !)

 

berdan boxer

 

Dans le système Boxer l'enclume fait partie de l'amorce, dans le système Berdan l'enclume fait partie de la douille. L'amorce du type à enclume incorporée se compose de l'amorce proprement dite et de l'enclume, fixée par sertissage.

 

 

 

 

 

Il s'agira également de bien nettoyer votre puits d'amorce et de l'ébavurer :

 

nettoyer-le-puits-d'amorce

 

 

 

 

A titre d'exemple, pour ce qui concerne les amorces, si vous utilisez des CCI 200 Large Rifle Primers, évitez d'en changer au milieu du lot de balles rechargées. Bien entendu, le fait de passer à autre type d'amorce et par exemple,  aux Federal Champion 210 Large Rifle Primers,  toutes choses restant égales par ailleurs, vous perdrez en régularité de votre groupement dès la première balle rechargée avec l'autre amorce !  Non pas parce que ces autres amorces sont moins bonnes mais bien parce qu'elles ont des caractéristiques de mise à feu (virulence) différentes. Certaines sont plus régulières et donc plus précises que d'autres ... à vous de tester différentes amorces, et de choisir les plus adéquates.

 

Attention, une erreur à ne jamais commettre serait de changer simultanément de poudre et d'amorce. Vous risqueriez de vous retrouver hors cible lors de vos premiers essais !

 

 

 

les-amorces

 

Exemple de deux types d'amorce utilisés par de nombreux reloaders

 

 

 

 

amorcer-la-douille

 

Veillez toujours à enfoncer votre amorce à la même profondeur et ce, pour chaque balle.

 

 

 

 

 

 

 

Le nettoyage et préparation des étuis :

 

 

 

nettoyage-des-douilles coupe

 

Pour ce qui concerne le nettoyage de vos douilles, il est impératif de remettre les douilles dans un excellent état !

 

 

 

 

 

machines-à-nettoyer-les-douilles

 

Voici les 2 types de machines qui vous aideront à y parvenir.

A gauche, une vibreuse - A droite, un nettoyeur à ultrasons

 

 

 

 

Le but de la préparation des douilles matches est de les faire aussi identiques et uniformes que possible. Nous devrons les mettre toutes à la même longueur (voir les spécifications pour chaque étui par calibre).  Une fois à dimension, nous pourrons les trier en fonction de leur poids et les regrouper sur ce critère en éliminant toutes celles qui ont une variation trop grande par rapport à la moyenne du lot.

 

Vous devrez contrôler les dimensions du collet et surtout,  vérifier son épaisseur, son diamètre et son uniformité mais l'état général de l'étui ainsi que celui de son culot et l'absence de fêlure sont tout aussi importants.

 

 

mesurer-épaisseur

 

 

 

En mesurant chaque collet à quatre endroits différents (pensez de le faire à 3 heures, 6 h, 9 heures et 12 heures) vous saurez de combien est la variation dans l'épaisseur. 

 

Nous allons jeter toutes celles dont il semble que la douille est fragilisée ou trop déformée. Certaines peuvent être rechargées plusieurs fois d'autres, pas du tout. Il ne faudra prendre aucun risque !

 

 

 

 

Vous devrez recalibrer le collet et le corps de l'étui.

Le but visé est d'assurer l’étanchéité aux gaz au collet et de recalibrer l'étui et sa concentricité.

 

recalibrer-douille

 

 

Un jeu d'outils précis et une bonne presse vous seront indispensables

 

 

die-redding-308-2

 

 

 

 

 

Après vos tirs, vous constaterez qu' il arrive que vos étuis se sont allongés, et qu' il faut les raccourcir afin de leur faire retrouver leur taille d'origine. On fixe la douille dans le trimmer et on enlève de la matière grâce à sa fraise.

 

 

machine-à-raccourcir-les-douilles2

 

Le trimmer vous permet de redimensionner vos douilles

 

 

 

Dans d'autres cas, la douille s'est raccourcie après votre tir. Si celle-ci est désormais inférieure à sa valeur de longueur nominale (longueur nominale en fonction du calibre), vous devrez vous en débarrasser !

 

 

 

 

On n'oubliera pas de chanfreiner le collet :

 

chanfreiner-le-collet

 

 

 

 

 

 

 

 

La question à 100.000$, quelle poudre choisir ?

 

 

A question de Normand, réponse de Normand ... celle qui conviendra le mieux !

 

Pour résumer Bernard DROPSY,  une règle à retenir est qu'il faudra porter son choix sur une poudre qui sera la plus vive possible,  qui remplira l’étui à 85 - 90 % avec des pressions raisonnables,  qui sera à même de vous procurer vitesse et régularité à pression normale et bien entendu, qu'elle soit adaptée aux conditions de tir recherchées (tir tendu, TLD, ...). J'aime beaucoup cette description parce qu'elle est très complète.

 

La pression exercée sur le projectile dépend de la quantité de poudre contenue dans l’étui, de la vivacité de celle-ci et du poids du projectile (l'ogive).  La vitesse de la balle dépend de la pression exercée, de la durée de la combustion, du poids de l'ogive, de la longueur du canon, et de la pression de départ.

 

Il existe des poudres de différentes vivacités: on parlera de poudre « lente » pour une poudre à faible vivacité, de poudre « rapide » pour une poudre à forte vivacité, et « moyenne » pour une poudre à vivacité intermédiaire. Il est indispensable de se référer aux tables de chargement fournies par les fabricants et de choisir le type de poudre et la dose les mieux adaptés au calibre, en fonction du poids, de la forme et de la taille de l'ogive utilisée.

 

 

 

coupe-d'une-balle

 

 

 

Bien entendu, ce n'est qu' après avoir testé différentes poudres en vous référant aux prescriptions des différents producteurs ainsi qu' à leurs tables de rechargement que vous finirez par trouver le type et la charge qui vous conviendra le mieux, en fonction des tirs que vous souhaitez réaliser.

 

Dans tous les cas, lorsque vous changez de poudre, une règle de prudence absolue est de rester en deçà de 10% de la valeur critique (charge maximale reprise dans les tables). Retenez à titre d'exemple que si vous augmentez votre volume de poudre de 10% dans l' étui, en général,  vous y augmentez la pression de 20% !

 

En tous les cas, ne rechargez vos lots qu'avec le même bidon de poudre. En effet, il n'est pas rare de trouver des disparités de qualité de poudre entre différents bidons de la même marque.

 

Une autre règle à respecter est de recharger vos douilles avec la plus grande régularité, avec une quantité de poudre pesée et affinée à l'égreneur toujours identique. Les reloaders précis le font au petit grain de poudre près.

 

 

 

egreneur

 

 

La pesée précise de la quantité exacte de poudre est à reproduire strictement pour chaque cartouche

 

 

balance-doseuse

 

Un outil précieux est une balance-doseuse programmable

 

 

 

 

 

 

L'ogive et la longueur de votre cartouche :

 

 

douille-remplie-de-poudre-et-ogive

 

 

 

La douille se métamorphosant pour devenir cartouche ne lui manque plus qu'une ogive. Le choix et l'enfoncement de l'ogive sont également des paramètres très importants pour la précision. En effet, modifier l'enfoncement de l'ogive va transformer le volume de la cartouche et sa montée en pression.

 

 

pousser-l'ogive

 

 

 

Le choix de l'ogive se fera en fonction du pas du canon,  du coefficient balistique et du type de tir que vous envisagez de faire. Chaque projectile est affecté d’un coefficient reflétant son aptitude à conserver sa vitesse initiale. Ce coefficient est appelé Coefficient Balistique (CB en Français, BC pour ballistic coefficient en Anglais) qui est en général donné par le fabriquant du projectile (pour une gamme de vitesse). Exemple, ici.

 

A profil, calibre et vitesse identique, plus le projectile sera lourd, plus le CB sera élevé, la résistance de l’air étant la même, l’énergie cinétique du projectile lourd sera plus importante que celle du projectile léger et donc, le projectile lourd ralentira moins, et ne sera en général stable qu’après 150 à 200 mètres. A réfléchir si vous ne tirez qu' à 100 mètres ...

 

Mais comme nous l'avons déjà signalé, pour qu’elle soit encore plus précise, votre munition  doit être conditionnée à l’arme dans laquelle elle doit être tirée.

 

C’est ainsi que la longueur totale maximum de votre cartouche pourra être adaptée à la forme de la chambre, à la position de départ des rayures dans le canon, au free bore recherché, à la course de la culasse et à la longueur de votre chargeur. Retenez d’ores et déjà que la forme de votre ogive sera déterminante dans la mesure. Pour obtenir de la régularité, l’enfoncement de toutes vos balles doit être identique, au contact des rayures.

 

 

 

vérifier-longueur-balle

 

Contrôle de la longueur totale de la cartouche

 

 

 

Cela signifie qu’à chaque changement de type d’ogive, vous devrez reprendre la mesure exacte et réadapter la longueur de votre munition. L’usure de la chambre du canon nécessitera également de reprendre cette mesure, tous les X milliers de coups.

A noter que les ogives molycotées (enduite de bisulfure de molybdène) vous donneront une précision supérieure et occasionneront une usure du canon beaucoup moindre.

 

 

 

 

En conclusion

 

S'il y a bien des maîtres-mots que vous devrez sans cesse garder à l'esprit, c'est celui de la régularité, de la constance, et la maîtrise de la reproductibilité de vos paramètres et de la prudence tout au long du cycle de rechargement de vos cartouches. Ce sont les clés indispensables à posséder pour pouvoir augmenter votre précision et pour réaliser ainsi de magnifiques matches. Sachez vous entourer d'experts ou de personnes aguerries au reloading lors de votre apprentissage et puis, vous verrez, le rechargement deviendra un vrai plaisir pour vous.

 

 

 

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :


 

useful-links

 

 

 

http://www.fftir.org/fr/championnat_de_france_300m_zoom_sur_...

 

http://ultimatereloader.com/tag/308-winchester/

 

http://www.seasons.fr/pid5768-videos.html?vid=406006

 

http://www.armes-ufa.com/spip.php?article1418

 

http://www.admin.ch/opc/fr/classified-compilation/19983208/index.html

 

http://extreme-precision.forum-2007.com/t4113-liens-utiles

 

http://tmtpages.com/calcbc/calcbc.htm

 

http://www.cleverinsite.com/ballistics/calcs.asp

 

http://throwinglead.com/index.php?page=ballistics_external

 

 

 

 

 

video logo

 

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=0igFbofTdn8

 

https://www.youtube.com/watch?v=_qp36-_ULGk

 

https://www.youtube.com/watch?v=LttBArZcQ9g

 

https://www.youtube.com/watch?v=yQVpuY9WV60

 

https://www.youtube.com/watch?v=xnG3dL5Cv-Y

 

https://www.youtube.com/watch?v=k-TITIi4pb8

 

 

 

 

 

 

Joyeux Noël, bonne année et à bientôt !

profil-AICS PROJET2013 A+

Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article
20 novembre 2014 4 20 /11 /novembre /2014 15:33

 

 

profil-AICS PROJET2013 petit

 

 

 

 

 

 

Chers lecteurs,

 

 

 

Comme promis, et pour faire suite à l'article d'octobre,  je vous propose la suite de l'étude du calibre .338 dans une  de ses variantes le :  .338 Lapua Magnum.  Bonne lecture et à bientôt !

 

 

 

AICS-en-338-Lapua-Mag

 

Ci-dessus, un .338 Lapua Magnum monté en sniper sur chassis AICS

 

 

 

 

 

Quelle est son origine et sa spécificité ?


 

Le .338 Lapua Magnum (8.6x70mm ou 8.58x70mm) a été développé pour les fusils militaires de sniper à longue portée et a été utilisé lors de la guerre en Afghanistan et la guerre en Irak.

 

Le .338 Lapua est utilisé en double usage : en anti-personnel et en anti-matériel. Toutefois, son potentiel anti-matériel est limité en raison de l'énergie cinétique de la balle qui est inférieur par rapport à celui de la .50 BMG (550 à 850 grains).

 

La cartouche chargée  est d'un diamètre de 14,93 mm (0,5878 pouce) et de 93,5 mm de long. Elle est très pénétrante jusqu'à une distance de 1000 mètres et a une portée maximale d'environ 1750 mètres (1914 yards). La vitesse initiale est fonction de la charge et de la poudre et la température ambiante et donc, celle-ci varie de 880  à  915 m / s (2887 à 3002 m / s) pour des charges (commerciales)  avec des balles de 16,2 grammes (250 grains),  ce qui se traduit par une énergie initiale d'environ 6525 Joules.

 

 

 

338-Lapua-Mag

Voici ses dimensions en pouce (1 pouce = 25,4mm)

 

 

 

 

308 300 338 LM

Comparaison de la taille des cartouches par calibre

 

 

 

 

Comparaison des performances balistiques de la .338 Lapua avec d'autres cartouches de sniper à longue distance.

Cartouche

Poids de la balle, en grains (en grammes)

Vit init à la bouche en pieds/s (en m/s)

Energie init en ft·lbf (en joules)

.338LapuaMagnum

             250  (16,2)

        2 970   (905)

     4 893   (6 634)

.338LapuaMagnum

             300  (19,44)

        2 717   (828)

     4 919   (6 669)

.408 CheyTac

             305  (19,76)

        3 500  (1 067)

     8 298  (11 251)

.408 CheyTac

             419  (27,15)

        3 000   (915)

     8 376  (11 356)

.416 Barrett

             400  (26,92)

        3 250   (990)

     9 380  (12 718)

.50 BMG

             700  (45,36)

        2 978   (907)

   13 971  (18 942)

 

 

 


En plus de son rôle militaire, elle est de plus en plus utilisée par les chasseurs de gros gibiers (buffle, ours, hippopotame, rhinocéros et l'éléphant) ainsi que par les amateurs de tir à longue portée civils.

 

 

 

 

pgm-338-milit

 

Ci-dessus, le  PGM en  .338 Lapua Magnum monté en sniper

 

 

 

Le calibre .338 Lapua Magnum a été lancé officiellement en 1987 par la société Lapua. Son étui est identique en longueur et en diamètre avec celui du calibre .416 Rigby. En raison de sa longueur et du diamètre de 14,93mm à la base, ce calibre nécessite des chambres longues de type Magnum ainsi que des culasses renforcées. Cette munition n'est pas dotée d'un bourrelet.  Son énergie à l'impact est importante, même à grande distance.  En 1989 avec son acquisition par l'armée néerlandaise, la cartouche est devenue codifié OTAN.

 

 

 

 

Hecate-338-Lapua-Magnum

 

Ci-dessus, un Hecate .338 Lapua Magnum monté en sniper

 

 

 

 

Un autre avantage de cette cartouche est qu'elle permet une usure tolérable du canon, ce qui est important pour les tireurs d'élite militaires qui ont tendance à tirer des milliers de coups lors de leurs entraînements dans la pratique de leur métier et ce,  tout au long de chaque année pour acquérir et maintenir leur expertise à long terme. 

 

 


 

un-beau-338-camo

 

Entraînement des snipers en calibre .338 LM

 


 

 

Le .338 Lapua Magnum est considéré comme une cartouche militaire anti-personnel idéale à  longue portée par des spécialistes de sniping comme John D. Taylor et Dean Michaelis car celle-ci comble le fossé entre les armes chambrées en calibres standards tels que le 7.62x51mm OTAN et les gros calibres avec des cartouches telles que la .50 BMG.   En plus, le boîtier du .338 Lapua Magnum a été conçu pour assurer une alimentation fiable et l'extraction de douilles dans des conditions extrêmes.

 

 

 

La cartouche .338 Lapua Magnum est utilisée dans pas mal d'armées du monde avec les armes suivantes :

 

  Albanie - RENEA - Sako TRG-42

  Australie - Accuracy International AWSM

  Canada - Forces canadiennes - PGWDTI Timberwolf tactique

  Danemark - Sako TRG-42

  Finlande - Forces de défense finlandaises - 8,6 TKIV 2000 = Sako TRG-42

  Estonie - militaire de l'Estonie - Sako TRG-42

  Allemagne - Erma SR-100, des services techniques AMP DSR 1

  Grèce - Anti-Terrorist Unit EKAM - Sako TRG-41 (prédécesseur de la Sako TRG-42)

  Indonésie - Kopassus - Accuracy International AWSM

  Italie - Sako TRG-42

  Pays-Bas - militaire néerlandais - Accuracy International AWSM, Sako TRG-41

  Russie - Alpha Group et SOBR - Accuracy International AWSM et Sako TRG-42 

  Singapour - PGM 338 LM

  Slovénie - militaire de Slovénie - PGM 338 LM

  Espagne - Sako TRG-42

  Suisse - Sako TRG-42, PGM 338 LM

  Turquie - Sako TRG-42

  Royaume-Uni - Précision AWSM international

  États-Unis - certaines unités militaires américaines - Remington M24A3 SWS

 

 

 

Ajoutons à cela que cette cartouche est devenue très populaire chez  les tireurs sportifs qui y trouvent également un très grand intérêt pour faire du " match  " à très longue distance,  et notamment parce que le .338 Lapua comporte une douille exceptionnellement robuste,  résistante à la haute pression et qui peut être assez facilement rechargée et être réutilisée plusieurs fois.

 

 

 

 

un-autre-beau-338

 

 

 

cible-4-coups-338-300-metres

 

 

 

Remin-700-338-Lapua

 

Ci-dessus, une Remington 700 en  .338 Lapua Magnum

 

 

 

 

La portée effective de ce calibre est d'environ 1 mile (1600 mètres) mais dans certaines conditions de charge, elle peut même franchir les 2000 mètres (voir les vidéos proposées, ci-dessous).   Il n'y a pas énormément de fusils chambrés pour la .338 Lapua Magnum sur le marché des armes civiles mais la liste s'allonge régulièrement pour le plus grand plaisir des tireurs sportifs qui pratiquent le TLD dans les pays qui le permettent.

 

 

 

 

Pour aller plus loin sur le sujet, vous pouvez également visiter les sites suivants :


 

 

useful-links

 

 

 

http://fr.wikipedia.org/wiki/.338_Lapua_Magnum

 

http://gundata.org/cartridge/81/.338-lapua-magnum/

 

http://www.sadefensejournal.com/wp/?p=1953

 

http://www.ardesa.com/articulos/00023_t.pdf

 

http://www.loaddata.com/members/search_detail.cfm?MetallicID=3192

 

http://kitup.military.com/2011/08/barrett-mrad-338-lapua-sniper-rifle-review.html

 

http://www.americanspecialops.com/special-ops-weapons/tac-338-sniper-rifle.php

 

http://www.janes.com/article/39283/eurosatory-2014-iwi-launches-dan-338-sniper-rifle

 

http://neveryetmelted.com/2008/08/07/snipers-in-afghanistan-going-to-338-lapua-magnum/

 

http://www.fieldandstream.com/articles/guns/rifles/shooting-tips/2013/04/1000-yard-shot

 

http://www.drakeassociates.us/public_ftp/338LapuaMagnum2009.pdf

 

http://www.nosler.com/338-lapua-magnum/

 

http://www.vihtavuori.com/en/reloading-data/rifle-reloading/-338-lapua-magnum.html

 

http://www.nammo.com/globalassets/pdfs/ammobook/nammo_produktkatalog_2014_web.pdf

 

 

 

 

 

 

video logo

 

 

 

 

https://www.youtube.com/watch?v=7QWVyrFH2S8

 

https://www.youtube.com/watch?v=u2UFdFeFgQ8&feature=player_embedded

 

https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=DNu8xNKl6tc

 

https://www.youtube.com/watch?v=7saEwy7hsMA

 

https://www.youtube.com/watch?v=DjgiRR9FoZw

 

https://www.youtube.com/watch?v=vPw7e0Lrd8A

 

https://www.youtube.com/watch?v=0w2p6g3Kf5w

 

https://www.youtube.com/watch?v=2LEe-RQmpJg

 

https://www.youtube.com/watch?v=jT1qXtI0PJQ

 

https://www.youtube.com/watch?v=64u0O-pCBaU

 

https://www.youtube.com/watch?v=9OTn4QEXMJc

 

http://www.yourepeat.com/g/.338lapua

 

 

 

 

 

 

A bientôt,

 

profil-AICS PROJET2013 A+

 



Repost 0
Published by marksman.over-blog.fr - dans Le tir de précision
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog du tireur de précision
  • Le blog du tireur de précision
  • : Espace dédié aux amateurs de tir de précision et récréatif ainsi qu'au TLD.
  • Contact

Les news

Intéressé de voir traiter l'un ou l'autre sujet dans l'intêret de ce blog ou d'une catégorie en particuliers, n'hésitez pas à me l'envoyer par mail.

Dans la mesure du possible, j'essaierai de vous donner satisfaction.

Bien cordialement

Recherche